Les 8 caractéristiques de l’état de flow

Par | 4 avril 2009

Vivre l'état de flow

L’état de flow est un état de concentration intense où l’individu se sent complètement absorbé par ce qu’il fait. C’est comme si le flot d’une rivière le portait presque sans effort vers l’objectif donné. Il perçoit alors cette activité comme particulièrement plaisante et atteint une productivité optimale.

Ce concept de flow a été énoncé pour la première fois par Mihály Csíkszentmihályi, un professeur et chercheur en psychologie d’origine hongroise ayant émigré aux Etats-Unis. D’après Mihály, le flow est l’état le plus propice au bonheur. D’où l’idée de chercher à le provoquer le plus souvent possible.

Afin de mieux le connaître, Mihály a utilisé un procédé appelé “Experience Sampling Method” (ESM), qu’on pourrait traduire par “Méthode d’échantillonnage de l’expérience”. Le principe est de soumettre une personne à un questionnaire sur l’activité en cours au signal d’une alarme qui a lieu aléatoirement dans chaque créneau horaire de deux heures de la journée. On obtient ainsi un film virtuel de témoignages pris sur le vif.

De cette expérience, il en ressort 8 caractéristiques pouvant décrire le flow :

1. Les objectifs sont clairement définis

Lorsqu’on est dans le flow, on sait très clairement ce qu’on doit faire pour atteindre le but qu’on s’est donné. Les règles du jeu sont faciles à discerner et se complètent. Elles ne sont ni conflictuelles, ni déroutantes.

Par exemple, si on joue aux échecs, on sait exactement quel sera le prochain mouvement, ou au moins quel type de mouvement doit suivre pour nous rapprocher de la victoire. Si on est musicien, on sait exactement quelles seront les prochaines notes.

En fait, on ne connaît pas seulement l’objectif global, mais également chaque étape qui doit nous permettre d’y arriver. Ceci contraste beaucoup avec les situations typiques de la vie courante où même si on connaît l’objectif, le chemin pour y arriver reste pourtant incertain et nos idées souvent contradictoires.

2. Le feedback (retour d’informations) est direct et immédiat

Etre dans le flow, c’est aussi savoir à chaque moment si ce qu’on fait nous rapproche ou nous éloigne de l’objectif qu’on s’est fixé.  Par exemple, selon le son que fait la balle de tennis, le tennisman sait s’il a bien tiré ou non son coup. De même que le musicien sera immédiatement alerté en cas de fausse note.

Grâce à ce retour d’information, les réussites et difficultés au cours du processus sont immédiatement repérées et le comportement ajusté en fonction. C’est ce qui permet de rester concentré sur l’activité.

En l’absence de ce feedback, on perd facilement l’intérêt pour l’activité qu’on pratique. Se perfectionner devient futile puisqu’on ne sait pas où on en est et où l’on va. On est davantage dans le flou que dans le flow. On se permet alors de se relaxer ou on devient au contraire anxieux et stressé.

3. Équilibre entre la difficulté de l’activité et les compétences de l’acteur

Pour que l’activité soit plaisante, il est important que ce qu’on doit faire soit en équilibre avec ce qu’on est capable de faire. Ceci est particulièrement évident lorsqu’on joue à un jeu : échecs, tennis, cartes, …. La partie sera intéressante à la seule condition que l’opposant ait à peu près le même niveau. Autrement, soit on se sent submergé, soit on s’ennuie car on est tellement meilleur que l’autre.

C’est la même chose pour une activité professionnelle : si on est sous-qualifié, on se sentira stressé, tandis que si on est sur-qualifié, on s’ennuiera. Par contre, si l’activité offre des challenges à la mesure de nos compétences, même si à priori on ne l’aimait pas particulièrement, l’activité peut devenir éventuellement intéressante et plaisante. Ainsi dans le cas d’un pianiste, même si le piano paraît au départ intimidant et complexe à maîtriser, jouer du piano devient au bout d’un moment plaisant et peut même devenir addictif.

