Défi mémorisation : jour 29/30 : Le bon geste pour parcourir le jeu de cartes

Ceci est le compte rendu du jour 29 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Aujourd'hui, je me suis penché sur la manière de parcourir les cartes quand on mémorise un jeu de 52 cartes.

Vu que c'est l'avant-dernier jour du défi, il était temps que je vois ça !

Et pour trouver le bon geste, j'ai décidé de prendre exemple sur les champions de la mémoire...

Le geste du champion de la mémoire Ben Pridmore

Dans un fil de discussion du forum Art of Memory, le champion de la mémoire britannique Ben Pridmore réponds aux questions des internautes.

Et certains internautes ont remarqué qu'il commence à regarder les cartes du bas de la pile de cartes.

Ce qui implique qu'il voit à tout moment la dernière carte qu'il va mémoriser.

Cette manière de parcourir les cartes pourrait lui donner un léger avantage en fin de parcours.

Pourquoi ? 

Eh bien premièrement, parce qu'il n'a pas besoin de découvrir la dernière carte.

Et deuxièmement, parce que d'ici la fin du jeu de cartes, son subconscient s'est sûrement déjà familiarisé avec cette carte, du fait de l'avoir vue depuis le début.

J'ai regardé de plus près comment il fait.

Et il opère de la manière suivante :

Il commence par prendre le tas de cartes de la main droite.

Puis il fait passer chaque carte du dessous de la pile de droite vers la gauche, en les empilant au-dessus du tas de gauche.

Le voici en vidéo, avec un record de mémorisation à 24 secondes 97 :

Après Ben Pridmore, je me suis dit que les autres champions devaient avoir la même technique...

Mais en fait, ce n'est pas le cas !

Le geste du champion de la mémoire Simon Reinhard

Le champion allemand Simon Reinhard parcours lui aussi les cartes de droite à gauche.

Mais il prends chaque carte du haut de la pile de cartes.

Et il les fait passer une à une de droite à gauche, en les empilant au-dessous du tas de cartes de gauche.

Voici une vidéo où on le voit utiliser cette technique pour mémoriser en 21 secondes 90 :

Cette technique ne me convient pas, car j'ai besoin de voir le numéro situé dans le coin en haut à gauche de la carte.

Sur la vidéo, on voit que le jeu qu'utilise Reinhard contient le numéro dans chacun des quatre coins de la carte.

Mais sur le jeu que j'utilise, j'ai uniquement le numéro de la carte dans le coin en haut à gauche et en bas à droite.

Et il me semble que c'est le cas avec la plupart des jeux de carte.

Maintenant, le plus surprenant, c'est que l'actuel champion Alex Mullen utilise encore une troisième technique !

Le geste du champion de la mémoire Alex Mullen

Contrairement aux 2 autres champions, Alex Mullen parcours les cartes de gauche à droite.

Il prends chaque carte du haut de la pile de gauche.

Et il les fait passer vers le dessous de la pile de droite.

(ce qui veut dire qu'il voit toujours la première carte qu'il a mémorisée)

Pour comprendre, voici une vidéo où on le voit utiliser cette technique pour mémorise en 19 secondes 40 (eh oui, c'est encore plus rapide !) :

Maintenant, devinez quel geste j'ai utilisé depuis le début du défi ?

Eh bien j'utilise la technique de Alex Mullen !

En lisant le fil de discussion de Ben Pridmore, je me suis dit que j'allais changer ma technique.

Mais vu que le champion mondial en titre utilise exactement le même geste que moi, autant le garder 🙂

Mes résultats du jour

Voici mes résultats du jour :
3:48 / 3:51 / 3:39

Avec un métronome réglé à 23 battements par minute (un de plus qu'hier).

Et en moyenne une dizaine d'erreurs (mais un peu moins qu'hier).

Demain, je pense que je vais enlever le métronome pour voir ce que ça donne.

Vu le stress qu'il provoque, je m'attends à une amélioration de mes résultats.

On verra bien !

Défi mémorisation : jour 28/30 : Jouer les Sherlock Holmes dans votre palais de la mémoire

Ceci est le compte rendu du jour 28 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Aujourd'hui, je vous propose de raffiner la technique du palais de la mémoire.

Pour rappel, un palais de la mémoire sert à mémoriser une liste d'objets ou d'images.

Il suffit d'imaginer ces objets dans une séquence d'emplacements familiers.

Et hop, c'est mémorisé !

Pour s'en souvenir, on reparcours ces emplacements.

Et comme par magie, les objets nous reviennent à l'esprit !

Mais que faire s'ils refusent obstinément de surgir de votre mémoire ?

