S’enrichir paresseusement (+concours gagner le livre « Comment je suis devenue rentière en 4 ans » d’Elise Franck)

Par | 15 juillet 2009

Récemment, Cédric Annicette, auteur du blog Business Attitude, a publié un article invité sur C’éclair! pour nous parler du livre L’art de ne pas travailler. Comme son nom l’indique, le but du livre était de dénoncer l’hégémonie du travail, qui a trop souvent tendance à prendre l’ascendant sur notre vie.

Il était accompagné d’un graphique en camembert montrant que le travail seul n’était pas capable de nous donner une vie équilibrée. Et on nous encourageait donc à donner une place plus importante à des choses comme la culture physique, la famille et les amis. Bref, on pouvait voir ça comme un avertissement à l’attention des workaholics, ou tout simplement une invitation à suivre le fameux proverbe "prends le temps de vivre, car le temps te prendra".

Maintenant si on y réfléchi, c’est bien beau de décrier le travail mais et l’argent dans tout ça? Je sais bien que l’argent ne fait pas le bonheur. Mais il faut bien un peu d’argent pour faire des choses intéressantes pendant son temps libre, ne serait-ce que pour se donner les moyens de voyager!

D’autre part, si on trime au boulot, ce n’est généralement pas pour se donner bonne conscience, mais bien pour gagner plus! Donc finalement se mettre à travailler peu, n’est-ce pas se condamner à vivre modestement?

En fait, c’est probablement vrai quand on démarre de zéro, sans aucune ressource (désolé de vous décevoir 😉 je n’ai pas de recette miracle sur ce point, au début c’est toujours difficile). Mais par contre, il est tout à fait possible d’acquérir peu à peu des ressources qui rapportent sans faire aucune heure supp. Et la façon la plus simple pour y arriver, c’est de savoir faire travailler son argent efficacement!

Aussi, je tenais à revenir sur les principes d’une petite vidéo baptisée logiquement comment vous enrichir paresseusement?, où intervient Christophe Thibierge, professeur de finances au sein du European Executive MBA de l’ESCP-EAP. Les voici :

  1. Consommez raisonnablement (et évitez les crédits à la consommation) : c’est sans doute le conseil avec lequel je m’accorde le plus. Pour autant que je m’en souvienne, je n’ai jamais contracté un seul crédit à la consommation de ma vie. Je trouve tout simplement que c’est du gaspillage d’acheter à crédit un bien qui va rapidement se déprécier.
  2. Faites vos comptes (pour évaluer le montant que vous allez épargner chaque mois) : comme Christophe, je suis un bien mauvais élève sur ce point, mais je suis tout à fait d’accord sur le principe. Tout cela va permettre de se donner des objectifs chiffrables.
  3. Commencez dès maintenant à épargner : mauvais élève aussi. Et je pense qu’on est nombreux à procrastiner de la sorte dans nos finances personnelles. Mais il est évident qu’il faut se discipliner car plus on attends, et plus l’hypothétique âge d’or recule!
  4. Endettez-vous (pour vous forcer à épargner) : je pense que ce point est crucial, à condition bien sûr d’investir dans des valeurs sûres au début. Ca me rappelle un des conseils du livre Do it tomorrow : construire la structure qui empêchera votre naturel réactif de déraper.
  5. Décomposez votre patrimoine (liquidités, investissements à moyen et à long terme) : c’est un point important pour se donner une marge de manoeuvre en cas de pépin et maximiser le retour sur investissement sur les ressources dont on sait qu’on n’aura pas besoin avant un certain moment.
  6. Diversifiez votre portefeuille d’actions (utiliser par exemple un tracker CAC40) : quand on n’a pas une solide connaissance du monde des affaire, je pense en effet que c’est la meilleure façon de minimiser les risques d’un investissement en bourse. Ce serait quand même bête que toute cette sueur que vous avez accumulée parte en fumée!
  7. Raisonnez en gains après impôt : à vrai dire, je ne me sens pas encore trop concerné par le problème, puisqu’ici à l’Ile Maurice, l’impôt est prélevé à la source. Mais je peux comprendre qu’en France, il faut absolument en tenir compte.
  8. Cherchez des synergies (économisez et investissez en accord avec ce qui vous tient à coeur) :  oui je crois qu’il ne faut pas oublier que lorsqu’on investi, c’est aussi une manière de donner des moyens d’agir à un groupe de personnes qui a des intérêts bien particuliers. Si leurs valeurs ne correspondent pas aux vôtres, alors il devrait être logique de ne pas investir là dessus.
  9. Pensez aux autres formes de richesse (développez votre culture, vos réseaux d’amis, votre instruction) : ne dit-on pas que la vraie richesse d’un homme se mesure lorsqu’il a tout perdu?
  10. Lâchez-vous de temps en temps : comme je l’ai précisé dans le point numéro 3, je crois que là dessus, je suis un très bon élève 😉 . Et à mon avis vous devez être nombreux à déjà l’appliquer!

