Défi mémorisation : jour 22/30 : optimiser les mnémoniques

Ceci est le compte rendu du jour 22 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Hier, je constatais une légère baisse de mes performances.

Et je vous avais promis de vous expliquer pourquoi.

La raison est simple : j'ai optimisé certains de mes mnémoniques.

Cela réduit mes performances à court terme puisque je dois les réapprendre.

Mais à long terme j'y gagne.

Voici comment j'ai procédé...

Objectif : 36 BPM

Mon objectif est de mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes.

C'est-à-dire 26 cartes à la minute.

Vous savez déjà que j'utilise un métronome pour m'entraîner.

Or, vu que je mémorise au rythme de 3 cartes tous les 4 temps, ça nous donne environ 36 battements à la minute.

Actuellement, je l'ai réglé à 19 battements par minute car je suis aux environ de 4 minutes.

Mais juste pour voir, j'ai essayé de le régler à 36 battements par minute,

Et cela m'a permit de découvrir des faiblesses dans mes mnémoniques.

Optimiser les mnémoniques

Pour optimiser mes mnémonique, j'ai utilisé 3 règles :

Premièrement : les mnémoniques doivent être mémorables.

Pour ça, j'ai ajouté par exemple de la couleur et de l'humour.

C'est ainsi que mon 3 de trèfle est passé de :

L'inspecteur gadget déploie ses jambes à ressort

à :

L'inspecteur gadget fait de la trottinette rose.

Deuxièmement : les mnémoniques doivent être simples à imaginer.

Pour la dame de pique, j'avais mis :

Cruela donne un baiser empoisonné.

Mais le baiser est un peu ambigüe, parce qu'il peut être à la fois vu comme un geste d'amour et un geste hostile (avec le poison).

Je l'ai donc transformé en quelque chose de plus direct :

Xena arrache une tête (avec la colonne vertébrale qui pends !)

Là au moins, c'est simple à imaginer.

Troisièmement : les mnémoniques ne doivent pas prêter à confusion

Pour mon 3 de pique, j'utilise Darth Vador.

Et pour mon 3 de carreau, Batman.

Or, j'avais tendance à les confondre.

Ils sont tous les deux noirs avec une grande cape.

Maintenant, j'essaye d'imaginer Batman en bleu.

Quelques doutes

Aujourd'hui, j'ai eu trois crises d'Algie vasculaire de la face.

Une maladie que je développe à peu près tous les 3 ans.

C'est un mauvais coup du sort.

Et cela risque d'affecter mes performances vu qu'en général, les crises s'étendent sur 2 semaines.

Cela dit, je prend un médicament (des cachets l'Isoptin) pour limiter le nombre des crises.

J'espère que cela suffira.

Deuxièmement : un membre fréquent du forum Art of Memory estime qu'il me faudra 3 mois pour arriver à 2 minutes !

J'espère lui prouver le contraire...

En attendant, je ne suis plus aussi confiant d'atteindre les 2 minutes d'ici le 30ième jour.

Mais si cela devait arriver, je m'engage à jouer les prolongations 🙂

Mes résultats

Voici les résultats du chrono : 4:23 / 4:56 / 3:52

Toujours à 19 battements par minute.

Comme vous le voyez, j'ai encore du mal à m'entraîner sous les 4 minutes.

Mais je fais moins de fautes qu'avant.

Allez, encore un petit effort !

Défi mémorisation : jour 21/30 : seul au monde, ou comment être parfaitement concentré

Ceci est le compte rendu du jour 21 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Quand on mémorise en intensif, mieux vaut être parfaitement concentré.

C'est une capacité qui se travaille.

Mais elle bénéficie aussi du bon environnement.

Voici quelques astuces que j'utilise pour maximiser ma concentration...

Créer du calme

Que faire pour bien se concentrer ?

Dans l'idéal, on se trouve un endroit calme.

Bon, c'est pas toujours simple.

En tout cas, pas pour moi.

Entre le chien d'à côté, l'enfant hyperactif des voisins ou la radio du gardien, il y a toujours quelque chose pour capter mon attention.

Alors j'utilise une application qui génère un bruit blanc sur mon téléphone portable.

J'ai découvert que c'est vraiment efficace pour éviter d'être dérangé en plein entraînement.

