La magie du Réveil Ultra Matinal

Par | 18 mars 2011

Réveil Ultra Matinal

Etes-vous plutôt un lève tôt ou un couche tard ?

Cette question, on a dû vous la poser maintes et maintes fois afin de cerner votre personnalité. Car beaucoup de monde pense que cela est inscrit dans nos gènes. On naîtrait avec une tendance à être plutôt du matin ou plutôt du soir. Certaines études scientifiques alimentent même cette pensée.

Pourtant, plusieurs témoignages viennent montrer qu’on peut apprendre à se lever tôt. Et pas des moindres, puisque deux blogueurs parmi les plus célèbres de la blogosphère ont adopté l’habitude de se lever très tôt pour avancer sur leurs projets au petit matin. Il s’agit de Steve Pavlina du blog éponyme et Léo Babauta de Zen Habits. Et vu leur prodigieuse productivité, on peut en comprendre l’intérêt.

Chez les francophones, c’est Jean-Philippe de Révolution Personnelle qui a dégainé le premier, avec son article : Le vrai secret pour pouvoir se lever très tôt. Il faut dire qu’il pratique cette habitude depuis déjà 2003 ! De fil en aiguille, il en a écrit un ebook, qu’il a baptisé Réveil Ultra Matinal, et dont je vous propose d’examiner les points importants dans cet article, suivi d’un petit témoignage de mon expérience personnelle…

Se lever aux aurores ? Non merci !

Si vous avez toujours vécu en mode couche-tard comme moi, l’idée même de se lever tôt pourrait bien vous laisser perplexe. Après tout, on est si bien dans son lit. Pas question d’en sortir avant d’avoir attendu la dernière minute et que l’urgence d’aller gagner son pain vous donne l’impulsion nécessaire pour vous lever !

D’ailleurs le réveil ultra matinal n’est peut-être même pas pour vous. Si vous aimez sortir régulièrement le soir ou profiter du silence appaisant de la nuit tardive, on comprendra tout à fait que vous ne désiriez rien y changer. Ce n’est pas même Jean-Philippe qui dira le contraire, lui qui avait l’habitude de jouer les DJs jusqu’aux petites heures du matin. C’est sûr que vu sous cet angle, la nuit, c’est plus festif !

Pourtant songez à tous les bénéfices du réveil ultra matinal :

  • le flot d’énergie qui vous anime après une bonne nuit réparatrice
  • la sensation de dominer votre journée
  • la tranquilité du petit matin
  • la douceur de la lumière matinale et l’optimisme qui en découle

A bien des égards, se lever très tôt le matin ressemble à une renaissance, après l’atmosphère mortelle qui enveloppe la noirceur de la nuit.

Votre motivation pour vous lever très tôt chaque matin

Ca y est ? Vous commencez à percevoir l’intérêt de vous lever très tôt ?

Alors maintenant, il va falloir vous trouver une bonne raison de vous lever. Jean-Philippe l’explique très bien : votre motivation à vous lever est cruciale pour que l’habitude tienne vraiment à long terme, et pas seulement quelques semaines.

Choisissez donc quelque chose qui vous tient vraiment à coeur. Peut-être avez-vous toujours voulu écrire un livre ? Peut-être désirez-vous reprendre vos études ?

Pour moi, l’impulsion initiale a été la préparation d’un test technique pour un entretien d’embauche. J’en parle dans cet article : Et si l’on prenait 20% de temps novateur au petit matin.

Le métronome circadien

L’ebook de Jean-Philippe m’a fait prendre conscience que j’avais sous-estimé un paramètre important de mon sommeil : mon rythme circadien. Il se trouve que nos journées sont rythmées par des cycles de sommeil d’à peu près 1h30. Et cela continue même pendant la journée, c’est pourquoi nous avons des moments de baisse de régime.