 

Concours Elise Franck : Comment je suis devenue rentière en 4 ans

Pour finir, puisqu’il paraît que le marché de l’immobilier repart à la hausse et pour maximiser vos chances de vous enrichir paresseusement, j’ai le plaisir d’organiser avec trois confrères blogueurs un petit concours destiné à gagner quatre livres Comment je suis devenue rentière en 4 ans? de Elise Franck.

Alors je n’ai pas lu le livre puisque pour l’instant comme vous l’avez peut-être deviné, je ne peux pas encore investir dans l’immobilier, même en m’endettant. Ou alors ce serait compliqué puisque je vis à l’Ile Maurice et en tant que français, je n’ai pas le droit d’acheter sur place.

Mais je crois que ça devrait bien vous servir si vous avez décidé de vous lancer.

Règles du jeu : pour gagner un des quatre exemplaires du livre, il vous suffit de laisser un commentaire constructif (ça veut dire avec un minimum de réflexion) sur les quatre articles de l’opération. Voici la liste des trois autres :
Business Attitude : Appliquer les règles du Monopoly à l’immobilier!
Esprit Riche : Investir dans l’immobilier locatif : 10 conseils
Plus Riche : 4 raisons pour lesquelles je n’ai pas investi en immobilier cette année

Les vainqueurs seront désignés en fonction de la pertinence des commentaires.

La date limite du concours a été fixée au dimanche 26 juillet 2009 à minuit. Et vous devez habiter en France métropolitaine pour des raisons de coût d’envoi du livre.

Attention aussi à bien taper votre email dans le champ email du commentaire pour qu’on puisse vous recontacter!

Sur ce, je vous souhaite bonne chance à toutes et à tous.

Auteur : Alexandre Philippe

Alexandre Philippe est le fondateur du blog C'éclair. Constamment en quête de nouvelles méthodes d'organisation, de motivation et d'apprentissage, il délivre ses éclairs d'efficacité chaque semaine sur ce blog.

22 commentaires sur l'article “S’enrichir paresseusement (+concours gagner le livre « Comment je suis devenue rentière en 4 ans » d’Elise Franck)

  1. Ga

    Vous dites « si on trime au boulot, ce n’est généralement pas pour se donner bonne conscience, mais bien pour gagner plus! ».

    Je suis totalement « pas d’accord » sur deux points :
    1) un travail n’est pas qu’alimentaire
    2) travailler moins, c’est gagner autant (traduction libre de « je peux travailler moins tout en faisant travailler mon argent »)

    Décortiquons :
    1) Nous passons 50% de notre temps éveillé au travail. Il faut donc que ce temps soit le plus intéressant possible. Je ne comprends pas que l’on puisse se laisser couler dans un boulot. J’ai fait pas loin d’une dizaine de job au smics en étant débrouillard et en cherchant en apportant. Aujourd’hui, j’ai trouvé ma voie.
    Changer, apporter votre coeur à votre boulot, aimer ce que vous faites et vous ne travaillerez plus jamais (comme disait Platon sur son dernier Podcast 😉 )

    2) Dans « The Millionair Next Door », les millionnaires interrogés travaillent en moyenne une 50 d’heures par semaine (de mémoire). Bref, plus que la moyenne des gens.
    Honnetement, vous pensez qu’en faisant moins vous aurez plus ? Certains l’on fait et on réussit (je pense à Tim Ferris). Mais vous; pensez-vous que c’est en restant chez vous que vous allez apporter une plu-value à vos clients et qu’ils seront prêt à vous payer plus ?
    Votre premier produit c’est vous. Vous devez être vendable et vous vendre. Cela commence par beaucoup de travail. Maintenant que vous avez le point de départ, vous n’avez plus qu’à vous lancer.