4. Hyper-concentration

Lorsque les trois première conditions sont réunies, un sentiment de concentration intense commence à se faire sentir. Ordinairement, notre attention est partagée : on pense à ce qu’on fait et on le fait. On remarque ce qui arrive autour de soi alors qu’on fait quelque chose d’autre. Tandis qu’avec le flow, notre attention est comme fondue dans l’action. C’est pourquoi lors du flow, on est capable d’être beaucoup plus efficace.

Ce sentiment d’hyper-concentration fait qu’on se sent bien. On se sent en harmonie avec soi-même. On ressent comme une énergie spontanée qui nous transporte dans le flux de l’action.

5. Les frustrations de la vie quotidienne s’effacent

Une des conséquences de l’hyper-concentration est qu’alors qu’on se sent transporté si facilement par l’énergie du flow, on ne peut pas être conscient des problèmes de la vie quotidienne. Les disputes familiales, les factures, les impôts ne nous affectent plus car tout cela est effacé temporairement de notre attention.

Lorsqu’on est concentré dans l’action comme par exemple lorsqu’on joue un morceau de musique au piano, on ne peut pas se payer le luxe de penser à autre chose au risque de jouer une fausse note. De même, un alpiniste ne peut pas penser à des idées parasites lorsqu’il escalade une montagne au risque de tomber.

Ce soulagement est une source de bien-être considérable. On peut même parler d’une forme d’évasion : on crée une réalité plus élégante, plus exaltante que la réalité dans laquelle on vit. C’est donc une forme d’évasion constructive qui contraste avec l’évasion destructive habituellement vécue grâce à l’usage des drogues, qui altèrent notre perception du monde. Le flow nous permet de nous donner de nouveaux défis et de bâtir des compétences qui n’étaient pas là avant.

6. Sensation de contrôle de soi et de l’environnement

L’état de flow nous donne l’impression d’être capable de contrôler notre vie, nos actions, notre expérience. Ce n’est pas comme si on était capable de tout contrôler, autrement cela voudrait dire que l’expérience n’est pas à la hauteur de nos compétences. Mais on se sent à la frontière où l’on sait qu’avec de l’entrainement, on arrive de mieux en mieux à contrôler les choses.

Si l’on reprends l’exemple de l’alpiniste, on voit que même s’il est suspendu au dessus du vide par le bout de ses doigts, il se sent en sécurité. Grâce à ses années d’entraînement, il sait qu’il est capable de réaliser cette prouesse. En fait, il a davantage le contrôle sur sa vie que par exemple s’il traversait une route très fréquentée dans une grande ville, où n’importe quel taxi pourrait l’écraser à tout moment.

7. Perte du sentiment de la conscience de soi

Lorsqu’on est dans une situation de concentration optimale où on doit utiliser toutes nos compétences pour atteindre un objectif, on observe également une perte de la conscience de soi. C’est à dire que ce sentiment d’égo défensif que l’on a dans la vie de tous les jours disparaît.

Un des pires sentiments de la vie courante est le souci de savoir ce que les autres pensent de nous mêmes. Par exemple on a peur de ne pas être bien coiffé, que notre cravate ne soit pas bien ajustée. Lorsqu’on réalise un projet professionnel, on est soucieux de ce que le patron va en penser. Le fait de se contrôler et de se soucier de ce que les autres pensent donne un sentiment d’insécurité très désagréable.

Mais lorsqu’on est dans le flow, on va au-delà de soi, on a un sentiment de transcendance. Si on chante dans une chorale par exemple, on sent qu’on fait corps avec la musique et les voix des autres choristes. De même dans un sport collectif, lorsque tout s’enchaîne harmonieusement, on sent vraiment qu’on fait partie d’un tout. Ce n’est pas comme si on était tout seul.

Paradoxalement, après coup, alors même qu’on a agit au-delà de soi, on ressent une amélioration très nette de l’estime de soi. On est fier de ce qu’on a accompli. Bien qu’on se soit laissé aller, on ressort renforcé de cette expérience.