Dans l'application, j'ai le choix entre plusieurs types de sons continus.

Personnellement, j'utilise le ventilateur, qui donne en général de bons résultats.

Du côté des champions de mémoire, le must est un casque antibruit de chantier !

Je ne suis pas allé jusque là...

Ma tenue de mnémoniste

Ensuite, il y a la vue.

Tout le monde sait que l'idéal est de fermer les yeux quand on veut se concentrer.

Mais bon... j'ai besoin de voir mes cartes quand même...

Alors j'utilise une astuce très utilisée par les mnémonistes.

Il s'agit de condamner le champ de vision périphérique.

Oui, un peu comme les oeillères des chevaux...

Garder l'attention droit sur les cartes !

Pour ça, on utilise simplement les 2 cartes joker.

Qu'on rentre dans des lunettes.

Voici ce que ça donne :

Un peu bizarre comme look...

Mais ça marche !

Et enfin la touche finale : débarrasser la table pour éviter que l'attention accroche sur un objet particulier.

Avec tout ça, je suis paré pour mémoriser !

Une petite baisse de régime

Aujourd'hui, je n'ai pas été en forme.

Voici les résultats du chrono : 4:05 / 4:26 / ?:?? (oublié de mettre le chrono) / 5:01

Toujours à 19 battements par minute.

Aucun temps en dessous de 4 minutes, alors que c'était mon objectif.

Et encore autant de fautes que hier. C'est à dire plus de 20 fautes sur les 52 cartes..

Demain, je vous explique à quoi est dûe cette baisse de régime, à mon avis, ...

Défi mémorisation : jour 20/30 : une discipline de champion

Ceci est le compte rendu du jour 20 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Hier, je vous ai parlé de plateau de performance.

Et je vous expliquais comment surmonter ce plateau avec la technique du métronome.

Une technique qui m'a bien aidé à progresser dans mes performances ce week-end.

Mais ça n'a pas été mon seul atout.

J'ai aussi profité vendredi soir d'une bonne nuit de sommeil réparatrice.

Et ça a fait une grosse différence !

Priorité aux priorités

Du haut de mes 39 ans, je sais que je ne suis plus aussi vif d'esprit qu'un ado ou un jeune adulte.

Et j'ai aussi un travail très stressant, une équipe à encadrer, et de multiples casquettes.

Alors pour mettre toutes mes chances de mon côté, je priorise mes journées avec soin.

Bien que vendredi dernier, j'ai été particulièrement fatigué de ma semaine, je m'arrange pour récupérer le mieux possible chaque jour.

Pour ça, je tâche de rester bien concentré au travail pour accomplir un maximum en 8 heures exactement, ni plus, ni moins.

Une fois rentré chez moi, je mange le plus tôt possible, afin que mon sommeil ne soit pas troublé par ma digestion.

Puis je m'allonge un peu, je  prépare mes affaires du lendemain, et j'écris mon journal de bord.

J'écris ensuite l'article du jour.

Et je me couche aux environs de 21h30/22h.

Le lendemain, je me lève à 6h du matin.

Après ma toilette, je relis et je publie l'article.

Et je démarre ma séance d'entraînement, qui dure environ 1h30.

Pour aller au travail, je fais du vélo. Ce qui me permet de faire de l'exercice sans dépenser de temps supplémentaire.

Et je fais une petite promenade digestive à la pause du midi.

Enfin, la petite touche finale : je fais des siestes pendant les pauses sur mon lieu de travail.

Saviez-vous que même si vous ne dormez pas, le seul fait de fermer les yeux suffit pour restaurer l'attention ?

Croyez-moi, les siestes, c'est magiques !

Et c'est comme ça que je trouve le temps de m'entraîner et de récupérer comme il se doit.

Bien sûr, je n'ai pas d'enfant, ce qui me permet d'avoir le calme à la maison.

Et je sais que vous salivez si vous êtes parent d'enfants en bas âge !

Le jour où j'en aurai, ce seront eux ma priorité 🙂

Une cure de fautes

En ce 20ième jour, comme prévu, je me suis entraîné sous la barre des 4 minutes.

Enfin... j'ai essayé !

Résultats du chrono : 4:00 / 3:47 / 4:18 / 3:57

Rythme du métronome : 19 battements par minute.