    G.

  2. Sylvaine

    @Ga: je fais partie de ceux qui préfèrent « apporter leur coeur à leur boulot ». Je me suis cherchée longtemps aussi dans des jobs par ailleurs bien payés dans lesquels je m’ennuyais à mourir, aujourd’hui c’est le contraire. Sur ce point, je te rejoins complètement.
    Je n’ai pas envie d’être Tim Ferris, et la façon dont sont véhiculées ses manières de faire favorisent la croyance aux contes de fées. Je m’éclate dans mon job, je suis une vraie cigale et ça me convient très bien.
    Cependant, malgré le côté illusoire (l’équation être riche= belle vie) de l’enrichissement, je trouve tout à fait compréhensible qu’on puisse aspirer à autre chose qu’à une carrière ou qu’à travailler, tout simplement. Et s’il s’agit de travailler moins sans perdre de revenus, alors pourquoi pas?
    Probablement parce qu’Alexandre lui-même avoue ne pas suivre ses propres conseils à la lettre, je trouve que cet article a le mérite de ne pas enfermer ceux qui veulent « s’enrichir paresseusement » dans un carcan de solutions miracles qui sont en réalité des contraintes ultra rigides impossibles à tenir très longtemps. Il prend même en compte la personne et sa cohénrence interne en suggérant des investissements « éthiques avec soi-même », si je puis dire.
    Je ne ferai pas mes comptes et je n’investirai pas davantage pour autant, mais j’ai trouvé ces suggestions plus judicieuses que celles qu’on lit la plupart du temps:)

  3. Khrys

    Je pense que ce qui est important, c’est de prendre le temps de vivre, et d’aimer ce que vous faites. Quelques notes:
    – ma chere et tendre et moi avions travaille dans un certain nombre de job pas interessants ou a l’interet epuise apres quelques mois. Alors nous avons procede comme suit: pendant qu’elle continuait son travail, j’en ai cherche un qui me plaise. Notez que l’on venait de changer de pays, donc je n’avais pas de boulot, j’ai passe mes journees a chercher pendant 4 mois. Une fois que j’ai trouve ce poste qui me semblait un bon debut, nous avons fait l’inverse. Reste qu’elle a mis moins de temps a trouver un nouvel emploi. C’est tellement gratifiant d’etre paye a faire qqchose qu’on aime !
    – nous ne sommes pas des gens tres economes, mais en mettant des sous de cote pendant 3 ans sans sacrifices enormes, nous avons pu nous offrir un voyage d’un an autour du monde. Non, nos salaires ne sont pas hauts, donc oui, c’est faisable pour tout le monde. Il y a des offres interessantes ici et la, mais la grosse partie du budget concerne votre train de vie estime pendant le voyage. Vous pouvez aussi partir 3 ou 6 mois, si ca vous plait. Tentez un conge sans solde avec votre employeur. Si ca passe, vous avez meme un boulot assure quand vous rentrez (evidemment, risquer son job pour 3 mois c’est pas top, mais pour un an, vous ne regretterez pas). Prenez ce temps pour vous, vous vous enrichirez comme jamais vous ne l’avez fait !
    – aussi nous sommes passes par certains pays ou … bien que la loi prevoie des vacances et un nombre d’heures de travail acceptables, les gens travaillent de 7 a 23H, 6 voire 7 jours par semaine, ne voient pas leurs gamins (qui vont a l’ecole a 8H et reviennent des cours supplementaires a 22H), ne partent pas en vacances, pas de conges, et font toutes ces heures supp gratuitement. En Europe surtout, les gens ont une semaine de travail relativement courte, ce qui les laisse travailler pour vivre, et non pas vivre pour travailler. Je dirais que beaucoup de gens ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont …
    – un de mes collegues a une facon originale de demander une augmentation. Comme il a deja une certaine experience, il a un bon salaire depuis qq annees deja. Depuis, il ne demande pas plus de sous. Mais au lieu de bosser 37.5H (standard en Finlande), il demande de bosser moins. Il en est a 32H par semaine. Je lui ai demande quelles sont ses motivations et il m’a repondu: « ces gens qui gagnent tellement en bossant un nombre incroyable d’heures, ils n’ont meme pas le temps de le depenser. Ou est le progres dans leur vie ? Je ne veux pas de cette vie la ». Du coup, je me demande ce que je ferai, si un jour je gagne « assez » (et si je saurai le reconnaitre).

