Développement personnel : mode agressif ou mode durable ?

Par | 30 avril 2012

J’ai le plaisir aujourd’hui de donner la parole à Pierre, un jeune lecteur de C’éclair qui m’a contacté pour exposer ses idées à propos de la manière dont nous conduisons le changement. Nous verrons dans cet article que le développement durable n’est pas qu’un concept écologique, mais peut s’appliquer aussi à l’échelle du développement personnel de l’individu.

Développement personnel : mode agressif ou mode durable ?

Avez-vous déjà eu l’impression que :

  • votre forme a diminuée
  • vous êtes souvent en retard à vos rendez-vous
  • un de vos amis d’enfance a mieux réussi que vous dans certains domaines qui vous sont chers

ou au contraire que :

  • vous êtes dans une forme olympique
  • vous arrivez à maintenir le train de vie que vous vous êtes fixé
  • vous avez progressé en musique

Est-ce seulement le fruit du hasard ?

Dans cet article, nous allons voir comment cibler les domaines que nous voulons améliorer (ou maintenir), tout comme nous ferons « le deuil » des domaines non ciblés.

Imaginons que votre vie est un bateau qui navigue vers des ilots qui sont les domaines que vous voulez améliorer (ou maintenir).

Vous allez voir qu’il est possible de naviguer de 2 façons :

  • en mettant le cap sur la(les) destination(s) choisie(s), les moteurs à plein régime : c’est le Mode Agressif
  • en mettant le cap sur la(les) destination(s) choisie(s), les moteurs à un régime modéré, de façon à pouvoir sortir sur le pont pour observer que l’on ne s’écarte pas non plus des ilots que l’on souhaite « garder  accessible » : c’est le Mode Durable

Sans oublier que le contrôle du bateau peut vous échapper dans le cas où le moteur casse ou même que vous n’avez plus envie de naviguer. Si on veut lui donner un nom : ce sera le Mode subi

Attention : cet article est totalement subjectif :-)

Je vais d’ailleurs démarrer par la conclusion :

  • en Mode Agressif c’est le résultat qui compte, coûte que coûte.
  • en Mode Durable le résultat compte autant voire moins que les efforts et méthodes entrepris pour y parvenir, dans une optique de bénéfices à long terme.



PLAN

1 Comparaison des 2 modes
1.1 Exemple de domaines de vie que l’on veut améliorer
1.2 Comparaison mode agressif / mode durable

2 Exemple dans ma vie

3 Critique du monde du travail au travers de ces deux modes
3.1 Un Mode Agressif dévastateur (concept de projets et de sous-traitance)
3.2 Un Mode Durable menteur (concept de qualité)

4 Exercice : Mindmap + Objectifs S.M.A.RT , Mode Durable , Mode Agressif


 

1 Comparaison des deux modes

 

1.1 Exemple de domaines de vie que l’on veut améliorer

Voici un exemple de domaines, il me convient pour le moment mais vous avez sûrement des priorités différentes et l’organisez (consciemment ou non) autrement :)

Les domaines de ma vie

1.2 Comparaison mode agressif / mode durable

Je souhaite faire évoluer un ou plusieurs domaine :

  Mode Agressif Mode Durable
Points positifs – Quasi insensible à la procrastination, l’action est une formalité pour atteindre mon but.
– C’est ce mode qui donne des résultats les plus visibles et plus grands en quantité (mais pas systématiquement en qualité)
J’enlève les préjugés et ne me donne pas le choix: seule l’action compte.
– J’améliore un domaine sans “trop sacrifier” autre chose, ce qui permet de rester équilibré, motivé.
– Je fais moins, mais je fais le plus important et garde le moins important pour équilibrer les autres domaines.
– Je garde une vie équilibrée mais pas forcément figée ou routinière.
Points négatifs – Peut provoquer carences voire traumatismes dans les domaines oubliés.
– Peut provoquer un comportement « arriviste » et trop terre à terre
– Sensible à la procrastination, et aux excuses pour ne pas agir pleinement
– Peut provoquer un comportement calculateur
Pourquoi l’utiliser ? Car ce domaine à améliorer ou projet à réaliser me semble vital, je sens au fond de mois que je dois le faire coûte que coûte.
Car (peut être) j’y suis contraint
Car je veux améliorer un domaine sans mettre en péril l’équilibre que j’ai dans le reste de ma vie.
Pour quels besoin ? * 1 La survie(se nourrir, se loger)
2 Le vie agréable (loisirs ,améliorer ou construire une maison, appartement ..)
3 L’épanouissement *
1 La survie(se nourrir, se loger)
2 Le vie agréable (loisirs ,améliorer ou construire une maison, appartement ..)
3 L’épanouissement *
Avant de commencer 1 Je me lance tête baissée, et emploie une grande partie de mon énergie ou temps, à travailler dans ce domaine. J’étudie le fonctionnement et me documente sur le domaine souhaité avant de me lancer.
Avant de commencer 2 : les risques J’assumerai si possible les grands risques, voire je n’en ai pas conscience du tout ! J’essaie de prendre conscience de tous les domaines que cela peut impacter (surtout négativement) une fois que mes actions auront commencées. Si l’impact probable est trop grand, j’essaie en mode réduit, voire je remet à plus tard.
Avant de commencer 3 : Est-ce le moment idéal dans ma vie pour faire cela ? Qu’importe le moment ou les indicateurs, ou qui tenterait de me freiner : j’y vais ! Je me demande si c’est le meilleur moment pour moi de faire ça. (santé, environnement extérieur…)