Et plus de 20 fautes en moyenne sur les 52 cartes..

Voilà qui s'appelle "sortir de sa zone de confort" 🙂

Défi mémorisation : jour 19/30 : surmonter un plateau de performance

Ceci est le compte rendu du jour 19 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : maître de la mémorisation en 30 jours

Aujourd'hui, on va voir le concept de plateau de performance.

Je vous donne mon expérience là-dessus.

Et je vous explique ce qu'il faut faire pour le surmonter...

Les 3 phases de l'apprentissage

Comme son nom l'indique, un plateau de performance est le moment où vous commencez à stagner dans vos performances.

Vous ne progressez plus, ou très peu.

A quoi est dû ce plateau de performance ?

Pour le comprendre, il faut se pencher sur le processus d'apprentissage.

Quand on apprends une nouvelle activité, il y a 3 phases :

1-  La phase cognitive, où l'on intellectualise l'activité, et où l'on découvre des stratégies pour la réaliser.

2- La phase associative, où l'on n'a plus besoin d'autant de concentration qu'avant. On fait moins de grosses erreurs, et on améliore ses performances en affinant ses stratégies. 

3-La phase automatique, où l'on ne réfléchit plus à l'activité. On a atteint un niveau où l'on se sent à l'aise pour réaliser la tâche. On se repose sur ses acquis et on cesse d'apprendre.

Le danger, c'est quand on arrive au niveau 3.

Avec les cartes par exemples, si vous vous contentez de répéter vos séances de mémorisation, au bout d'un moment le plateau de performance va apparaître.

C'est-à-dire que vous allez stagner arrivé à un niveau de performance donné.

Parce que vous avez atteint un niveau confortable avec la technique du palais de la mémoire.

Et que vous vous contentez de répéter confortablement la même technique exacte, encore et encore, sans l'améliorer.

Comment faire pour surmonter ce plateau de performance ?

Le plateau de performance chez les dactylographes

Dans une expérience, des chercheurs se sont demandé quelle était la meilleure stratégie pour améliorer la vitesse de frappe d'un groupe de dactylographes.

Ils ont découvert que la méthode la plus efficace est de les forcer à taper plus vite que leur niveau actuel.

Comment ?

En faisant apparaître les mots 10 à 15% plus rapidement que ce que leurs doigts étaient capables de taper.

Au début, ils n'étaient pas capables de suivre le rythme.

Mais après quelques essais, ils sont parvenus à identifier les obstacles qui les bloquaient.

Et après les avoir surmontés, ils ont réussi à améliorer leur niveau.

Ce qui s'est passé ici, c'est qu'ils sont sorti de la phase automatique, où ils réalisaient encore et encore, machinalement, la même technique.

Ils sont revenus à la phase 2. La phase associative. Et ils sont parvenus à reprendre le contrôle conscient de leurs tâches.

Ce qui leur a permis de progresser à nouveau.

Remarquez bien ici l'importance de s'autoriser à faire des erreurs.

Car c'est en notant et en analysant ces erreurs qu'on va pouvoir peaufiner la technique pour venir à bout du plateau de performance.

Application à la mémorisation des cartes

C'est dans le livre Aventures au coeur de la mémoire de Joshua Foer que j'ai découvert la notion de plateau de performance.

Un livre que j'ai lu (en anglais) il y a presque 3 ans.

J'étais donc averti que ce phénomène allait probablement arriver pour moi aussi.

Et j'ai donc adopté la technique préconisée.

Cette technique est simple. 

Il s'agit d'utiliser un métronome pour se forcer à mémoriser rapidement chaque carte du jeu.

C'est-à-dire qu'à chaque tic du métronome, je dois arrêter de mémoriser la carte courante et passer à la carte suivante.

Ou plutôt "arrêter de mémoriser les 3 cartes courantes, et passer aux 3 cartes suivantes".

Puisque je mémorise les cartes 3 par 3.

Cette technique, je l'ai utilisée quasiment depuis le début du défi.

Mais j'ai réellement découvert sa puissance ce week-end.

Et pour cause : je n'utilisais pas cette technique de façon très sérieuse.

Parfois, même quand le tic retentissait, je continuais quand même à mémoriser tranquillement mes 3 cartes sans passer aux 3 suivantes.