    A+ !

  4. Ga

    @khrys:

    Très interessé par ces mini-retraites. Peux-tu nous donner à titre d’info le montant d’une année sabatique comme tu l’as fait ? Juste un ordre d’idée, l’expérience me tente

    D’autre part, je suis d’accord avec toi sur le « si je saurai le reconnaitre » (que l’on gagne assez). En effet, à combien s’arrêter ? 2000, 2500, 3000 euros ? Tout dépend du train de vie je pense.

    G.

  5. Mama-Zen

    Oui c’est important de faire un travail que l’on aime considérant le temps que l’on y passe.

    Pour ma part, je tente actuellement par une formation d’accéder à une promotion à court-moyen terme, ce qui me permettrait une augmentation de salaire plus que bienvenue… Alors mon investissement serait là, en temps et en étude, et la paye viendrait après.

    Je sais, c’est hypothétique, mais bon chaque investissement a sa part de risques et d’inconnues… et contrairement à un investissement en bourse, investir dans ma formation professionnelle me permet de conserver mon «actif» même si la promotion espérée ne vient pas… et me permet de zyeuter ailleurs itou!

    En ce moment, j’essaie surtout de faire plus avec moins, pour me libérer de mes dettes. Le paiement de mes dettes me prive en ce moment par mois d’environ 800$, donc 500 euros environ, ce qui est non négligeable. J’ai hâte de récupérer cette liquidité pour investir dans ma vie… et non dans VISA!

  6. Alexandre Auteur de l'article

    @Tous : merci pour vos commentaires, ça fait plaisir.

    @Ga :

    1) Je crois quand même que, dans la majorité des cas, le travail restera une corvée. Ne serait-ce que par la contrainte argent qui nous pousse à faire des choses dans un but pécunier. De plus les boulots qui font le plus rêver sont aussi les plus difficiles à atteindre. Tout le monde ne peut pas devenir le roi de la pop, du foot ou du tennis par exemple! Si un boulot plait beaucoup, il y aura beaucoup de prétendants, donc beaucoup de concurrence, donc il faudra être ultra talentueux pour se faire remarquer. Ou alors on gagne que dalle. Après on peut aussi se contenter de peu. Mais je crois que ceux qui continueraient à travailler de la même manière s’ils n’avaient pas cette contrainte pécuniaire sont rares.

    2) Oui c’est évident mais enfin là l’article s’appelle « s’enrichir paresseusement », donc c’est peut-être un peu hors sujet 😉

    @Sylvaine :

    En effet, ça doit être sympa de faire du coaching. C’est bien d’avoir eu le courage de te lancer.
    Par contre ça suppose aussi quelques contraintes. Tu ne pourrais pas exercer dans un pays pauvre où personne n’a les moyens de se payer du coaching par exemple. Donc il y a toujours la contrainte pécunière!

    @Khrys :

    Superbe projet que ce tour du monde. D’ailleurs pour ceux qui lisent, je vous conseille d’aller faire un tour sur le blog de Khrys où vous trouverez le suivi du voyage :
    http://khrys.is-a-geek.org/wordpress/
    Et bravo pour ton collègue et ce qu’il est arrivé à imposer à son patron. Je ferais bien la même chose, mais vu la culture de ma boîte, c’est malheureusement hors de question. Pourtant je ne changerai pas de boulot avant un bon moment car en ce moment j’apprends plein de choses!

