Les illusions de l’action

Par | 8 octobre 2010

un-mirage-dans-le-desert

Ca vous arrive de faire un premier pas sur un projet, et soudain de vous dire que vous avez réalisé l’ensemble du projet, alors qu’en réalité vous n’avez qu’effleuré le travail à produire?

Ne le niez pas, nous avons parfois besoin de nous donner bonne conscience, de nous dire que nous avançons dans la vie pour rehausser notre estime de soi, même si la réalité n’est pas à la hauteur.

Jugez plutôt avec ces quelques situations :

  • Parce qu’on a parcouru ou même seulement acheté un livre, on a l’impression de s’être octroyé la sagesse de l’auteur sans même expérimenter les connaissances du livre
  • Parce qu’on paye chaque mois l’adhésion à la salle de sport, on a l’impression d’avoir  fait de l’exercice même si on n’y a pas mis les pied depuis des lustres
  • Parce qu’on possède une guitare Gibson, on se la joue Rock Star, alors que passé les premières semaines de pratique, elle s’est changée en pièce de décoration
  • Parce qu’on a passé toute la journée à ranger son bureau, on a l’impression d’avoir été productif, alors qu’on n’a même pas entamé le travail prévu
  • Parce qu’on regarde un match de foot, on pense faire du sport sans bouger de notre fauteuil
  • Parce qu’on a passé deux semaines dans un hotel de luxe et visité un ou deux sites touristiques, on dit : ça y est, j’ai fait l’Ile Maurice! sans même avoir pris le temps de découvrir la culture locale

Le danger ici  est d’en retirer une satisfaction suffisante pour vous et une reconnaissance suffisante parmi vos proches pour vous dissuader de faire l’effort d’aller au fond des choses.

Alors faites-moi plaisir : la prochaine fois que vous avez un projet qui vous tient vraiment à coeur, ne vous bercez pas d’illusions et prenez le temps de ressentir vos lacunes pour vous motiver à réellement atteindre votre but! :)

Nous sommes tous tombés à un moment ou à un autre dans le piège de l’illusion de l’action. Je vous propose de partager votre point de vue dans les commentaires de cet article…

25 commentaires sur l'article “Les illusions de l’action

  1. Jérôme

    Je suis tout à fait d’accord, surtout avec le dernier point touristique. L’hôtel c’est un acte de consommation, pas du tourisme proprement dit. Si le but est de voyager, alors il faut le faire pour de vrai et aller au contact de la population, manger local, marcher (beaucoup marcher) dans les villes plutôt que de prendre la voiture.

    Répondre
  2. Alexandre Auteur de l'article

    @Jérôme : ah oui je te rejoins tout à fait! Si c’est pour rester entre européens fortunés, pas la peine d’aller aussi loin

    @Marc Traverson : LOL effectivement Marc, à condition qu’on ne s’y attarde pas trop! Je suppose que tu as deviné que je faisais un clin d’oeil aux gens qui procrastinent en prenant trop de temps à ranger par peur du vrai boulot :)

    Répondre
  3. julien

    Hello! Alexandre, cet article est court et bien construit, j’aime la façon dont il résume l’une des façons tellement vraies que nous avons de nous trouver des raisons de ne pas agir. Le seul point qui me titille (j’aime bien créer le débat!) c’est celui des hôtels. Je ne voyage pas comme cela,

    je suis plutôt du genre décrit par Jérôme. Mais je réalise que tout le monde n’aime pas cette manière de voyager, et qu’agir de cette manière ne leur apporterait potentiellement aucune satisfaction. Il n’auront probablement pas vu l’île Maurice par la lorgnette de la culture locale, de l’aventure, du nouvel explorateur à la canal+, mais auront vu ce qu’ils venaient voir. Parler d’inaction est assez sévère dans ce cas selon moi. (maintenant, il est vrai que la cote d’azur, pour rester à la plage, c’est moins loin :) ) (Je répond à ton mail demain dans la journée, je n’ai pas eu trop de temps ces trois derniers jours!)

    Répondre
  4. Jean-Philippe

    Merci Alexandre ! C’est court et direct. Tout mon contraire. 😉

    En ce qui concerne les voyages, j’aime les 2 façons. Parfois pour aller à la rencontre de la culture, d’un peuple mais aussi, souvent, juste pour moi. Je ne visite rien. Je profite de l’hôtel, du spa, de la piscine, de la bonne table… et puis c’est tout !