Mais depuis ce week-end, je me force maintenant à suivre précisément le rythme.

Et grâce à ça, j'ai encore réalisé un bond dans ma progression ...

En dessous des 5 minutes

Ce week-end, j'ai réalisé un nouveau meilleur temps.

Un sans faute à 4 minutes 57 secondes !

Soit 1 minute 26 de mieux que mon précédent record, que j'avais établi vendredi dernier.

C'est dire la puissance de la technique !

Désormais, je vise les 4 minutes.

Et j'ai déjà commencé à m'entraîner sous la barre des 4 minutes.

Cela dit, ça s'annonce ardu.

Durant ma dernière tentative à 3:49 minutes, je n'ai pu mémoriser que 14 cartes sur les 52...

Mais j'ai bon espoir qu'en analysant mes erreurs, je viendrai à bout des 4 minutes cette semaine 🙂

Défi mémorisation : jour 16/30 : des fantômes dans mon palais de la mémoire

Ceci est le compte rendu du jour 16 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser l'ordre d'un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Aujourd'hui je vous explique un phénomène qui arrive à tous les débutants en mémorisation.

Spécifiquement quand on s'entraîne intensément comme moi à une épreuve de mémorisation comme les "speed cards".

Voici quel est ce phénomène...

Des fantômes dans mon palais de la mémoire

Si vous avez suivi mes précédents articles, vous savez que j'utilise la technique du palais de la mémoire (ou méthode des loci) pour mémoriser l'ordre d'un jeu de cartes.

Pour rappel, il s'agit d'une séquence d'emplacements dans un espace familier comme une maison, ou un trajet à pied par exemple.

Pour mémoriser, on stocke donc les objets à mémoriser dans ces emplacements.

Et il suffit ensuite de les parcourir pour se souvenir de ce qu'on y a stocké.

Jusqu'ici tout va bien.

Mais que se passe-t-il si on utilise plusieurs fois le même palais de la mémoire ?

Par exemple, dans le cas d'un entraînement aux "speed cards" .

Si vous utilisez votre palais de la mémoire deux ou trois fois, rien de grave.

Généralement, on arrive assez bien à distinguer la dernière image qu'on voulait mémoriser.

Mais si on s'obstine à utiliser jour après jour le même palais de la mémoire, ça commence à faire beaucoup.

A force, certaines images s'incrustent durablement dans certains emplacements.

Comme des fantômes qui hantent une maison.

Et on en vient à les confondre avec les nouvelles images à mémoriser.

D'un côté, c'est bon signe, ça veut dire que vous avez fait des images profondément mémorables dans vos précédents entraînements.

Mais c'est gênant pour progresser.

Surtout quand on arrive à des vitesses de mémorisation élevées. 

Où les nouvelles images sont si fragiles qu'un rien peut nous induire en erreur.

L'astuce, elle est toute simple : utiliser plusieurs palais de la mémoire.

Au début, quand on n'a pas trop l'habitude de créer des palais de la mémoire, on hésite un peu.

En général, on utilise un palais de la mémoire très familier.

Comme la maison dans laquelle on habite ou sa maison d'enfance.

Et on se dit qu'il n'y a pas mieux que ce palais.

Mais d'expérience, je peux vous dire que même de nouveaux palais peuvent donner de bons résultats.

La preuve : aujourd'hui même, je viens de battre mon meilleur temps avec un tout nouveau palais de la mémoire !

Alors n'hésitez pas à créer plusieurs palais d'entraînement.

Un nouveau meilleur temps !

C'est donc officiel.

J'ai établi un nouveau meilleur temps !

Un sans faute à 6 minutes 23 secondes.

Soit plus d'une minute en moins que mon précédent record, qui était de 7 minutes 44 secondes.

Voilà qui fait plaisir.

Les chiffres du chrono pour mes 3 dernières tentatives : 6:11 / 6:23 (sans faute !) / 5:43

Je ne suis pas complètement satisfait.

Car je m'étais donné comme objectif de m'entraîner sous la barre des 6 minutes.

Mais c'est toujours encourageant d'établir un nouveau meilleur temps.

On se retrouve lundi.

Je vous souhaite un excellent week-end !

