Ma méthode pour trouver sa méthode dans n’importe quel domaine

Par | 28 juin 2010

Aurelien a un BBQ un 4 juillet, Aberdeen, Maryland, USA

J’ai le plaisir de recevoir aujourd’hui Aurélien du blog R*** Me I’m Famous, qui va nous expliquer comment il se sert de son expérience personnelle pour trouver ses propres méthodes :

Internet regorge de méthodes pour apprendre à devenir mince, à devenir riche, à devenir plus séduisant. On a tous lu des articles ou des conseils qui traitent de ce sujet. Et pourtant on a toujours cette petite bouée, on n’est pas encore passible de l’ISF et je sais pas pour vous mais moi mon dernier râteau remonte à la semaine dernière.

Et pourtant ! Au fil du temps je me suis aperçu que pour faire les choses il y avait une voire deux, mais quand même plus souvent une seule manière de faire les choses qui me réussisse.

En prenant du recul sur les années passées (j’ai 30 ans) je me rends compte que j’ai mis au point une méthode pour apprendre les langues qui m’a permis d’apprendre l’anglais et l’espagnol tout seul, une méthode pour mincir, une méthode pour gérer ses finances personnelles, lorsque j’étais en Australie j’ai même mis au point une méthode pour acheter un véhicule d’occasion alors que je n’y connaissais rien en mécanique ! Bon par contre je n’ai pas encore trouvé de méthode pour devenir riche ou séduisant à coup sur :) (mais ça va venir ! :) ).

C’est assez excitant car on se rend compte que les années passant et l’expérience s’accumulant on trouve de plus en plus de techniques et de méthodes qui marchent pour soi et on améliore d’autant ses capacités et son confort de vie.

La vie devient alors comme un jeu vidéo, on accumule des points, on devient plus fort et on peut ensuite passer au niveau supérieur. On a alors l’impression de se bonifier avec le temps, comme le bon vin, et on comprend mieux pourquoi les adultes nous on tellement ressassé la valeur de l’expérience quand nous étions enfants.

Par contre ce que j’ai également appris (à mes dépens) au cours de ces dernières années, c’est que ce qui fonctionne pour quelqu’un d’autre ne fonctionne pas obligatoirement pour soi. J’avais un copain qui en soirée buvait dans les verres des filles pour les aborder, il allait directement les voir et sans même dire un mot, profitant de l’effet de surprise, il prenait leur verre et buvait dedans. C’était une manière très provocante de rentrer en contact avec elles et bien entendu il se prenait des vestes de temps à autres mais la plupart du temps ça marchait et ça lui permettait de démarrer la conversation avec des filles.

Fort de cette découverte j’ai moi aussi essayé de m’y mettre et je ne vous cache pas que le résultat n’a pas été à la hauteur de mes espérances, j’enchainais râteau sur râteau ! J’ai fini par comprendre que CE truc c’était SON truc, c’est à dire que lui était pleinement confiant dans le fait de boire dans le verre d’une inconnue sans avoir obtenu son accord au préalable, du coup il le faisait très naturellement et ça passait comme une lettre à la poste, tandis que moi j’avais voulu le faire non pas parce que je me sentais à l’aise avec cette manière de procéder ou parce que ça me plaisait de le faire mais parce que j’avais vu que ça fonctionnait pour lui, du coup ce n’était pas naturel, ça se sentait et ça ne produisait pas le résultat escompté.

Vous allez me dire qu’il s’agit du domaine de la séduction, oui mais en réalité cela s’applique dans tous les domaines.

Prenez le domaine de la productivité par exemple, la méthode Getting Things Done était très populaire jusqu’à il y a peu, ceux qui l’ont lu savent que c’est une usine à gaz et que cette méthode est très lourde à implémenter, au final ceux qui ont tiré un véritable enseignement de ce livre c’est bien ceux qui ont intégré la méthode dans leur organisation, ceux qui ont su l’adapter et se l’approprier.

