Tsingy de Bemaraha : les Grands Tsingy et l’Allée des Baobabs

Par | 8 août 2008

Voyage aux Tsingy de Bemaraha - 2e partie

En janvier dernier, vous avez pu découvrir la première partie du récit de mon voyage aux Tsingy de Bemaraha dans l’article suivant : Tsingy de Bemaraha : la descente de la Tsiribihina. Il était donc grand temps que je publie la suite, tandis que je me prépare déjà à émigrer à l’Ile Maurice.

Lors de la première partie, nous nous étions arrêtés au village de Belo sur Tsiribihina, qui est la ville qu’on atteint à la fin de la descente du fleuve Tsiribihina.

Comme on peut le voir sur la carte, nous sommes maintenant très proche des Tsingy. La suite du voyage consiste à rejoindre Bekopaka en 4×4. C’est un petit village en bordure du massif des Tsingy. On rebroussera ensuite chemin pour parcourir la route de Morondava qui est bordée de nombreux baobabs, surtout sur une portion de route qu’on appelle l’Allée des Baobabs. Après Morondava, il sera temps de rejoindre la capitale Antananarivo en passant par la ville d’Antsirabe.

carte-de-madagascar-retour

Nous traversons donc tout d’abord la Tsiribihina. Et nous débarquons du bac à Belo-sur-Tsiribihina.

01-bac-arrivee-belo-tsiribihina

On attaque ensuite une piste de 70 kms, soit à peu près 4h en 4×4 jusqu’à Bekopaka, un village à l’entrée des Tsingy de Bemaraha.

02-panneau-tsingy-bemaraha

Au bout de la piste, la rivière Manambola nous sépare de Bekopaka. Nous devons donc reprendre un bac. Il y a quelques crocodiles qu’on ne verra pas, il faut dire que la zone est très fréquentée en cette période touristique.

03-manambola-traversee

A Bekopaka, nous sommes hébergés dans un bungalow au relais des Tsingy, c’est un complexe tout récent.

04-relais-des-tsingy

Je ne vous conseille pas leur cuisine mais la vue est superbe :

06-vue-sur-bekopaka

Nous y croisons un élégant gecko, c’est une espèce de lézard.

05-bekopaka-gecko

Le lendemain, la visite commence par les gorges de la Manambola, qui font 80m de hauteur. On peut y observer quelques tombeaux Vazimba cachés dans les falaises. Les Vazimba furent les premiers habitants des lieux.

Nous nous arrêtons dans quelques petites grottes où l’on peut admirer des stalactites et stalagmites.

07-manambola-pirogue-gorges

08-manambola-stalactites-stalagmites

La visite des Tsingy proprement dite se fera l’après midi.

Dans la forêt primaire qui les borde, nous découvrons de sympatiques sifakas (ce qui veut dire lémurien en malgache). Celui-ci est de l’espèce « propithèque de verreaux ».

lemurien-tsingy

Certains arbres sont étouffés par des lianes parasites impressionnantes par leur taille.

10-tsingy-bemaraha-liane

Arrivés au bord du massif des Tsingy, nous commençons à les escalader à l’aide de baudriers et de cordes et grâce à des échelles. Ca a l’air impressionnant comme ça mais le circuit est à la portée de tout le monde.

12-tsingy-bemaraha-escalade

Les Tsingy de Bamaraha sont le plus grand site protégé de l’île, soit 157.000 ha regroupant le parc national (celui-là) et une réserve naturelle intégrale plus au nord.

Ici nous approchons de l’un des sommet, aménagé en belvédère.

13-tsingy-bemaraha-belvedere

Les Tsingy sont des églises naturelles aux clochers de Karst, classées par l’UNESCO. Ce sont des formations karstiques en forme d’aiguilles. Absolument spectaculaires!

Bon voyons, comment dit-on « se suicider » en malgache. Ah d’accord : Mamoha fo 😉

14-tsingy-bemaraha-belvedere

Il y a 200 millions d’années le plateau du Bemaraha était entièrement recouvert par la mer.

15-tsingy-bemaraha-sommet

Les coquillages et les coraux morts se soudèrent entre eux lentement, formant des couches successives pendant plusieurs dizaines de milliers d’années. On trouve ainsi des coquillages alors qu’on est à 100km de la mer!