Défi mémorisation : jour 15/30 : la communauté des mnémonistes

Ceci est le compte rendu du jour 15 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : défi : maître de la mémorisation en 30 jours

Aujourd'hui, j'ai envie de vous présenter un lieu de rencontre et d'échange que j'affectionne.

Un forum en ligne où l'on peut côtoyer de nombreux passionnés de mémorisation.

Et aussi parfois des champions de la mémoire.

Le voici...

Le forum Art of Memory

Il s'agit donc du forum Art of Memory.

Une communauté anglophone en ligne qui a démarré en 2010.

Où l'on trouve plein de ressources intéressantes sur la mémorisation.

Par exemple, voici un fil de discussion très populaire sur la mémorisation des cartes :
Card deck memorisation - post your times here!

Ce fil de discussion a plus de 1300 réponses !

Essentiellement des mnémonistes passionnés qui s'entraînent jour après jour pour réduire leur temps de mémorisation à l'épreuve des cartes.

Encore plus intéressant, il y a une page qui regroupe les meilleurs scores des participants :
Post your card memorization times here! [WIKI]

Le meilleur score étant détenu par Alex Mullen avec seulement 16.22 secondes pour mémoriser un jeu de 52 cartes !

Bon, je précise qu'il s'agit du champion du monde actuel...

En tout cas, ça fait toujours plaisir d'avoir de la compagnie quand on s'entraîne pour un challenge.

Et c'est pourquoi je fréquente très souvent ce forum.

J'ai même créé moi-même un fil de discussion ici :
Card deck memorization : challenge to get below 2 minutes at speed cards

Si jamais vous décidez de vous lancer aussi dans l'aventure, n'hésitez pas à m'y rejoindre !

Mon pseudonyme sur ce forum est : Corbanicum

Mes résultats

Ce matin, j'oscillais encore dans le voisinage des 6 minutes.

Voici les chiffres du chrono : 7:05 / 6:11 / 5:44

Avec un peu moins d'erreurs que hier.

Mais pas encore de nouveau record personnel.

Mon objectif pour les prochains jours est de m'entraîner constamment sous la barre des 6 minutes et de m'approcher des 5 minutes.

On est déjà à mi-chemin de la date d'échéance pour ce défi de 30 jours.

Ca commence à chauffer !

Défi mémorisation : jour 14/30 : condenser les mnémoniques et gagner en vitesse avec la méthode PAO

Ceci est le compte rendu du jour 14 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : défi : mémoriser un jeu de 52 cartes en moins de 2 minutes

Figurez-vous que je ne vous ai pas encore tout révélé sur mon système de mémorisation.

Vous savez déjà que j'utilise un palais de la mémoire.

Mais il y a un raffinement qui permet d'aller encore plus loin avec l'épreuve des cartes.

C'est aussi la méthode qu'utilise Nelson Dellis, le champion US de la mémoire dont je vous ai parlé ce lundi.

La voici...

La méthode Personne-Action-Objet (PAO)

Pour rappel,  j'utilise des mnémoniques pour mémoriser rapidement les cartes.

Un mnémonique est une image mémorable qui va remplacer ce qu'on veut mémoriser.

Par exemple pour les cartes, j'utilise des personnes.

C'est beaucoup plus mémorable par exemple de penser à Lady Di qu'à un 10 de coeur.

Et donc c'est à Lady Di que je pense quand je vois le 10 de coeur dans le jeu.

Ca nous fait donc 52 personnes en tout.

Et il suffit de faire une histoire avec ces 52 personnes pour mémoriser sans effort l'ordre des cartes.

Ou encore mieux : associer chacune de ces personnes à un lieu grâce à un palais de la mémoire de 52 cases.

Si on s'arrête là, on a une méthode qui fonctionne très bien.

Et qui est encore très populaire parmi les mnémonistes.

Mais elle nécessite de parcourir les 52 lieux à la suite pour mémoriser et retrouver l'ordre des cartes.

Et ça prend du temps.

C'est là qu'intervient la méthode Personne-Action-Objet, ou méthode PAO.

Cette fois, on associe non seulement une personne, mais aussi une action et un objet à chaque carte.