Semer des indices

Si Dame Mnémonsyne (la déesse de la mémoire) refuse de coopérer, vous pouvez toujours mener votre petite enquête.

Comme un Sherlock Holmes avisé, vous allez pister vos images à l'intérieur de votre palais de la mémoire.

Et rechercher le moindre indice qui pourrait trahir leur présence.

Seulement voilà : que faire si votre image n'a laissé aucune trace ?

Sherlock Holmes en personne n'y pourrait rien !

Pour remédier à ce problème, le mieux est de s'assurer que votre image interagit avec l'emplacement auquel vous l'affectez.

Comme ça, même si l'image s'échappe, la trace reste sur l'emplacement.

Et c'est grâce à cette trace que votre image va ressurgir de votre mémoire.

Quelques exemples

Dans mon article sur la méthode PAO, je vous ai déjà expliqué que pour ce défi mémorisation, je mémorise 3 cartes à chaque emplacement.

Cela me fait 3 mnémoniques à associer dans chaque emplacement de mon palais de la mémoire.

A savoir :

  • Une Personne
  • Une Action
  • Et un Objet

Reprenons les exemples que je vous avais donnés : 

Premier exemple : Lady Di donne un coup de poing à un mouton

Deuxième exemple : le Petit Prince se marie avec un punching ball.

Comment faire interagir ces images avec leur emplacement ?

Dans le premier exemple, on pourrait imaginer que le mouton bouge dans tous les sens, et que Lady Di rate son coup à maintes reprises, fissurant le mur d'à côté.

Résultat : vous voyez un mur fissuré dans votre palais de la mémoire, et cela vous ramène le souvenir des coups de poing de Lady Di

Dans le second exemple, on pourra imaginera des serpentins éparpillés un peu partout, ou des pétards et feu d'artifice qui ont noirci le sol.

Résultat : vous voyez qu'une fête de mariage a eu lieu ici, ce qui vous mène à l'image du Petit Prince et du punching ball !

Application dans le cadre de ce défi

Cette technique fonctionne à merveille.

Et c'est une bonne habitude de l'utiliser quand on mémorise avec la technique du palais de la mémoire.

Cependant, elle nécessite un effort de visualisation.

Et cela prends un peu de temps.

Problème : dans le cadre de mon défi mémorisation, je n'ai pas le luxe du temps.

Et en plus, cette étape supplémentaire n'est pas toujours si simple.

Cela dépends des images et des emplacements.

Parfois on imaginera des traces très naturellement, d'autres fois, il faudra chercher midi à 14 heures.

Du coup, j'essaye de m'en servir au maximum.

Mais ce n'est pas systématique.

Mes résultats du jour

Voici mes résultats du jour :
3:30 / 3:44 / 3:37 

Au même rythme du métronome que hier : 22 battements par minute.

Et en moyenne, je fais une dizaine d'erreurs.

Ces résultats sont plutôt encourageant, car mes temps recommencent à diminuer !

J'espère que la tendance va se confirmer demain 🙂

Défi mémorisation : jour 27/30 : mon carnet de performance

Ceci est le compte rendu du jour 27 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Aujourd'hui, je vous parle de mon carnet de performance.

Un outil très précieux pour progresser dans mon défi mémorisation.

Et que j'utilise au quotidien pour noter les résultats de chaque tentative de mémorisation.

A chaque fois, je note :

  • Le temps réalisé
  • Le palais de la mémoire utilisé
  • Le nombre d'erreurs
  • Le tempo du métronome
  • Et d'autres informations sur ma technique de mémorisation

Mon carnet de performance m'aide à trois choses :

Varier les palais de la mémoire que j'utilise

Je vous avais déjà parlé des interférences qui peuvent exister entre plusieurs tentatives de mémorisation.

Quand on utilise trop souvent le même palais de la mémoire, il arrive parfois d'y retrouver le souvenir d'une tentative de mémorisation précédente.

Du coup, on confond les anciennes et les nouvelles images.

Et ça provoque des erreurs.

La bonne nouvelle, c'est qu'il existe un moyen efficace de vider un palais de la mémoire.

Il suffit d'attendre quelques jours que les images contenues disparaissent.

Et ensuite on peut le réutiliser.

Mais en attendant, il faut passer à un autre palais de la mémoire.

Comme j'ai créé plus de 20 palais de la mémoire spécialement pour ce défi, ce n'est pas un gros problème pour moi.

Mais je dois choisir de préférence un palais que je n'ai pas utilisé dernièrement.

Idéalement, un palais que je n'ai pas utilisé depuis 4 ou 5 jours.

Et le carnet de performance me permet de facilement identifier ces palais de la mémoire qui commencent à prendre la poussière...