L’idéal est de se lever lorsqu’un cycle se termine. Il s’agit donc de bien connaître nos cycles afin de se réveiller juste au bon moment. Pour cela, on peut noter les moments où nous baillons et que nos yeux ont envie de se fermer.

Pour être sûr de ne pas rater le coach, vous pouvez aussi utiliser certains moyens techniques comme l’application Sleepcycle pour iPhone, la montre Sleeptracker ou encore la solution – plus onéreuse – Axbo.

Le rituel du réveil

L’une des bonnes idées du livre pour réussir à se lever très tôt le matin est d’instaurer un rituel au réveil. C’est à dire que nous allons effectuer les mêmes gestes chaque matin sans réfléchir.

Afin d’expliquer à notre corps qu’il est l’heure de se réveiller, il faut lui donner des signes. Allumer la lumière est un bon début. Personnellement j’aime allumer la lumière puis garder un moment les yeux fermés sous cette lumière :) . Puis on peut marcher un peu histoire que les fonctions de notre corps se mettent en route. Une petite musique d’ambiance pourrait être également utile.

Jean-Philippe recommande avant toute chose de prendre un moment dans la journée pour répéter ce rituel matinal. De cette manière, on grave l’habitude plus profondément dans notre esprit.

Ma petite expérience dans le domaine

Cela fait maintenant deux mois à peu près que je me lève très tôt, vers 5h40 du matin. Tandis que j’écris cette ligne, il est d’ailleurs un peu moins de 6h45 du matin. L’intérêt pour moi étant bien sûr d’avancer sur mes projets web.

Pourtant j’étais un pur hibou de la nuit. Cela était très pratique pour tenir le coup dans des soirées tardives avec les amis. Mais ce mode de vie ne me réussissait pas du tout lorsqu’il s’agissait de travailler efficacement. Car peu à peu, j’en suis venu à négliger mes heures de sommeil, en particulier dans les périodes où je voulais accomplir beaucoup de choses. Je me couchais de plus en plus tard, faisant confiance en la nécessité de me lever le lendemain pour le boulot afin de m’extirper du lit. Et je vous laisse imaginer l’état de mes capacités mentales arrivé au bureau…

Sans m’en rendre compte, cela a pesé de plus en plus lourd sur ma santé. Au boulot, j’étais le seul à me vêtir d’une veste pour ne pas prendre froid avec la climatisation. J’attrappais plus facilement des maladies. Mon organisme était clairement affaibli. Mais je me disais que j’étais tout simplement frileux. Je ne me rendais pas bien compte que ma santé s’effilochait.

C’est paradoxal, mais en me réveillant très tôt le matin – après bien sûr m’être couché suffisamment tôt – j’ai retrouvé la bonne quantité de sommeil. Car désormais j’ai le choix de dormir plus si j’estime que ne suis pas dans mon assiette au réveil.

Ce que j’adore également et dont on ne se rends pas bien compte lorsqu’on est un couche tard, c’est que désormais j’ai deux limites de temps très précises pour terminer mes tâches. Je sais que le soir, je dois terminer mes tâches avant 21h40. Et je sais que le matin, je dois terminer mes tâches avant 7h40, heure à laquelle je dois m’apprêter à partir au boulot. Mine de rien, ces deux limites de temps me motivent davantage à me concentrer sur mon travail que la limite diffuse de la nuit tardive. Et cela est un bon remède contre la procrastination.

Conclusion

Si vous êtes dans une de ces phases de la vie où vous avez des projets plein la tête, mais où hélas le temps vous manque, je vous recommande vivement d’adopter le réveil ultra matinal. Faites simplement l’essai pendant quelques semaines, et je vous promet que cela aura de très bonnes répercussions sur votre efficacité personnelle.

Pour cela, le livre Réveil Ultra Matinal de Jean-Philippe sera donc une bonne aide. Je suis sûr que vous adorerez le style littéraire de Jean-Philippe. Et cela fait du bien de se faire guider par un spécialiste de la question.