16-tsingy-bemaraha-sommets

Par la suite, une plaque gigantesque commence à émerger. Le calcaire sèche et se fissure, provoquant la création de canyones et de dioclases (cassures).

17-tsingy-bemaraha-hauteurs

Enfin, il y a 5 millions d’années, un autre type d’érosion vient parachever le tableau : celle de la pluie.

16-tsingy-bemaraha-sommets

Légèrement acide, celle-ci ruisselle le long de la roche, ronge le calcaire et crée les fameux lapiez, ces arêtes acérées de couleur grise appelées Tsingy (pointu ou tranchant) en malgache.

18-tsingy-bemaraha-hauteurs

On ne se lasse pas de les admirer.

19-tsingy-bemaraha-hauteurs

Par endroit, la végétation arrive à s’implanter, comme ici avec ce magnifique arbre Vazaha (c’est le nom malgache pour les étrangers européens). Il est comme nous : il pèle!

20-tsingy-bemaraha-arbre-vazaha

Et par ci par là apparaissent quelques cactus.

21-tsingy-bemaraha-cactus

Tandis qu’on se promène au sommet des pics de calcaire, un pont de singe apparaît et permet d’admirer un profond canyon.

22-tsingy-bemaraha-pont-suspendu

Puis après avoir profité du paysage grandiose de ces roches à perte de vue, il est déjà temps de repartir à travers les profondeurs du massif.

23-tsingy-bemaraha-profondeurs

De dessous, les Tsingy forment d’énormes salles au plafond élevé, tandis que les quelques arbustes qui y poussent font figure de plantes d’appartement.

24-tsingy-bemaraha-pied

A la lisière du massif, on croise un des arbres icônes du site. Pourquoi pousser droit quand on peut faire quelques loopings?

25-tsingy-bemaraha-plante-biscornue

Suite à cette visite des Tsingy de Bemaraha, nous traversons à nouveau la rivière Manambola pour rejoindre Belo sur Tsiribihina.

Et nous quittons Belo pour Morondava.

A 18km avant Morondava, nous nous arrêtons enfin sur l’allée des Baobabs.

L’allée des baobabs est le rassemblement de baobabs le plus spectaculaire de la grande île. Une vingtaine de ces géants pluri-centenaires du monde végétal dressent en effet la silouhette magistrale de leurs troncs énormes, que finit une frondaison quasi-atrophiée, de part et d’autre de la piste sableuse.

26-allee-baobabs

Le baobab est le roi des végétaux. Gigantesque arbre au tronc épais, aux gros fruits en forme de gourde et aux branches quasi-atrophiées, semblables à des racines poussant vers le ciel.

Difficile de se comparer à eux…

27-allee-baobabs-comparaison

On dénombre à Madagascar 6 des 8 espèces de baobabs de la planète.

28-allee-baobabs-lac

Le baobab connait une multitude d’usages, bien que sa solidité empêche les habitants de l’abattre. Ses feuilles et ses fruits se consomment bouillis, son écorce sert à fabriquer des cordes et des vêtements et à bâtir des maisons. Sa sève est utilisée pour confectionner du papier.

29-allee-baobabs-et-lac

Son tronc, véritable réservoir, peut contenir des milliers de litres d’eau. Certains spécimènes dépasseraients les 1000 ans d’âge.

30-allee-baobabs-soleil-couchant

Le coucher du soleil est le clou du spectacle, projetant de grandes ombres dans le ciel.

31-allee-baobab-soleil-couchant

Arrivée à Morondava : au coeur du territoire sakalava. La capitale de la région du Menabe bénéficie chaque année de 10 mois de chaleur sèche, tempérée par la brise marine. C’est une petite ville aux rues de sable.

Nous séjournons dans un petit bungalow qui donne sur l’océan. Il faut s’habituer au bruit des vagues dans la nuit.

32-morondava-bungalow

33-porte-ouvre-sur-ocean

On constate que l’océan érode inexorablement le littoral sablonneux de Morondava, au bord du canal du Mozambique.

34-morondava-ravages-ocean

Allez, on se fait une petite visite de la mangrove?

35-mangove-pirogue

La mangrove est une forêt inondée parcourue par un mélange d’eau douce et d’eau salée. Les racines des arbres dépassent de la terre et abritent les poissons. C’est un milieu foisonnant de vie.