Suivre la progression de mes performances

Comme son nom l'indique, un carnet de performance sert aussi à suivre ses performances.

Pour cela, je note le temps réalisé, le nombre d'erreurs, et le tempo utilisé.

Ca me permet de voir si je progresse ou si je stagne, quels sont mes meilleurs temps, etc.

Et j'en profite aussi pour partager avec vous mes résultats journaliers.

On peut dire que c'est aussi une source de motivation.

Chaque jour, je me vois progresser, et ça m'encourage à persévérer.

D'où la régularité de l'habitude.

Adapter ma technique

Enfin, très important : je prends note de ce qui m'a aidé ou ce qui m'a empêché d'atteindre de bonnes performances.

Je vous avais déjà parlé précédemment du phénomène de plateau de performances.

C'est un niveau de performance à partir duquel on commence à stagner.

Pour le surmonter, il faut se forcer à sortir de sa zone de confort.

Mais cela va provoquer beaucoup plus de fautes que d'habitude.

Et c'est en repérant les causes de ces fautes, qu'on va pouvoir se corriger et progresser à nouveau.

C'est pourquoi il est très important que je note par exemple :

- Quelles sont les cartes dont le mnémonique me vient le plus lentement à l'esprit ?
- Quelles sont les cartes que je confond
- Quelles associations d'image passent inaperçu ?
- Quelles sont celles, par contre, qui sont les plus mémorables ?

Etc.

C'est grâce à cela que j'ai pu optimiser mes mnémoniques.

Et c'est aussi ce qui me permet de créer des images toujours plus mémorables, le plus rapidement possible.

Ce qui est d'ailleurs le plus gros intérêt de l'exercice.

Mes résultats du jour

Voici mes résultats du jour :
4:35 / 3:49 / 3:55 / 4:23

Pour cette session, le rythme du métronome était de 22 battements par minute.

Parfois, il m'arrive encore de tomber sur des cartes dont le mnémonique ne me vient pas directement à l'esprit.

Ce qui me ralentit encore pas mal.

En principe, j'ai fait le gros du boulot concernant l'optimisation des mnémoniques.

Et j'espère ne plus trop y toucher, ce qui me permettra je l'espère de reprendre ma progression en dessous des 4 minutes.

Défi mémorisation : jour 26/30 : j’ai invité ma famille dans mon palais de la mémoire

Ceci est le compte rendu du jour 26 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Voilà un titre qui devrait attirer l'attention de ma mère, toujours fidèle lectrice de mes articles 🙂

Aujourd'hui, je vous parle d'une astuce très utilisée par les mnémonistes, et que j'ai adoptée ce week-end. 

Je vous rappelle que j'utilise la technique du palais de la mémoire pour mémoriser les cartes.

Et j'y ai invité ma famille...

La technique du palais de la mémoire

Pour rappel, la technique du palais de la mémoire consiste à imaginer les objets à mémoriser dans un lieu très familier.

Ca peut être votre maison d'enfance, ou un trajet à pied si vous voulez.

Le but du jeu étant de placer chaque objet à mémoriser dans une séquence d'emplacements désignés à l'avance à l'intérieur de ce lieu familier.

Bien sûr, ce ne sont pas les cartes elles-même que j'imagine dans le palais de la mémoire.

Mais des images symbolisant chaque carte.

On appelle ça des mnémoniques.

Et dans mon cas, les mnémoniques sont des personnes.

Des personnes célèbres que j'imagine dans toutes sortes de situations absurdes pour rendre la scène mémorable.

Jusque là, j'avais soigneusement évité d'inclure des membres de ma famille en tant que mnémonique.

Mais j'ai changé d'avis...

Des mnémoniques surpuissants

Pourquoi j'ai appelé ma famille à la rescousse ?

Simplement parce que parmi les gens qu'on connaît, il n'y a pas plus familier et mémorable que notre famille.

J'ai donc décidé de remplacer les personnes les moins mémorables de mes mnémoniques actuels par des membres de ma famille.

Et ça donne déjà de très bons résultats !

Vous me direz, j'aurais pu le faire depuis le début...

Dans les livres sur la mémorisation, c'est ce qui est conseillé.

Habituellement, c'est la couleur "coeur" qui contient les membres de la famille (les personnes qu'on aime).

Mais j'avais quelques réticences.

Je me demandais quels effets secondaires ça donnerait d'imaginer ma famille dans des situations absurdes.

Mais après mûre réflexion, cela ne me semble pas un problème.

Car les images disparaissent très rapidement si on ne les révise pas.

Je me suis même ajouté moi-même (3 de trèfle), ainsi que des amis proches.