Prenez même le domaine du blogging si vous voulez, pour chaque thématique vous avez des blogs leaders et toute une flopée de petits blogs qui essayent de copier les leaders, mais comme ce n’est pas vraiment leur idée, leur projet, ils ne font que ressasser des idées développées sur ces blogs à fort trafic, du coup les lecteurs le ressentent et l’audience de ces blogs ne décolle pas.

Bien sur il est très important d’observer comment font les autres car c’est un bon moyen d’apprendre de nouvelles techniques ou de nouveaux trucs, mais il faudra valider chacune de ces informations pour vérifier qu’elle vous réussit à vous, et au final c’est la collection de toutes ces techniques qui va vous permettre de créer votre méthode.

Si dans un domaine vos performances ne décollent pas demandez-vous toujours si vous avez trouvé votre méthode ou si vous cherchez à appliquer la méthode de quelqu’un d’autre, dans le second cas il ne vous reste plus qu’à vous informer, à tester et expérimenter et croyez-moi, un beau jour vous trouverez VOTRE METHODE !

Aurélien est passionné de développement personnel et de voyages, après avoir passé deux ans en Australie il a refusé un poste bien payé en France et s’est donné un an pour développer une activité sur Internet et continuer de parcourir le monde, suivez ses aventures sur R*** Me I’m Famous.

21 commentaires sur l'article “Ma méthode pour trouver sa méthode dans n’importe quel domaine

  1. ProLire

    Simple et efficace comme méthode.
    Finalement, dans tous les domaines, il faut savoir faire sa propre « sauce » de ce que l’on apprend, y mettre son style.

  2. Pingback: 2 articles invités: “Offrez-vous un destin extraordinaire” et “Ma méthode pour trouver sa méthode dans n’importe quel domaine”

  3. Jean-Philippe

    Merci Aurélien de nous rappeler ces bases essentielles. De plus, plus on avance en âge et plus on définit sa méthode rapidement – enfin, normalement ! -. 😉

  4. Sylvain

    Merci à vous deux pour cet article !

    J’aime beaucoup l’idée d’observer ce que font les autres, le transformer à sa sauce (comme écrit ProLire) et tester en live.

    L’image de la sauce convient bien je trouve, parce qu’une sauce est rarement parfaite au premier essai. C’est en procédant par petits ajustements qu’on parvient à trouver le goût qu’on recherchait, ou parfois un goût qu’on ne recherchait même pas à l’origine mais qui nous plaît quand même :-)

  5. Boris | MaboiteCartonne.com

    d’accord avec toi, la réussite dépend de la qualité des « systèmes » que l’on met en place dans sa vie. Mais aucune méthode ne peut être réellement dupliquée. Elle doit être adaptée à chaque cas.

  6. Simon de Toile-filante.com

    C’est un peu ce qu’on fait avec les blogs des autres, parfois on voit une bonne idée et on se dit « tiens moi j’aurais fait comme ça plutôt »… et on le fait !
    Le copier coller marche bien à condition d’apporter son petit plus, un simple plagiat ne fonctionne jamais.

  7. Aimer sa vie

    C’est absolument ça!
    Combien de temps j’ai pu perdre en imaginant qu’il pouvait y avoir « une méthode ».

    En écho à ton article il y a la fameuse phrase qui laisse pantois tout les « suiveurs »;
    surtout quand ils l’entendent de la bouche de celui qu’il considéraient comme un maître détenteur de la vérité à suivre.

    « La méthode c’est qu’il n’y a pas de méthode ».

    3 vérités:
    1- Exit la notion de gourou: David Allen a fait du très bon boulot, il est sacrément astucieux, mais ce n’est pas un envoyé de dieu.
    2- Un seul radar: votre satisfaction
    3- Un unique outil: gagner du carburant en appliquant. En cessant de faire comme si vous ne saviez pas ce qui est bon pour vous.