36-mangrove-foret-immergee

Et les caméléons sont de la partie :

37-mangrove-cameleon

Nous accostons de l’autre côté de la rivière, non loin d’un village de pêcheurs de l’ethnie des Vezos.

38-embouchure-morondava

Quelques enfants du village de pêcheur. La moitié de la population malgache (18 millions d’habitants) a moins de 20 ans. Espérance de vie : 55 ans pour les hommes, 58 ans pour les femmes.

39-village-vezo-enfants

Les malgaches descendent essentiellement des malais et d’indonésiens arrivés il y a 1500 à 2000 ans.

40-village-vezo-bord-plage

Le village ne manquera pas de noix de coco!

41-village-vezo-foret-palmiers

Nous quittons enfin Morondava.

A partir de là, on prend une route où le bitume est parti, par plaques entières et la chaleur est accablante. Jusqu’à Miandrivazo, ce sera la galère avec cette route abîmée.

42-menabe-plaines

Alors que nous faisons halte pour cause de problème technique, la population très accueillante de Madagascar viens nous tenir compagnie. Les habitants sont toujours fiers de poser pour la photo et s’émerveillent en voyant l’aperçu sur l’écran numérique.

43-route-morondava

Antsirabe : c’est un peu la capitale de l’artisanat malgache, une bonne occasion de visiter les petites entreprises familiales qui se sont créées.

Ici, une broderie, où le dessinateur vient se donner en spectacle. Il dessine des scènes de la vie quotidienne sur des nappes.

44-antsirabe-dessinateur-broderies

Les couturières n’ont plus qu’à broder les motifs.

45-antsirabe-couturieres

Une mamie adorable est là pour nous amadouer. Elle nous vends les produits de l’entreprise. Notez que les personnes âgées à Madagascar sont souvent très douées en français.

46-antsirabe-broderies

Nous terminons le périple par la visite de tailleurs de cornes de zébu, qui nous font une petite démonstration :

On doit d’abord retirer l’os de la corne.

47-antsirabe-demo-corne-zebu

Puis on la chauffe.

48-antsirabe-corne-de-zebu-chauffee

Ce qui permet de rendre la corne flexible.

49-antsirabe-scultpure-corne-zebu

Et on la taille petit à petit avant de la polir pour lui donner sa forme finale.

50-antsirabe-sculpture-corne-zebu

J’espère que vous aurez apprécié cette promenade à l’Ouest de ce merveilleux pays qu’est Madagascar.
N’hésitez pas à réagir à l’article dans les commentaires.

9 commentaires sur l'article “Tsingy de Bemaraha : les Grands Tsingy et l’Allée des Baobabs

  1. sexydinosaure

    La chance vous avez vu les Tsingy ! Ayant habité quelques années là-bas je n’ai pas eu l’occasion encore d’y aller. Un jour…
    Merci en tous cas pour ce beau partage et pour ce blog sur lequel je suis tombé sur « les 100 conseils pour bâtir un blog à succès » :)
    Bonne continuation.
    Lki

  2. TURPIN MARCEL CHRISTIAN

    I was very glad to be back in my cpntry by this image ; i was born near bay the baobab road! Now i live in Moreac in France

  3. mircea

    il doit dire combien d’argent cout cette excursion pour savoir les autres

  4. christian

    Merci de votre resumé de mada.J’etais moi meme a morondave… moi aussi j’etais dans le bungalow des bougainvilliers ! J’y retournerai c’est certain….

  5. Pingback: Il y a un an sur C’éclair! - août 2008

  6. Tutélaire

    Enchantée de suivre ce périple sur le net… avant de le faire en réalité cet été. Vous ne donnez pas de détails pratiques. Quel est le coût de celui-ci et que comprend-t-il exactement ? avec quelle agence ? Tentes et matelas sont-ils fournis ? Nous ne pensons emporter avec nous que des duvets légers. Merci par avance de votre réponse.
    Dominique

  7. jtry

    j’ai cru que l’espèce de sculpture étatit un truc pour les gens constipés et qu’on injectait de l’eau chaude dans … je vous laisse deviner ma pensée… désolé

  8. louise

    comment????
    je suis outrée! franchement, merci pour ce bel article! nous allons passer l’hiver là-bas et c’est magnifique!
    je ne comprend pas les propos de gens comme jtry !

Les commentaires sont fermés.