Et l'avantage de modifier les mnémoniques après coup, c'est que je sais déjà quels sont les moins mémorables parmi les mnémoniques existants.

Ces nouveaux mnémoniques vont donc me permettre de beaucoup mieux visualiser les expression de visage comparé aux anciens mnémoniques.

Et aussi d'impliquer davantage mes émotions dans le processus de mémorisation.

Ce qui va créer des images plus riches et plus mémorables.

Mes résultats

Voici mes résultats de ce weekend :
3:52 / 4:17 / 3:48 / 3:51 / 4:09 / 4:00 / 3:37 / 4:07 / 4:50

Et je suis passé à 21 battements par minute.

Pas encore de record personnel car j'ai fait des erreurs pour chacun de ces temps.

Mais le nombre d'erreurs diminue.

Hier (dimanche), j'ai eu une grosse crise d'Algie faciale pendant 2h30.

Alors vu que je n'étais pas très en forme, j'ai pris la journée en tant que jour de repos.

C'est important de prendre un jour de repos de temps en temps pour pouvoir reconstituer  sa mémoire.

D'autant que pour le moment, je m'étais entraîné chaque jour.

Demain, je vous parlerai d'un outil essentiel que j'utilise dans le cadre de ce défi mémorisation.

Défi mémorisation : jour 23/30 : améliorer la mémoire avec du magnésium

Ceci est le compte rendu du jour 23 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Aujourd'hui, je me suis intéressé aux aliments qui améliorent la mémoire.

Je vous préviens : je ne suis pas nutritionniste.

Et vous devriez bien réfléchir avant de changer vos habitudes alimentaires.

Mais j'avais envie de partager avec vous quelques découvertes...

Les préconisations habituelles

Quand on regarde les suppléments alimentaires en vente dans le commerce, on remarque 2 choix très populaires pour la mémoire :

1) le Ginkgo Biloba.

2) les gélules d'Oméga 3.

Problème : pour le Ginkgo Biloba, il n'y a jamais eu d'étude vraiment concluante concernant l'effet sur la mémoire.

Et en plus, une étude réalisée sur des animaux de laboratoire a montré que l'extrait de Ginkgo Biloba provoque des cancers de la thyroïde et du foie !

Mieux vaut donc éviter...

Quant aux gélules d'Oméga 3, il ne semble pas non plus y avoir vraiment d'effet prouvé quand on consulte les méta-analyses.

Peut-être aussi que nous consommons suffisamment de poisson aujourd'hui pour satisfaire nos besoins en Oméga 3.

Les suppléments seraient donc inutiles pour notre organisme.

Par contre, j'ai lu quelques résultats intéressants sur le magnésium.

Du magnésium contre le cancer ?

La première étude sur laquelle je suis tombé est très ancienne.

Elle date de 1931.

Une étude en Egypte sur des populations rurales où le cancer était quasiment inexistant à l'époque.

Les chercheurs se sont demandé quelle était la cause de cette rareté.

Et ils ont remarqué une spécificité dans le régime alimentaire.

Ces populations consomment 10 fois plus de magnésium que la normale.

C'est-à-dire 2.5 à 3 grammes de magnésium par jour !

Bien plus de magnésium que la plupart des occidentaux, qui ont tendance à être en carence.

Une des causes de cette carence serait la consommation de produits raffinés.

Sachant que les céréales complètes par exemple contiennent du magnésium, mais pas les céréales raffinées.

Et cette carence en magnésium pourrait donc expliquer en partie le taux élevé de cancer des occidentaux.

Tandis que ces populations rurales d'Egypte en étaient épargnées à l'époque.

Bien sûr, tout cela est hautement spéculatif.

Ca pourrait simplement être une coïncidence.

Mais déjà ça laisse à réfléchir sur les vertus du magnésium.

Maintenant vous me direz : où est le lien avec la mémoire ?

Améliorer la mémoire avec du magnésium

Il se trouve que le magnésium est connu depuis une dizaine d'années pour ses bienfaits sur la mémoire.

Il agit notamment sur la plasticité du cerveau au niveau des axones des neurones.

Une carence en magnésium, comme on en trouve chez beaucoup d'occidentaux, pourrait donc limiter les capacités de mémoire et d'apprentissage.

D'où l'idée d'utiliser un supplément alimentaire de magnésium.

Problème : jusqu'à récemment, ce n'était pas possible de remédier à cette carence dans le cerveau.

En tout cas pas directement.

Car les suppléments de magnésium sont bloqués par la barrière hémato-encéphalique.

En clair, ils ne peuvent pas pénétrer dans le cerveau.