    Paulo Coelho lui, recommande d’éviter les musées – car la culture y est morte – et encourage à visiter d’abord les cafés et les bars, là où vit le peuple.

    Répondre
  5. flo

    je suis nouvelle sur ce site je suis jeune et je suis entrée dans la vie active depuis environ quatre ans cet article me correspond en tout point en effet etudiante je me disais je ne veux pas tomber dans cette façon de vivre (boulot dodo)Actuellement je fais énormément d’action pour me donner « bonne conscience » je ne profite pas de la vie je fais tout de manière superficielle et je ne m’en sors pas c’est une facilité de vie qui me fait énormèment souffrir cet article m’a permis d’ouvrir les yeux sur ma situation et je vois que je ne suis pas la seule merciiiiii

    Répondre
  6. Sylvie

    Tout à fait d’accord avec toi Jean-Phillipe et avec Paulo Coelho :-) qui encourage à visiter d’abord les cafés et les bars, là où vit le peuple.
    C’est en fréquentant les lieux publics d’un pays (le bus, le train parmi eux, les cafés), s’arreter sur un petit port lorsque les bateaux rentrent que l’on peut comprendre cette nouvelle culture et connaitre un tout petit peu plus du pays.

    Alors oui, Alexandre, tous nous sommes tombés ou tombons encore dans le piège de l’illusion de l’action. A nous d’y faire attention… Enfin, en viellissant je crosi tout de même que cela m’arrive de moins en moins :-)

    Répondre
  7. Alexandre Auteur de l'article

    @Julien : effectivement c’est un peu sévère, mais il faut dire que je n’aime pas beaucoup le terme « j’ai fait tel pays, tel autre, etc »

    @Jean-Philippe : il y a un temps pour les longs articles et un temps pour les courts :) en ce moment je dois optimiser afin de me réserver du temps pour devperso.org et un prochain discours toastmasters prévu pour mardi (mine de rien c’est chronophage de rédiger et d’apprendre par coeur un discours en anglais!)

    @flo : ravi que cet article t’ai inspirée! Comme le dis Jérôme, prendre conscience du problème est déjà beaucoup. J’espère que tu trouveras bientôt un style de vie qui te permette de t’épanouir!

    @Sylvie : tout à fait d’accord, pour ceux qui connaissent je suis fan des belles rencontres à la « j’irai dormir chez vous ».

    Répondre
  8. Fabrice

    Je trouve pas Argencel severe, moi aussi je n’aime pas l’expression « j’ai fait tel pays » alors que la personne est restée une semaine dans son hôtel de luxe. Consommation, consommation…

    Je trouve toujours dommage ce genre de séjour à l’étranger si cela se limite à ça. Pour moi c’est des vacances. Tandis que le voyage c’est différent même s’il peut être du tourisme.

    Répondre
  9. CC de Mes Finances Perso

    Wow! Sérieusement, tu as réussi à faire un méchant bon article en si peu de mots ! C’est rentré bien creux dans ma tête, je n’oublierai pas tes judicieux conseils. Merci ! 😀

    Répondre
  10. Olivier

    Félicitations Alexandre, tu viens de créer une nouvelle catégorie d’articles : les articles uppercut !
    Très salutaire comme réflexion, merci.

    Répondre
  11. Grégory

    Et paf ! Une bonne claque ET un bon coup de pied au cul ! Tout ça packagé dans le même article. Un nouveau concept d’Alexandre !

    Mais tout ça est tellement vrai.

    Merci de nous remettre les points sur les i.

    Tiens, mon dernier article traitait justement de la nécessité d’agir. Je vais inclure dans mon article un lien vers ton article, tellement il est juste.

    Répondre
  12. Pingback: De l’action sinon rien | Deviendra grand

  13. sylvie

    @Alexandre … Ah les j’irais dormir chez vous … J’ADORE !!! Là il se frotte au gens, à la découverte de la culture d’un autre pays… Je l’envie presque cet Antoine de Maximy !

    Répondre
  14. Fabrice

    Moi aussi j’aime bien les « j’irais dormir chez vous », il a un sacre culot parfois:-)
    Tiens cela m’a donné une idée de billet pour mon blog;-)

    Répondre
  15. Alexandre

    @CC : hehe, merci pour le compliment

    @Sophie : tout à fait Sophie, en particulier si les écrits sont soporifiques :)

    @Olivier : lol les articles uppercut, elle est bonne ton expression!