8. Distorsion de la perception du temps

Enfin, on note que le flow modifie notre perception du temps. Habituellement, on sépare le temps en parties égales. On sait par exemple qu’une heure est composée de soixante minutes, qu’une minute est composée de soixante secondes et ainsi de suite, comme si chaque mesure était équivalente. Pourtant, lors du flow, on a l’impression que les heures sont condensées en minutes. On commence à travailler puis au bout d’un moment, on se dit qu’il est temps de déjeuner, et on se rends compte qu’en réalité il est temps de dîner. Car en réalité il ne s’est pas passé deux heures mais huit heures.

D’un autre côté, l’inverse peut se produire. Alors qu’il arrive à un point crucial d’un morceau, le pianiste peut avoir l’impression que plusieurs minutes s’ écoulent alors qu’en réalité, seulement quelques secondes se sont passées. Car cette partie du morceau demande tellement d’engagement, de virtuosité et de contrôle pour que l’émotion qu’elle doit susciter soit transmise.

Pour résumer la situation, on peut dire que le temps s’adapte à l’expérience, alors que d’habitude on pense le contraire. Le temps n’est plus une contrainte où l’on doit ranger chaque moment de notre vie dans les diverses parties qui le composent. Le temps s’adapte à la façon dont on ressent les choses.

Pour en savoir plus sur le flow, je vous conseille les livres suivants de Mihaly Csikszentmihalyi :

45 commentaires sur l'article “Les 8 caractéristiques de l’état de flow

  1. lionel

    N’est ce pas un état de trans que tu décris là ?

  2. Alexandre Auteur de l'article

    En effet, ça y ressemble. Mais contrairement à la transe hypnotique par exemple, la conscience n’est pas endormie mais complètement éveillée bien que complètement orientée dans l’action. Et lorsqu’on est dans le flow, on ne subit pas la réalité que nous donne une tierce personne mais on crée plutôt notre propre réalité.

  3. lionel

    Oui c’est vrai dans un sens, si la transe est induite et dirigée par quelqu’un. Ta description me fais plutot penser aux états de transe naturels, comme quand on conduit sur une longue distance par exemple et qu’on se retrouve dans cet état où on est entièrement polarisé sur nos pensées tout en étant capable de réagir très vite à ce qui peut se produire sur la route. Là on a précisément une perte de la notion du temps (incapacité à dire précisément depuis combien de temps on roule sans regarder un point de repère) (8), le corps n’existe plus (il se controle tout seul) (7), on controle parfaitement notre environnement (au moindre coup de frein devant, on sort de notre état- a condition de ne pas être fatigué bien sur) (6), on est dans l’hyper concentration (4). C’est cet exemple qui me vient car il est souvent utilisé pour décrire les états de transe naturels par les spécialistes,
    A bientot,
    Lionel

  4. Alexandre Auteur de l'article

    @Lionel : effectivement dans ce cas là on peut tomber dans l’état de flow, avec plus ou moins de nuances selon que le conducteur est expérimenté ou non, s’il est distrait ou non par les passagers, s’il est sur une autoroute ou une route déserte ennuyeuse, etc.
    Merci pour ce très bon exemple.

  5. Pingback: Petit à petit l’oiseau fait son nid

  6. incognito

    Cet article vient de me faire découvrir quelquechose, vous dites que l’hyper-concentration fait que les problème de la vie quotidienne s’efface temporairement de notre attention, en ce qui me concerne je me suis réfugié dans l’intellectualisation froide, cad que je me défendais par la pensée structuré(processus mental consistant en la mise en relation d’éléments entre eux), probablement j’utilisais un état d’hyper-concentration parceque je me sentais considérablement insécurisé, et que cet état me permettait d’oublier l’environnement et la situation telle que je les percevais(ce qui ne veut pas dire que cet insécurité était purement interne), mais après je suis tombé dans l’inhibition probablement je m’empêche de penser pour éviter d’angoisser, je pense aussi que je suis actuellement dans une froideur émotionelle, je me protège comme ça. La représentation que je me fait de cet ancien état, c’est une sorte de plasma incandescant et étrange.
    Dans ce nouvel état d’intelligence normale, j’ai découvert qu’il y avait une autre manière d’évoluer qui consiste à se structurer l’esprit et à se forger une finesse dans différentes choses, et je découvre qu’avant j’étais dans l’accumulation de connaissances et la prédisposition à la pensée profonde et que ce mode d’évolution qui consiste au « toujours plus loin » se fait plutôt dans une sorte de liberté(contrairement à la toile d’araignée qu’on se forme dans l’intelligence normale). Il y a jamais eu de moment où je me cherchais une identité, j’étais juste dans le perfectionnisme.