C'est pourquoi des chercheurs, dont un lauréat du prix Nobel, se sont mis en quête d'une nouvelle formulation du magnésium pour passer cette barrière.

C'est de là qu'est né le composé appelé magnésium L-threonate, qui a la vertu de passer la barrière hémato-encéphalique.

Ce qui permet d'augmenter la concentration de magnésium dans le cerveau.

Ce composé a déjà montré son efficacité chez les souris, où il permet même de guérir des souris atteintes de dégénérescence du cerveau.

Le nom commercial de la substance est Magtein et j'en ai commandé un flacon de 90 comprimés.

Comme je l'ai fait remarquer, je ne suis pas nutritionniste.

Le nombre de personnes testées avec ce supplément est limité, et ses effets à long terme sont inconnus.

Alors à ne pas essayer si vous n'avez pas l'âme d'un rat de laboratoire !

Mes résultats

Revenons maintenant à mon défi mémorisation...

Voici les résultats du chrono d'aujourd'hui :

4:06 / 4:19 / 4:46 / 4:29 / 4:07 / 4:18

Je suis passé de 19 à 20 battements par minute.

Et pourtant mes temps ne diminuent pas...

Pourquoi ça ?

Eh bien je vous ai déjà expliqué la cause hier.

Il faut encore que je m'habitue à mes nouveaux mnémoniques.

J'espère que ce week-end, je passerai pour de bon cette fichue barrière des 4 minutes !

Sur ce, je vous dis à lundi pour la suite 🙂

Défi mémorisation : jour 22/30 : optimiser les mnémoniques

Ceci est le compte rendu du jour 22 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Hier, je constatais une légère baisse de mes performances.

Et je vous avais promis de vous expliquer pourquoi.

La raison est simple : j'ai optimisé certains de mes mnémoniques.

Cela réduit mes performances à court terme puisque je dois les réapprendre.

Mais à long terme j'y gagne.

Voici comment j'ai procédé...

Objectif : 36 BPM

Mon objectif est de mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes.

C'est-à-dire 26 cartes à la minute.

Vous savez déjà que j'utilise un métronome pour m'entraîner.

Or, vu que je mémorise au rythme de 3 cartes tous les 4 temps, ça nous donne environ 36 battements à la minute.

Actuellement, je l'ai réglé à 19 battements par minute car je suis aux environ de 4 minutes.

Mais juste pour voir, j'ai essayé de le régler à 36 battements par minute,

Et cela m'a permit de découvrir des faiblesses dans mes mnémoniques.

Optimiser les mnémoniques

Pour optimiser mes mnémonique, j'ai utilisé 3 règles :

Premièrement : les mnémoniques doivent être mémorables.

Pour ça, j'ai ajouté par exemple de la couleur et de l'humour.

C'est ainsi que mon 3 de trèfle est passé de :

L'inspecteur gadget déploie ses jambes à ressort

à :

L'inspecteur gadget fait de la trottinette rose.

Deuxièmement : les mnémoniques doivent être simples à imaginer.

Pour la dame de pique, j'avais mis :

Cruela donne un baiser empoisonné.

Mais le baiser est un peu ambigüe, parce qu'il peut être à la fois vu comme un geste d'amour et un geste hostile (avec le poison).

Je l'ai donc transformé en quelque chose de plus direct :

Xena arrache une tête (avec la colonne vertébrale qui pends !)

Là au moins, c'est simple à imaginer.

Troisièmement : les mnémoniques ne doivent pas prêter à confusion

Pour mon 3 de pique, j'utilise Darth Vador.

Et pour mon 3 de carreau, Batman.

Or, j'avais tendance à les confondre.

Ils sont tous les deux noirs avec une grande cape.

Maintenant, j'essaye d'imaginer Batman en bleu.

Quelques doutes

Aujourd'hui, j'ai eu trois crises d'Algie vasculaire de la face.

Une maladie que je développe à peu près tous les 3 ans.

C'est un mauvais coup du sort.

Et cela risque d'affecter mes performances vu qu'en général, les crises s'étendent sur 2 semaines.

Cela dit, je prend un médicament (des cachets l'Isoptin) pour limiter le nombre des crises.

J'espère que cela suffira.

Deuxièmement : un membre fréquent du forum Art of Memory estime qu'il me faudra 3 mois pour arriver à 2 minutes !

J'espère lui prouver le contraire...

En attendant, je ne suis plus aussi confiant d'atteindre les 2 minutes d'ici le 30ième jour.

Mais si cela devait arriver, je m'engage à jouer les prolongations 🙂

Mes résultats

Voici les résultats du chrono : 4:23 / 4:56 / 3:52

Toujours à 19 battements par minute.

