Une minuterie logicielle pour booster votre productivité

Par | 16 janvier 2008

Un compte à rebours remplace le bouton démarrer de Windows

On voit souvent d’un mauvais oeil les contraintes et limitations qu’on peut rencontrer dans notre travail. Et on les accuse même de nous empêcher d’atteindre nos objectifs. Pourtant, une contrainte n’est pas forcément une gêne et peut nous rendre service.

S’imposer une limite temporelle est par exemple un bon moyen pour se motiver. Cela nous force à réfléchir plus rapidement et plus créativement pour respecter le temps imparti. On est donc plus efficace que lorsqu’on sait qu’on peut prendre tout son temps.

A cette fin, une minuterie peut se révéler particulièrement utile. Vous pouvez utiliser une traditionnelle minuterie de cuisine bien sûr ou bien comme moi une minuterie logicielle.

Pour ce faire, je vous propose aujourd’hui un petit utilitaire très sympatique sous Windows, déniché sur le forum de AutoHotKey.

Il se présente sous la forme d’un compte à rebours qui s’affiche sur le bouton Démarrer de windows et au terme duquel un message d’alerte paramétrable apparaît.

Voici le lien vers l’exécutable : AHK Timer [pour Windows XP]

Nul besoin de l’installer, il est autonome.

8 commentaires sur l'article “Une minuterie logicielle pour booster votre productivité

  1. khrys

    La j’ai du mal a comprendre :
    « On est donc plus efficace que lorsqu’on sait qu’on peut prendre tout son temps. »
    C’est pas justement le contraire que tu fais avec ce compte a rebour ? « il vous reste 5 min pour finir votre code »
    Perso, ca me stresserai plus qu’autre chose, et pourtant, des deadlines de merde, j’en ai un paquet :(

  2. Alexandre Auteur de l'article

    @Khrys : je crois que tu as vite lu la phrase et que tu n’as pas remarqué le QUE :
    « On est donc plus efficace QUE lorsqu’on sait qu’on peut prendre tout son temps »

    Je dois dire que te connaissant, je savais que tu allais réagir ainsi. Mais le stress n’est pas forcément quelquechose de mauvais. Il existe à l’état naturel et nous aide à être plus réactif dans les situations d’urgence.

    Imagine que ton bosse te donnes un mois pour un programme qui pourrait être fait en une semaine.
    A ce moment, tu vas prendre tout ton temps, et peaufiner ton beau programme, et en effet au bout d’un mois il sera parfait. Mais il aura coûté 4 fois plus cher qu’avec une deadline réaliste.

    Maintenant imagine le contraire : on te donne 3 jours pour réaliser le même programme. Dans ce cas, tu vas te concentrer sur l’essentiel et même si tu affiche un retard au bout du 3ième jour, tu finiras certainement au bout d’une semaine, rentrant du coup dans les délais. Magique non?

    Evidemment on ne peut pas non plus trop comprimer les délais, ce serait invivable, mais l’idée c’est qu’il faut un minimum de pression, sinon le boulot n’avance pas.

  3. khrys

    Pardon, j’ avais mal lu.

    Pour le rester, c’est facile, cela s’inscrit dans le triangle magique si connu : les angle sont « qualite », « vitesse », « cout du projet ». Tu peut tirer sur un, ou deux, mais toujours au detriment du troisieme.
    Pour ma part, « I don’t ship bullshit ». Je l’ai deja fait savoir ici, et meme dans le projet ou je suis avec une deadline impossible, au lieu de sacrifier la qualite, j’ai pu forcer le client a accepter une serie de limitations, de sorte qu’on ne tire pas trop sur la qualite.
    Travailler avec un compteur, c’est pareil pour moi. A part ajouter du stress, et pousser a commettre des fautes ou faire du « quick and dirty », je ne vois pas l’interet. Certes, le cout est inferieur au debut, mais vu le prix qu’il faudra mettre pour reparer les bugs plus tard, tu y perds de toutes facons. Sans compter que le client n’est pas content et donc ne revient pas.

    A mon avis, dans le triangle dont je parlais, les cotes ne sont pas egaux. La distance entre « qualite » et « vitesse » est plus grande. Et je prefere qualite :)

  4. Alexandre Auteur de l'article

    @Khrys : je crois que le triangle devrait aussi intégrer le facteur motivation.
    En ce qui concerne le compteur, je l’utilise très fréquemment et c’est un très bon facteur de motivation.
    Mais je peux comprendre que ça ne corresponde pas à tout le monde.

  5. khrys

    De plus, les gens ne peuvent supporter le stress que sur une duree limitee. Par exemple, en Decembre et Janvier, ma moyenne d’heures quotidienne est au dessus de 12H, a travailler comme un acharne. Pareil pour le reste de l’equipe. La fatigue est omni-presente, et les erreurs plus frequentes. Heureusement, jusque la, nous les avons vues avant de les envoyer dans une release, et donc nous avons pu les corriger. Heureusement encore, le projet est presque fini …

  6. Alexandre Auteur de l'article

    @Khrys:
    « les gens ne peuvent supporter le stress que sur une duree limitee » ça c’est vrai, mais là tu ne parles que d’un travail où tu as déjà la pression. La preuve c’est que tu fais l’amalgame entre les 2. Je peux donc concevoir que tu n’ai pas besoin du compteur dans ce contexte, bien qu’il puisse t’être utile afin d’évaluer le temps passé à chaque tâche.
    Maintenant imagine que tu aies depuis longtemps le rêve d’écrire un livre par exemple mais que tu n’ai jamais commencé tellement l’entreprise te semble longue. Dans ce cas tu peux utiliser le compteur pour te réserver chaque soir un petit moment pour écrire, en te disant par exemple : « tant que le compteur n’a pas sonné, je reste concentré sur mon bouquin ».

    En passant, je crois que beaucoup de choses peuvent être optimisées pour gagner en vitesse sans augmenter le coût et sans faire baisser la qualité, par exemple en utilisant des outils plus appropriés ou en utilisant le temps d’une manière plus créative.

  7. Pingback: Eyka » Blog Archive » Maîtrisez le temps avec ‘Klok’

Les commentaires sont fermés.