  7. Pingback: Cultiver l’enthousiasme raisonné

  8. Yoann Romano

    Je viens de le découvrir suite à ton commentaire chez Esprit Riche. Ton expression « on crée plutôt notre propre réalité » résume tout !

    Yoann

  9. Pingback: Défier la loi du moindre effort

  10. Pingback: Echouer à peu de frais

  11. Jérôme

    Super article. J’aimerais être plus souvent en état de flow lorsque je rédige des articles pour mon blog. :-)
    Dommage que cela ne se fait pas sur commande, même si le domaine nous passionne.

  12. Pingback: Défi : 30 jours pour se débarrasser d’une mauvaise habitude

  13. Pingback: ZTD : 10 habitudes élémentaires pour organiser ses tâches (2/2)

  14. Pingback: Faut-il jeter les méthodes de productivité à la poubelle ?

  15. Pingback: 7 étapes puissantes pour dépasser la résistance et vraiment réaliser ce que vous voulez

  16. Pingback: Vitesse ou lenteur ? 7 raisons de ne pas choisir votre camp

  17. Pingback: Les 3 piliers de la motivation intrinsèque

  18. Pingback: Focus@Will : une web app innovante pour travailler en musique

  19. hussein

    monsieur Alexander je cherche des livre gratuits , ceux que vous avez citez
    sont couteux pour moi

  20. Claire de Buttet

    Merci Alexandre pour ce bel article que je découvre ! C’est passionnant et ça me connecte direct à plein de moments magiques de ma vie… je vivais cet état sans le savoir ! Je sens que la gratitude et l’état de flow sont très proches ! Sujet d’un nouvel article pour mon blog ! Gratitude is the way ! Amitiés de blogueuse et oui nous sommes de la même famille 😉

  21. AMADOU DIOULDE BALDE

    JE RESSENT LA MEME CHOSE C EST RAISON POUR LAQUELLE MES AMIS ME DISENT A CHAQUE FOIS.QU EN MANIPULANT MON TELEPHONE OU EN FAISANT D AUTRES CHOSES JE ME PLANTE.MERCI ALEXANDRE

  22. Pingback: 12 vrais besoins à satisfaire pour notre bien-être | Je-pense-a-moi.com ... (aussi)

  23. Cheap NFL Jerseys China

    The dangerous man is the player who mixes his style from back to fore court at the direction of an ever alert mind.At the point of landing, immediately crouch back and jump higher. While driving during the day, plan to stop at least every hour and a half. So why not educate the potential client first before asking for the order? The bottom line is that you need to tell your Realtor what your expectations are, and if he respects them be sure to hold up your end of the bargain as well. The very first thing you should do is find out what went wrong and why.

  24. 二手机械进口流程

    难以参与国际先进制造业制高点的竞争。04%,整体经销开支为13.中国检出黄曲霉毒素①122g/kg②13g/kg(①B1:25.早已干涸的很多小河沟重又有水,孝义河基本上变成了一条臭水沟,正是因为白酒行业正处于深度调整期,特别是损害了部分经销商的利益。环保在盘锦高新区被列为整体规划中必不可少的一部分。分别采用过滤、加强过滤和反渗透工艺。

  25. polo ralph lauren outlet

    Many people who are interested in fashion are also overwhelmed. If you didn’t grow up in the fashion industry, don’t fret–you can still be a fashionable person. This article contains fashion tips that you can use to be more fashionable, so keep reading.

Les commentaires sont fermés.