Pour vous donner une idée, voici 3 exemples de mnémoniques PAO pour les cartes :

- 10 de coeur : Lady Di se marie avec un bouquet de fleurs
- As de pique : Mike Tyson donne un coup de poing à un punching ball
- 3 de coeur : le Petit Prince dessine un mouton

En les combinant, on va pouvoir créer des séries de 3 cartes.

Par exemple la série de cartes : 10 de coeur / As de pique / 3 de coeur

Est représentée par : Lady Di donne un coup de poing à un mouton

De même que la série : 3 de coeur / 10 de coeur / As de pique

Est représentée par : le Petit Prince se marie avec un punching ball

Voilà donc des mini-histoires mémorables qu'on va pouvoir disposer dans chacune des cases du palais de la mémoire.

Et vu que chaque mini-histoire contient 3 cartes, il nous faudra 3 fois moins de cases !

C'est-à-dire un palais de la mémoire de 18 cases au lieu de 52 cases.

D'où un gain de temps précieux quand on mémorise les cartes.

Et c'est cette méthode exacte que j'utilise pour cette épreuve 🙂

Mes progrès du jour

Maintenant, place à mes résultats !

Aujourd'hui, j'ai réalisé 4 nouvelles tentatives. 

Et voici les chiffres du chrono : 6:54 / 6:09 / 5:44 / 6:24

Toutes ces tentatives contenaient des erreurs.

Donc pas de nouveau record personnel.

Mais j'ai frôlé le sans faute à 6:24

Où j'ai seulement inversé le 7 de coeur et le 9 de coeur !

Ce n'est pas bien grave.

Mon objectif est surtout de réduire le temps quitte à faire beaucoup de fautes, pour pouvoir progresser rapidement.

Défi mémorisation : jour 13/30 : Pourquoi je mène ce défi ?

Ceci est le compte rendu du jour 13 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : défi : mémoriser un jeu de 52 cartes en moins de 2 minutes

Cela fait déjà plus de dix articles que j'écris sur mon défi mémorisation.

Et même si je vous ai brièvement évoqué le but de la manoeuvre dans le premier article.

Je conçois que vous restez peut-être perplexe.

Mais pourquoi ? A quoi ça peut donc servir ?

Quel est donc l'intérêt de mémoriser l'ordre d'un jeu de cartes ?

Voyons déjà la réponse d'un champion de la mémoire...

La réponse de Dominic O'Brien

Dominic O'Brien n'est pas qu'un simple champion de mémoire.

C'est LE champion de la mémoire.

Le champion le plus décoré, le plus respecté.

Le pionnier des premiers championnats de mémoire.

Et une personnalité incontournable de la mémorisation sportive.

Ce "pourquoi", on lui a donc posé maintes et maintes fois.

Quand on lui pose la question, il réponds souvent par une autre question :

"Mais pourquoi s'obstiner à se passer un ballon au pied pour aller le mettre à l'autre bout d'un terrain au fond d'un filet."

Comme pour le football, le plus important n'est pas l'objectif mais le processus : comment on y arrive.

Ca, c'est un premier point.

Mais ça va encore au delà ...

Les bases de la mémorisation

Car si l'épreuve des "speed cards" est la plus emblématique des épreuves de mémorisation, ce n'est pas un hasard.

C'est l'épreuve qui permet le mieux d'entraîner sa mémoire.

Et de la mobiliser à volonté dans bien d'autres domaines.

Comment ?

Rappelez-vous.

A la base, la mémoire ne consiste qu'à intéresser son cerveau à des choses banales et monotones.

Si tout ce qu'on voulait mémoriser était mémorable, on n'aurait aucun mal à s'en souvenir.

Mais non, ce sont souvent des choses abstraites, que le cerveau a le plus grand mal à encoder.

Pour y remédier, on utilise l'imagination.

Pour donner du sens à une date, un nom ou un chiffre, on crée des images hautes en couleur.

Et devinez quoi ?

C'est précisément ce qui est à l'oeuvre quand on mémorise des cartes.

Le but est de créer des images mémorables le plus rapidement possible.

Pour cela, il faut pousser l'imagination à ses limites.

Et cette épreuve est un très bon entraînement pour développer cette capacité.

C'est pourquoi grâce à ce défi, je serai nettement plus à l'aise pour mémoriser rapidement l'information qui me plaît.