    @Mama-Zen :

    Je vois que tu appliques donc le principe n°9 de la vidéo de Christophe Thibierge. J’espère que ça te permettra de découvrir de nouveaux horizons.
    Peut-on savoir quelle formation tu suis?

    =====================================================
    Pour finir je voulais aussi ajouter une petite idée :

    En ce moment je suis en train de lire un livre sur les métaphores. Et ce livre nous fait remarquer quelquechose de très important concernant la métaphore « le temps c’est de l’argent ».

    Celle-ci suggère l’égalité entre le temps et l’argent mais cache en fait une propriété essentielle du temps : c’est que si vous perdez votre temps dans quelquechose qui ne vous plaît pas, vous ne pourrez jamais le récupérer. Il n’y a pas de banque du temps. Et même si on peut vous rendre la même quantité de temps, vous ne pourrez jamais récupérer le même temps qui a été perdu.

    Donc finalement ne vaudrait-il pas mieux dire : « le temps, c’est bien plus que de l’argent »?

  7. Ga

    J’aime beaucoup cette idée de « banque de temps » qui n’existe pas.

    Ca me fait méditer… Merci !

  8. Mama-Zen

    Oh oui, le temps c’est beaucoup, c’est tellement plus que de l’argent!

    Alexandre, il s’agit d’une formation en gestion spécifique à mon milieu de travail. Je débute le tout en septembre, et je dois dire que j’ai une hâte mêlée d’angoisse… serais-je à la hauteur?

    Au fond, on n’est jamais certain que ce que l’on planifie aura l’impact escompté, tant qu’on ne le vit pas.

    D’où l’importance de bien comprendre, dans ses tripes, que le temps qui a fui ne revient jamais. Même si l’employeur nous paie double pour avoir fait des heures supplémentaires, ces heures passées loin de ce qui compte à notre coeur ne reviennent pas.

    Même payée à temps double, chaque minute passée loin de mes enfants à cause de mon surplus de travail vaut tellement plus. Aucun salaire ne vaut cela.

  9. khrys

    @ Ga:
    en 3 ans nous avons pu mettre de cote autour de 24000 euros (mais c’est pour 2 personnes, et nous etions evidemment 2 a bosser, avec un seul appart a payer). Ca fait environ 300 euros par personne et par mois pendant 3 ans.

  10. Ga

    @khrys : merci beaucoup. Je vais essayer de me projeter pour voir mon cout journalier (nourriture, logement) afin de tester la (ou Ma) faisabilité d’un tour du monde.

  11. Pingback: Gagner 4 livres “Comment je suis devenue rentière en quatre ans” - Appliquer les règles du Monopoly à l’immobilier! » Business Attitude blog by Cédric Annicette

  12. Thomas

    Réflexions très intéressantes. J’aime aussi beaucoup la notion de cette banque du temps. Je partage aussi l’avis que le temps est plus important que de l’argent. Le temps dépend de l’attention que nous lui accordons. C’est pour cette raison que le temps passe tellement vite quand nous nous impliquons dans une tâche que nous AIMONS.

    A mon sens, le présent est « le temps » le plus riche et c’est à mes yeux la plus grande valeur que je connaisse actuellement.

  13. Thomas

    Concernant l’article en lui-même, je pense qu’il soit faisable de rester raisonnable sans pour autant s’endetter 😉

    Tout dépend de notre discipline intérieure. Merci d’avoir relever le point 8 qui à mes yeux est essentiel.

    Excellent week-end à vous tous 😉

  14. Pingback: Investissement locatif : 10 conseils pour réussir | Argent et entreprenariat

  15. Longtermiste

    Bonjour,

    Il y a a mon avis une distinction importante a faire entre différents cas de figure:

    A une personne qui s’installe a priori sur le long terme dans une région, je conseillerais d’acheter sa résidence principale.
    Mes arguments: Peu importe que le marché monte ou descende sur le long terme, les intérêts sont déduits des impôts. A terme, en cas de revente, si le marché a monté, les autres biens seront d’autant plus chers. Dans le cas contraire, la résidence suivante sera d’autant moins chère…

    A une personne qui s’installe pour une durée a priori inférieure à 10 ans, je conseillerais de louer.
    Mes arguments: les intérêts à payer sont concentrés au début des remboursements. Ajoutés à cela les frais de notaire, d’agence, et surtout une progression du marché immobilier qui ne fera certainement pas plus de +2% par an sur les 10 prochaines années en étant optimiste, vous serez bien aise de pouvoir revendre sans perte, une fois tous les frais pris en compte.