Comme vous le voyez, j'ai encore du mal à m'entraîner sous les 4 minutes.

Mais je fais moins de fautes qu'avant.

Allez, encore un petit effort !

Défi mémorisation : jour 21/30 : seul au monde, ou comment être parfaitement concentré

Ceci est le compte rendu du jour 21 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Quand on mémorise en intensif, mieux vaut être parfaitement concentré.

C'est une capacité qui se travaille.

Mais elle bénéficie aussi du bon environnement.

Voici quelques astuces que j'utilise pour maximiser ma concentration...

Créer du calme

Que faire pour bien se concentrer ?

Dans l'idéal, on se trouve un endroit calme.

Bon, c'est pas toujours simple.

En tout cas, pas pour moi.

Entre le chien d'à côté, l'enfant hyperactif des voisins ou la radio du gardien, il y a toujours quelque chose pour capter mon attention.

Alors j'utilise une application qui génère un bruit blanc sur mon téléphone portable.

J'ai découvert que c'est vraiment efficace pour éviter d'être dérangé en plein entraînement.

Dans l'application, j'ai le choix entre plusieurs types de sons continus.

Personnellement, j'utilise le ventilateur, qui donne en général de bons résultats.

Du côté des champions de mémoire, le must est un casque antibruit de chantier !

Je ne suis pas allé jusque là...

Ma tenue de mnémoniste

Ensuite, il y a la vue.

Tout le monde sait que l'idéal est de fermer les yeux quand on veut se concentrer.

Mais bon... j'ai besoin de voir mes cartes quand même...

Alors j'utilise une astuce très utilisée par les mnémonistes.

Il s'agit de condamner le champ de vision périphérique.

Oui, un peu comme les oeillères des chevaux...

Garder l'attention droit sur les cartes !

Pour ça, on utilise simplement les 2 cartes joker.

Qu'on rentre dans des lunettes.

Voici ce que ça donne :

Un peu bizarre comme look...

Mais ça marche !

Et enfin la touche finale : débarrasser la table pour éviter que l'attention accroche sur un objet particulier.

Avec tout ça, je suis paré pour mémoriser !

Une petite baisse de régime

Aujourd'hui, je n'ai pas été en forme.

Voici les résultats du chrono : 4:05 / 4:26 / ?:?? (oublié de mettre le chrono) / 5:01

Toujours à 19 battements par minute.

Aucun temps en dessous de 4 minutes, alors que c'était mon objectif.

Et encore autant de fautes que hier. C'est à dire plus de 20 fautes sur les 52 cartes..

Demain, je vous explique à quoi est dûe cette baisse de régime, à mon avis, ...

Défi mémorisation : jour 20/30 : une discipline de champion

Ceci est le compte rendu du jour 20 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Hier, je vous ai parlé de plateau de performance.

Et je vous expliquais comment surmonter ce plateau avec la technique du métronome.

Une technique qui m'a bien aidé à progresser dans mes performances ce week-end.

Mais ça n'a pas été mon seul atout.

J'ai aussi profité vendredi soir d'une bonne nuit de sommeil réparatrice.

Et ça a fait une grosse différence !

Priorité aux priorités

Du haut de mes 39 ans, je sais que je ne suis plus aussi vif d'esprit qu'un ado ou un jeune adulte.

Et j'ai aussi un travail très stressant, une équipe à encadrer, et de multiples casquettes.

Alors pour mettre toutes mes chances de mon côté, je priorise mes journées avec soin.

Bien que vendredi dernier, j'ai été particulièrement fatigué de ma semaine, je m'arrange pour récupérer le mieux possible chaque jour.

Pour ça, je tâche de rester bien concentré au travail pour accomplir un maximum en 8 heures exactement, ni plus, ni moins.

Une fois rentré chez moi, je mange le plus tôt possible, afin que mon sommeil ne soit pas troublé par ma digestion.

Puis je m'allonge un peu, je  prépare mes affaires du lendemain, et j'écris mon journal de bord.

J'écris ensuite l'article du jour.

Et je me couche aux environs de 21h30/22h.

Le lendemain, je me lève à 6h du matin.

Après ma toilette, je relis et je publie l'article.

Et je démarre ma séance d'entraînement, qui dure environ 1h30.

Pour aller au travail, je fais du vélo. Ce qui me permet de faire de l'exercice sans dépenser de temps supplémentaire.

Et je fais une petite promenade digestive à la pause du midi.

Enfin, la petite touche finale : je fais des siestes pendant les pauses sur mon lieu de travail.