Ce qui m'aidera pour poursuivre les certifications que je souhaite obtenir.

Mes résultats du jour

Aujourd'hui, j'ai continué mon entraînement avec 3 tentatives de mémorisation.

Voici les chiffres du chrono : 7:03 / 7:15 / 6:52

Malheureusement, je fais encore beaucoup trop d'erreurs dans cette gamme de temps.

Et il me faudra je pense encore quelques jours pour faire un sans faute aux environs de 6 minutes.

On se retrouve demain.

Défi mémorisation : jour 12/30 : 3 astuces pour mémoriser les mnémoniques

Ceci est le compte rendu du jour 12 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : défi : mémoriser l'ordre d'un jeu de cartes en moins de 2 minutes

Après un week-end d'entraînement, me revoilà avec quelques nouvelles sur mon défi mémorisation !

Pour rappel, la semaine dernière, j'étais un peu désemparé devant mon score pour réciter l'ensemble des mnémoniques des cartes.

Autrement dit, le temps que je met pour me souvenir de l'image assignée à chacune des 52 cartes.

En dépit de ce problème, j'ai décidé de revenir à la mémorisation de l'ordre des cartes.

Et j'ai bien progressé puisque je mémorise maintenant l'ordre des cartes en moins de 10 minutes.

Je vous en reparle dans quelques lignes.

La deuxième bonne nouvelle, c'est que j'ai exposé mon problème de mémorisation des mnémoniques à Nelson Dellis, le champion de mémoire US 2014 et 2015.

Et il m'a répondu !

Du coup, je vous donne 3 astuces pour la mémorisation des mnémoniques ...

La réponse de Nelson Dellis

En guise de première astuce, voici la réponse (traduite) de Nelson Dellis :

Si le problème persiste, tu devrais passer du temps avec chacune des cartes. Ce que je faisais il y a des années, c'est que chaque jour, je choisissais une ou deux cartes, et je l'emmenais avec moi : dans la voiture, sous la douche, au dîner, sur le siège d'à côté. Comme ça, j'étais forcé de la regarder et de m'imaginer chaque jour le mnémonique qu'elle représente. J'ai fait en sorte que ces images fassent partie de ma vie. Et après un moment, j'étais devenu si rapide que l'image de chaque carte apparaissait instantanément. Et ça m'a aidé énormément pour l'épreuve des cartes. Je pense honnêtement que c'est ce qui m'a aidé à passer sous la barre des 1 minutes.

Si le champion US a fait ça, autant m'en inspirer !

Ce week-end j'ai donc passé une journée avec Sarah Palin, l'image du 10 de Trèfle.

Et une journée avec Gigi, l'image du 4 de Coeur.

Deux cartes pour lesquelles j'avais des difficultés.

2 autres astuces que j'utilise

A part l'astuce citée plus haut, il y a 2 autres astuces que j'ai utilisées :

La première astuce, c'est de m'imaginer mentalement chacun des mnémoniques en marchant.

Parcourir les 52 cartes les unes à la suite des autres en essayant de garder le rythme pour chaque carte.

Pas forcément à chaque pas étant donné que je marche vite, mais de façon régulière.

Et la seconde astuce, c'est d'essayer de voir la personne associée à la carte dans le dessin de la carte elle-même.

Par exemple, parmi le motif des symboles du 9 de pique, je vois le V de Vladimir Putin.

Ce genre de raccourci m'aide beaucoup quand l'image du mnémonique prend du temps à venir à l'esprit.

Mes résultats

Ce week-end, j'ai donc réalisé plusieurs tentatives de mémorisation.

Mon meilleurs temps était précédemment de 10 minutes 58 pour mémoriser l'ordre d'un jeu de 52 cartes.

Et j'ai réussi à le réduire à 7 minutes 44 !

Soit 3 minutes gagnées, une belle progression 🙂

Mais l'objectif des 2 minutes est encore loin ...

Et les dernières minutes à éliminer seront les plus dures.

A demain pour la suite !

Défi mémorisation : jour 9/30 : la répétition espacée

Ceci est le compte rendu du jour 9 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : défi : maître de la mémorisation

Aujourd'hui, on reprend les techniques de mémorisation, avec un focus sur la répétition espacée.