Attention cependant : si vous cherchez des informations vraiment complètes sur les rythmes circadiens, ou une aide médicale, il faudra passer votre chemin. Car Jean-Philippe n’est pas un professionnel de la santé, et il n’a pas voulu s’étendre longuement sur des études à caractère scientifique.

Néanmoins Jean-Philippe parvient avec brio à nous inspirer, et son livre fourmille de petits conseils qui peuvent peser lourd dans la réussite de l’adoption de ce nouveau mode de vie.

Voici le lien vers l’ebook si ça vous tente : Réveil Ultra Matinal

Que pensez-vous du réveil ultra matinal ? Etes-vous tenté par l’expérience ? Je vous propose d’en discuter dans les commentaires de cet article…

4 commentaires sur l'article “La magie du Réveil Ultra Matinal

  1. David Jasienski

    Bonjour,

    Etant indépendant et travaillant à la maison, je fais un peu ce que je veux avec mes horaires et d’une manière générale, j’ai testé aussi le réveil matinale (vers 6h) et le couché vers 23h30 minuit.
    Et c’est vrai que globalement je suis beaucoup mieux en forme que lorsque je me couchais à 1h du matin, me réveillais, vers 8h, somnolais jusqu’à 10h, et sortais réellement de mon état végétatif vers midi au repas.

    Je vois que pour ta part tu te bases sur 8h « dans le lit » après je pense qu’en fonction des personnes ça doit changer.
    Personnellement j’ai remarqué que si je me couche « à l’avance » vers 22h, je n’arrive pas à m’endormir et après c’est l’enfer, je me réveille au moins 2 fois par nuit et je suis fatigué au matin.
    En revanche si je me couche vers 23h30, minuit, là je m’endors beaucoup plus vite, je dors quasiment d’une traite jusqu’au matin et naturellement je me réveille vers 5h55, et sans être fatigué :) Comme si j’étais programmé :)

    Ayant eu une période de ma vie ou j’étais insomniaque, j’avais essayé plusieurs méthodes pour « apprendre à dormir ». Et ce qui a fonctionné le mieux, ça a été :
    – une bonne alimentation équilibré la journée,
    – de l’activité physique la journée et de préférence à la lumière du jour à l’extérieur de la maison.
    – le rituel du soir avant de se coucher, avec un grand verre d’eau à boire parce que le corps à besoin d’eau pendant le sommeil.
    – de dormir un maximum lorsqu’il fait nuit, et de rester éveiller la journée (pour des questions de rythme et réactions chimiques dans le corps.)

    David.

  2. Jean-Charles

    Depuis déjà un certain moment, je suis devenu aussi un lève-tôt.

    J’aime bien l’énergie du matin. C’est comme à chaque fois, un nouveau départ, de nouvelles possibilités …

    Enfin, je ne résiste pas à dégainer du Jean Yanne :

    « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, c’est une connerie. Prenez les éboueurs… » :-)

  3. Pingback: Blog Anniversaire : C’éclair! a quatre ans

  4. Julien Wing

    Salut Alexandre!

    J’ai pris le temps de parcourir ton blog et cet article m’a stoppé.

    Ce que tu dis est très juste, le sommeil et le respect des rythmes est très important. (surtout sur le moyen et long terme)

    Les moyens que tu cites pour trouver la durée de nos cycles doivent être très bien. Et j’en connais un autre très simple :-)

    – Lorsque le soir tu as ton « coup de barre », bois beaucoup d’eau. 6-7 Dl font l’affaire. Après avoir noté l’heure, rejoins Morphée. Lorsque ton envie d’aller aux toilettes te réveillera, tu auras finis ton premier cycle. En regardant la différence d’heure tu découvres la durée de ton cycle :-)

    L’idéal est de répéter cet exercice 3-4 fois pour être précis.

    PS: perso je n’ai pas le choix de pouvoir me lever après 6h 😀

    Bonne continuation!

Les commentaires sont fermés.