    A une personne qui réfléchit à de l’investissement locatif, je déconseillerais d’acheter.
    Arguments: le rendement est ridicule pour l’investissement à la fois financier et en énergie. De plus, la qualité des logements vendus dans le cadre de la loi Scellier et autres va décroissante, les promoteurs privilégiant leurs marges. La motivation de défiscalisation doit vraiment être importante pour justifier de franchir le pas.

    Pour ceux qui désirent investir dans l’immobilier, les nombreuses foncières cotées sur la bourse de Paris sont le véhicule idéal.
    Elles font apparaître en moyenne une décote de près de 30% par rapport à leur actif net, ce qui signifie qu’une baisse de l’immobilier a bien été prise en compte par le marché, quoiqu’en disent les banques et les notaires.
    Le rendement est supérieur à 5% pour la majorité d’entre elles. Et vous laissez des professionnels faire leur travail.
    Il faut cependant s’assurer que l’endettement ne dépasse pas 50% de la valeur des actifs, et que la diversification soit réelle.

    Par la-meme, vous évitez l’effet de levier souvent associé à un crédit énorme sur l’achat d’un logement. Vous pouvez attribuer le pourcentage souhaité à l’immobilier dans votre patrimoine.
    Tout en bénéficiant d’une exposition à l’offre commerciale, ou de bureaux, ou encore à d’autres pays en Europe, meme si l’Espagne et le Royaume-Uni sont à éviter…

    Bien cordialement.

  16. Jedix

    En effet, s’enrichir avec l’immobilier c’est avant tout s’emparer du bon moment.
    L’immobilier c’est aussi savoir lire les lignes du contrat avec minutie.
    Bref, je ne connais pas grand chose à l’immobilier pour dire vrai, je n’ai que 20ans et je suis plongé dans mes études scientifiques. Mais on peut dire que cela m’intéresse et que j’ai la soif d’apprendre !
    Je saisis l’opportunité, on est le 26 juillet à quelques heures de la fin du concours, et je note que seulement 2 personnes, Ga et Longtermiste, ont correctement participés au concours, pour 4 livres disponibles !
    Alors je me faufile et poste ce commentaire audacieux et peut-être un peu prétentieux pour participer au concours et remporter un exemplaire de ce livre, que je puisse me cultiver sur le sujet ! :)
    J’espère que ma candidature sera bien prise en compte !
    Cordialement.

  17. Pingback: Résultats du concours Elise Franck “Comment je suis devenue rentière en 4 ans”

  18. Thibaut

    Bonjour,

    pour aller plus loin dans cette démarche, je vous conseille l’excellent « La semaine de 4 heures ».

    Cordialement
    Thibaut

  19. Pingback: 4 raisons pour lesquelles je n’ai pas investi en immobilier cette annee « PlusRiche

  20. add comment

    Anwendung der Regeln des Monopoly in Immobilien! « Business Attitude Blog von Cedric Annicette

  21. dsfgf

    Dann krieche ich und schreiben zu fett und das ist vielleicht ein wenig prätentiös, um an diesem Wettbewerb teilnehmen und gewinnen Sie ein Exemplar dieses Buches, dass ich zu den Themen wachsen

  22. se faire de l'argent avec sondage

    Je vais vous parler de plusieurs choses,
    Les questions répondre a des sondages payant vous intéresses ?

    La meilleure solution pour Un Travail à domicile sur internet ?

    Suivez le lien pour commencer un nouveau travail: http:
    //www.argentcontent.com/

    Reacherche associé:

    inscription gratuite répondre sondage argent

Les commentaires sont fermés.