Et aussi quelques mots sur la formation de la mémoire dans le cerveau...

La répétition espacée

La répétition espacée est une méthode de mémorisation qui permet de mémoriser à long terme des informations avec le moins d'efforts possibles.

On sait tous que pour mémoriser, il faut répéter.

Pourtant, si on ne répète pas correctement l'information, elle risque de rester cantonnée à la mémoire à court terme.

En 1878, le docteur Hermann Ebbinghaus détermina qu'il faut répéter l'information 5 fois pour l'ancrer solidement dans la mémoire

Ou plus précisément : au moins 5 fois.

Et pas de façon aléatoire, mais suivant des intervalles croissantes.

Pour être efficace, votre planning de révisions doit ressembler à ça :

- Une première révision immédiate
- Une seconde révision 24 heures plus tard
- Une troisième révision 1 semaine plus tard
- Une quatrième révision 1 mois plus tard
- Une cinquième révision 3 à 6 mois plus tard

En principe, après ces 5 révisions, l'information est en mémoire à long terme.

Ce qui veut dire que vous pourrez vous en souvenir à vie.

Bien sûr, pour se souvenir de faire les révisions au bon moment, ce n'est pas évident.

C'est pourquoi on peut utiliser un logiciel pour ça, qu'on installe sur son ordinateur ou son smartphone : un logiciel de répétition espacée.

Un logiciel de répétition espacée

Un logiciel de répétition espacée contient des flash cartes, ou "cartes mémoire" qu'on va répéter à différentes intervalles.

On crée une collection de questions, avec leur réponse au dos de la carte.

Et chaque carte est consultée suivant un planning de révision optimal calculé par l'application.

Personnellement, en termes de logiciel, j'ai opté pour Anki, qui est un des plus répandus.

L'avantage, c'est qu'il fonctionne sur à peu près toutes les plateformes : iPhone, Android, Windows, etc.

Et la plupart des versions sont gratuites.

Pour en revenir à mon défi, c'est ce logiciel que j'utilise actuellement pour réviser mes mnémoniques.

Ce qui est très pratique, c'est qu'on peut ajouter des images.

Donc pour chacun de mes mnémoniques, j'ai une image qui apparaît en guise de réponse.

Ca va beaucoup m'aider pour former des images mémorables dans mon palais de la mémoire quand je mémorise l'ordre d'un jeu de 52 cartes.

Comment la mémoire se forme dans le cerveau

Une deuxième chose qu'il faut savoir, c'est que la mémoire ne se forme pas instantanément en mémoire.

Pour une image par exemple, il faut attendre environ 1 minute et de demi pour que le cerveau imprime l'image dans la mémoire.

Et pour une activité comme le vélo, il faut attendre cette fois 10 minutes.

C'est-à-dire que le cerveau va continuer à travailler après que vous avez regardé l'image, ou après que vous avez pris votre leçon de vélo, sans même que vous vous en rendiez compte.

Peu importe que vous ayez changé d'activité.

Si vous buvez un café par exemple, ou que vous passez à toute autre activité, votre cerveau continue à imprimer ce que vous avez appris. 

De là, il en ressort qu'il vaut mieux aussi espacer les séances de mémorisation dans la journée.

Prendre des pauses pour permettre au cerveau de faire tranquillement son travail de mémorisation en tâche de fond.

Et bien sûr : favoriser la plus grande pause : le sommeil !

Mémorisation des mnémoniques

Pour cette journée, j'ai décidé d'utiliser le logiciel Anki pour réviser les mnémoniques avec des images.

Et j'ai aussi réalisé des pauses stratégiques, comme je le préconise plus haut.

Pourtant, je ne suis pas encore satisfait de mes résultats.

Je suis encore à 1 minute 52 pour réciter tous les mnémoniques, ce qui est loin de mon objectif.

Je vais regarder dans la journée sur les forums si je trouve une méthode plus puissante pour mieux réviser les mnémoniques.

Et ensuite je vais me reconcentrer sur mon entraînement de mémorisation des cartes.

Ca se trouve, l'association des mnémoniques vient naturellement après avoir suffisamment pratiqué la mémorisation des jeux de carte.

Je vous souhaite un excellent week-end.

Et à lundi pour la suite de l'aventure !