  8. ProLire

    @Sylvain : en fait, l’image est utilisée pour faire un clin d’oeil à l’auteur de l’article. (Tu peux chercher sur son blog la raison).

  9. Aurelien

    Merci à tous pour vos commentaires !

    @ProLire: ah ah bien vu l’allusion à la « salsa » :)

    @Boris: tout à fait d’accord

  10. Jérôme

    Je suis tout à fait d’accord.
    Il faut faire des choix en accord avec sa personnalité, car on est tous différents.
    Et aussi sur le fait de copier. C’est très aliénant et anti-épanouissant. Rien de plus exitant que de trouver une idée ou un concept soi-même. Après je pense que si quelqu’un copie son idée, c’est la preuve que cette idée est bonne non ?

  11. Alexandre Auteur de l'article

    Merci à tous pour les nombreux commentaires, et à Aurélien bien sûr pour la rédaction de l’article!

    Belle métaphore cette salsa, on pourrait même dire qu’il faut que la sauce mayonnaise « prenne » 😉

    Je rajouterai un élément : le regard extérieur. Parfois en créant sa propre méthode on peut aller droit dans le mur si on n’a pas d’élément de mesure. Et quoi de plus précieux que le feedback d’un expert? A condition bien sûr que ce soit un vrai expert 😉

  12. eva hope

    oui!j’y crois que chaqu’un d’entre nous a sa propre méthode pour réussir et celui qui n’en a pas doit la trouver………..mais g 1e question: es possible de réussir dans un domaine qu’on aime à peine et qu’on peut pas le changer?

  13. Alexandre Auteur de l'article

    @eva hope : je pense que c’est une problématique qu’on retrouve souvent. On est coincé dans un domaine parce qu’on a choisi ça par défaut. Parfois on peut être très bon dans ce domaine, mais au fond de nous-même on sait que ce n’est pas là qu’on aimerait être.
    C’est le quotidien de la plupart des travailleurs :)
    car faire ce qu’on aime vraiment implique de gros risques et beaucoup de labeur. Et peu de gens sont prêt à consentir cet effort salutaire.

    A ce sujet, lire aussi l’article Table numéro 12 sur le blog Révolution Personnelle.

  14. filtre

    Bonne et heureuse année à tous, et merci tant pour l’article que pour les commentaires.
    Comme disait Po dans « Kung fu panda », le secret, c’est qu’il n’y a pas d’ingrédient secret. Ceci dit, il existe des sujets liés aux « métaméthodes », c’est à dire des système qui étudient les méthodes, et que bien souvent, la pratique ne requiert aucune méthode, mais une tactique, une recette de cuisine, une liste de choix, et surtout, comme disent les américains, « focus on target », cibler sur un objectif, quitte à jeter toute ses forces sur une unique bataille. Et souvent, le chemin le meilleur est le plus direct, c’est celui qui mène au but le plus vite possible. Bien sûr, il faut 20 ans d’investissements intensifs pour atteindre de suite le bon objectif.
    Quel est-il ? Là, c’est un vrai mystère. La route n’est pas bien droite, le critère d’importance est subjectif, et le temps qui passe semble s’intégrer dans un système complexe de réflexion, d’hésitation, de rencontres, d’empathie et de sentiments à partager. Enfin, la force de l’expérience semble montrer que le hasard fait tourner bien des roues, et que l’influence de groupes participe à en faire tourner aussi.

  15. Pingback: Il y a un an sur C’éclair! – juin 2010

  16. Pingback: La créativité

  17. Sorin

    Bonjour,

    Je résume l’article d’Aurélien en un seul mot :
    « la perception ».

    Ça me fait penser à … Bruce Lee le créateur du : « JKD »,

    Entre autre il affirmait : « La méthode n’est pas un passage obligé vers la vérité. C’est la perception ».

    Amicalement,

    Sorin

  18. Pingback: Projet Gagner de l’argent sur Internet, Parcourir le monde et Kiffer – Bilan du mois de juin

Les commentaires sont fermés.