Saviez-vous que même si vous ne dormez pas, le seul fait de fermer les yeux suffit pour restaurer l'attention ?

Croyez-moi, les siestes, c'est magiques !

Et c'est comme ça que je trouve le temps de m'entraîner et de récupérer comme il se doit.

Bien sûr, je n'ai pas d'enfant, ce qui me permet d'avoir le calme à la maison.

Et je sais que vous salivez si vous êtes parent d'enfants en bas âge !

Le jour où j'en aurai, ce seront eux ma priorité 🙂

Une cure de fautes

En ce 20ième jour, comme prévu, je me suis entraîné sous la barre des 4 minutes.

Enfin... j'ai essayé !

Résultats du chrono : 4:00 / 3:47 / 4:18 / 3:57

Rythme du métronome : 19 battements par minute.

Et plus de 20 fautes en moyenne sur les 52 cartes..

Voilà qui s'appelle "sortir de sa zone de confort" 🙂

Défi mémorisation : jour 19/30 : surmonter un plateau de performance

Ceci est le compte rendu du jour 19 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : maître de la mémorisation en 30 jours

Aujourd'hui, on va voir le concept de plateau de performance.

Je vous donne mon expérience là-dessus.

Et je vous explique ce qu'il faut faire pour le surmonter...

Les 3 phases de l'apprentissage

Comme son nom l'indique, un plateau de performance est le moment où vous commencez à stagner dans vos performances.

Vous ne progressez plus, ou très peu.

A quoi est dû ce plateau de performance ?

Pour le comprendre, il faut se pencher sur le processus d'apprentissage.

Quand on apprends une nouvelle activité, il y a 3 phases :

1-  La phase cognitive, où l'on intellectualise l'activité, et où l'on découvre des stratégies pour la réaliser.

2- La phase associative, où l'on n'a plus besoin d'autant de concentration qu'avant. On fait moins de grosses erreurs, et on améliore ses performances en affinant ses stratégies. 

3-La phase automatique, où l'on ne réfléchit plus à l'activité. On a atteint un niveau où l'on se sent à l'aise pour réaliser la tâche. On se repose sur ses acquis et on cesse d'apprendre.

Le danger, c'est quand on arrive au niveau 3.

Avec les cartes par exemples, si vous vous contentez de répéter vos séances de mémorisation, au bout d'un moment le plateau de performance va apparaître.

C'est-à-dire que vous allez stagner arrivé à un niveau de performance donné.

Parce que vous avez atteint un niveau confortable avec la technique du palais de la mémoire.

Et que vous vous contentez de répéter confortablement la même technique exacte, encore et encore, sans l'améliorer.

Comment faire pour surmonter ce plateau de performance ?

Le plateau de performance chez les dactylographes

Dans une expérience, des chercheurs se sont demandé quelle était la meilleure stratégie pour améliorer la vitesse de frappe d'un groupe de dactylographes.

Ils ont découvert que la méthode la plus efficace est de les forcer à taper plus vite que leur niveau actuel.

Comment ?

En faisant apparaître les mots 10 à 15% plus rapidement que ce que leurs doigts étaient capables de taper.

Au début, ils n'étaient pas capables de suivre le rythme.

Mais après quelques essais, ils sont parvenus à identifier les obstacles qui les bloquaient.

Et après les avoir surmontés, ils ont réussi à améliorer leur niveau.

Ce qui s'est passé ici, c'est qu'ils sont sorti de la phase automatique, où ils réalisaient encore et encore, machinalement, la même technique.

Ils sont revenus à la phase 2. La phase associative. Et ils sont parvenus à reprendre le contrôle conscient de leurs tâches.

Ce qui leur a permis de progresser à nouveau.

Remarquez bien ici l'importance de s'autoriser à faire des erreurs.

Car c'est en notant et en analysant ces erreurs qu'on va pouvoir peaufiner la technique pour venir à bout du plateau de performance.

Application à la mémorisation des cartes

C'est dans le livre Aventures au coeur de la mémoire de Joshua Foer que j'ai découvert la notion de plateau de performance.

Un livre que j'ai lu (en anglais) il y a presque 3 ans.

J'étais donc averti que ce phénomène allait probablement arriver pour moi aussi.

Et j'ai donc adopté la technique préconisée.

Cette technique est simple. 

Il s'agit d'utiliser un métronome pour se forcer à mémoriser rapidement chaque carte du jeu.

C'est-à-dire qu'à chaque tic du métronome, je dois arrêter de mémoriser la carte courante et passer à la carte suivante.

Ou plutôt "arrêter de mémoriser les 3 cartes courantes, et passer aux 3 cartes suivantes".

Puisque je mémorise les cartes 3 par 3.