    @Grégory : oui c’est vrai que ce n’est pas trop dans mon habitude :) mais allez il faut bien que je réveille un peu le lecteur de temps en temps :p

    @sylvie : lol ah moi je l’admet, je l’envie grave cet Antoine de Maximy!

    @Fabrice : ce que j’aime bien aussi, c’est que à chaque fois qu’il se prends une claque, il arrive toujours à voir le bon côté des choses ou à remettre gentiment les gens à leur place :))

    Répondre
  16. Julien

    En réalité, je ne te trouvais pas sévère dans tes propos, je suis le premier à ne pas partager l’idée qu’on ne fait pas un pays en restant cloitré dans un hotel! Quand a mr. Jirais dormir chez vous, il est assez extraordinaire! Quelques grands moments de solitudes a noter dans cette émission, notamment dans une petite ville d’iran!

    Répondre
  17. MaxR de Maxadi

    C’est effrayant de constater que je me reconnais dans un grand nombre de ces points … mais je ne dirai pas lesquels. :-)

    Si j’ai déjà pris conscience de ce problème, cela reste malgré tout assez difficile de sortir d’un magazin de livres sans ne rien acheter …

    Répondre
  18. Matt (Acide ici)

    Beaucoup de gens se rassurent de manière générale par le brassage de vent, tant il est vrai que le travail en profondeur ne fait pas d’abord remuer l’eau en surface (je ne sais pas où je vais chercher les images en ce moment, mais elles sont parfois surprenantes.)

    « Parce qu’on a parcouru ou même seulement acheté un livre, on a l’impression de s’être octroyé la sagesse de l’auteur sans même expérimenter les connaissances du livre » : Damned, j’ai été reconnu ! Ça, c’est un travers que j’ai régulièrement et qu’il faut que j’éradique. Bien vu !

    @Jean-Philippe : Pareil. Lorsque je vois que mon dernier article fait 2300 mots, je me dis qu’il faudrait que j’en écrive certains courts bâtis pour obtenir de la matière par les commentaires, comme celui-ci ! 😉

    Répondre
  19. Alexandre Auteur de l'article

    @Julien : arf oui j’imagine ça doit pas être tout les jours faciles d’entrer en contact avec des gens qui ont une langue et une culture si différente :)

    @MaxR : lol ne t’inquiète pas, si j’ai eu de l’inspiration, c’est surtout en m’inspirant de mes travers 😉

    lol Matt : entre toi et Jean-Philippe, vous faites deux jolis blogueurs écrivains poètes :)

    Répondre
  20. Jean-Philippe

    @Matt 2300 ! Tu vas faire une overdose ? Moi je suis en cure de désintoxication, je reçois un traitement de 1200-1500 pas plus… mais tu sais comment c’est ! Dur de tenir, de s’accrocher, de ne pas rechuter. Et puis l’état de manque est terrible. Allez, on s’accroche. 😉

    PS : Alexandre, avec ce commentaire tu devrais avoir quelques pubs Adsense pour des cures de désintoxication. 😀

    Répondre
  21. Matt (Acide ici)

    @Jean-Philippe : ne m’en parle pas. Si tu me rencontres IRL, tu verras à quel point je suis bavard… Eh bien, derrière un clavier, ce n’est guère mieux, à ceci près que je n’aime pas écrire trop dans le vide, donc je mets des références. Le plus dur : se retenir d’en rajouter à la relecture… 😉

    Répondre
  22. Gino

    Bonjour à tous,

    Très bon article qui fait réfléchir, je me sens un peu visé sur certains points.

    Je m’informe et lis sur différents sujets, je deviens sage comme l’auteur au niveau des connaissances mais je ne maintiens pas toujours les bonnes habitudes recommandées :-(

    Il y a aussi de mes projets qui sont commencés et mal terminés, je suis trop pressé de passer à autre chose.

    Ton blogue et quelques autres lectures me font revenir doucement sur ces projets non terminés. Je veux maintenant approfondir mes connaissances au lieu de simplement les acquérir.

    J’ajoute aussi la lecture de ton blogue à mes habitudes

    A+

    Gino

    Répondre

Poster un commentaire