Cette technique, je l'ai utilisée quasiment depuis le début du défi.

Mais j'ai réellement découvert sa puissance ce week-end.

Et pour cause : je n'utilisais pas cette technique de façon très sérieuse.

Parfois, même quand le tic retentissait, je continuais quand même à mémoriser tranquillement mes 3 cartes sans passer aux 3 suivantes.

Mais depuis ce week-end, je me force maintenant à suivre précisément le rythme.

Et grâce à ça, j'ai encore réalisé un bond dans ma progression ...

En dessous des 5 minutes

Ce week-end, j'ai réalisé un nouveau meilleur temps.

Un sans faute à 4 minutes 57 secondes !

Soit 1 minute 26 de mieux que mon précédent record, que j'avais établi vendredi dernier.

C'est dire la puissance de la technique !

Désormais, je vise les 4 minutes.

Et j'ai déjà commencé à m'entraîner sous la barre des 4 minutes.

Cela dit, ça s'annonce ardu.

Durant ma dernière tentative à 3:49 minutes, je n'ai pu mémoriser que 14 cartes sur les 52...

Mais j'ai bon espoir qu'en analysant mes erreurs, je viendrai à bout des 4 minutes cette semaine 🙂

Défi mémorisation : jour 16/30 : des fantômes dans mon palais de la mémoire

Ceci est le compte rendu du jour 16 de mon défi mémorisation qui a commencé ici : mémoriser l'ordre d'un jeu de 52 cartes en 2 minutes

Aujourd'hui je vous explique un phénomène qui arrive à tous les débutants en mémorisation.

Spécifiquement quand on s'entraîne intensément comme moi à une épreuve de mémorisation comme les "speed cards".

Voici quel est ce phénomène...

Des fantômes dans mon palais de la mémoire

Si vous avez suivi mes précédents articles, vous savez que j'utilise la technique du palais de la mémoire (ou méthode des loci) pour mémoriser l'ordre d'un jeu de cartes.

Pour rappel, il s'agit d'une séquence d'emplacements dans un espace familier comme une maison, ou un trajet à pied par exemple.

Pour mémoriser, on stocke donc les objets à mémoriser dans ces emplacements.

Et il suffit ensuite de les parcourir pour se souvenir de ce qu'on y a stocké.

Jusqu'ici tout va bien.

Mais que se passe-t-il si on utilise plusieurs fois le même palais de la mémoire ?

Par exemple, dans le cas d'un entraînement aux "speed cards" .

Si vous utilisez votre palais de la mémoire deux ou trois fois, rien de grave.

Généralement, on arrive assez bien à distinguer la dernière image qu'on voulait mémoriser.

Mais si on s'obstine à utiliser jour après jour le même palais de la mémoire, ça commence à faire beaucoup.

A force, certaines images s'incrustent durablement dans certains emplacements.

Comme des fantômes qui hantent une maison.

Et on en vient à les confondre avec les nouvelles images à mémoriser.

D'un côté, c'est bon signe, ça veut dire que vous avez fait des images profondément mémorables dans vos précédents entraînements.

Mais c'est gênant pour progresser.

Surtout quand on arrive à des vitesses de mémorisation élevées. 

Où les nouvelles images sont si fragiles qu'un rien peut nous induire en erreur.

L'astuce, elle est toute simple : utiliser plusieurs palais de la mémoire.

Au début, quand on n'a pas trop l'habitude de créer des palais de la mémoire, on hésite un peu.

En général, on utilise un palais de la mémoire très familier.

Comme la maison dans laquelle on habite ou sa maison d'enfance.

Et on se dit qu'il n'y a pas mieux que ce palais.

Mais d'expérience, je peux vous dire que même de nouveaux palais peuvent donner de bons résultats.

La preuve : aujourd'hui même, je viens de battre mon meilleur temps avec un tout nouveau palais de la mémoire !

Alors n'hésitez pas à créer plusieurs palais d'entraînement.

Un nouveau meilleur temps !

C'est donc officiel.

J'ai établi un nouveau meilleur temps !

Un sans faute à 6 minutes 23 secondes.

Soit plus d'une minute en moins que mon précédent record, qui était de 7 minutes 44 secondes.

Voilà qui fait plaisir.

Les chiffres du chrono pour mes 3 dernières tentatives : 6:11 / 6:23 (sans faute !) / 5:43

Je ne suis pas complètement satisfait.

Car je m'étais donné comme objectif de m'entraîner sous la barre des 6 minutes.

Mais c'est toujours encourageant d'établir un nouveau meilleur temps.

On se retrouve lundi.

Je vous souhaite un excellent week-end !