* La pyramide de Maslow résume nos besoins à la survie (manger, se loger), la vie agréable  et l’épanouissement (personnel, collectif …).

On pourrait croire que le mode agressif ne se trouve que dans la partie “survie”. Mais de plus en plus de gens (qui ont déjà remplis le besoin de survie) entreprennent des projets ou actions en Mode Agressif pour leur épanouissement (créer leur entreprise, voyager, vivre d’un métier d’artiste) ou leur vie agréable (beaucoup d’énergie pour un projet de maison ou de famille).

En effet pour certains d’entre eux, il est « vital » de se lancer dans ces projets, sous peine de se sentir coupable d’avoir vécu une existence en demi-teinte.

Pour d’autre il est vital de montrer un certains niveau de vie … quitte à vivre à crédit.

2 Exemple dans ma vie

J’ai 25 ans, et un boulot stable depuis plus d’un an, et sans y faire attention, j’ai abandonné les activités sportives que j’adore et qui me font du bien.

En début d’année voyant ma condition physique diminuer, je me suis “énervé” et mis dans la tête de me réinscrire à un club de sport.
J’ai alors mis beaucoup de temps dans la recherche d’un bon club et bon sport etc…

Je commence le sport, deux séances par semaine de 2 heures, je n’étais pas obligé d’aller à toutes les séances mais je l’ai fait quand même …
Au bout de la troisième : blessure au genou ……. aaaahhh quel idiot
J’ai attendu 2 semaines avant d’aller voir le docteur et la blessure a été longue a guérir.

Puis un déclic est venu, je me suis dit :
1) Maintenant je vais arrêter et écouter mon docteur
2) Visiblement c’est pas le moment pour mon corps de faire un effort aussi grand alors calmos.
Le docteur qui a compris mon envie de reprendre le sport m’a orienté vers un kiné spécialisé…
Il m’a interdit de sport pour quelques semaines mais ensuite m’a fait travailler ma musculature et m’a fait reprendre progressivement.

Actuellement j’ai repris le sport mais je continue à voir le kiné de temps en temps, et surtout j’écoute mon corps quand celui-ci me dit « tu vas trop loin ».
(Certes tout n’est pas aussi logique que ça mais vous voyez l’idée)

3 Critique du monde du travail au travers de ces deux modes

 

3.1 Un Mode Agressif, dévastateur (concept de projets et de sous-traitance)

Attention grosse caricature inside, ne pas tout prendre au premier degré :-)

Il y a une tendance dans le monde du travail à ne pas prendre en compte les répercussions des « projets » sur le quotidien des travailleurs. D’ailleurs la majeure partie des manifestations syndicales ont pour objet « les conditions de travail ».

Le concept de projet focalise une ou plusieurs personnes sur un résultat commun.

Un projet est « dévastateur » quand :

  • les ressources du projet sont pressées de façon arriviste.
  • les sacrifices entrepris ne valent pas le produit fini ou attendu ( d’ailleurs est-ce que quelqu’un l’attend ? ).
  • celui qui produit n’a aucune conscience des effets (positifs et négatifs) de ce qu’il a produit.

Dans le même ordre d’idées la sous-traitance peut entraîner des dérives : on rédige des pages de cahier des charges et ensuite on passe son temps à savoir qui est dans son tort, plutôt qu’à essayer de résoudre le problème.

C’est comme si chez vous vous faisiez un super repas, sauf que :

  • sans faire attention vous y avez mis la moitié du budget des courses de la semaine.
  • sans faire attention vous avez salis toute la cuisine et refusez de la nettoyer car « ce n’est pas votre rôle ».
  • vous n’aviez pas demandé si les gens aimaient les aliments que vous prépariez, du coup vous avez généré une crise d’allergie qui a conduit aux urgences et un jeûne forcé.

Bien sûr, cette situation peut se dérouler infiniment mieux dans les faits. 
Mais dans ce cas là, on a fait un super repas, mais au détriment de beaucoup de choses.
(on pouvait aussi juste vouloir bien faire … )

3.2 Un Mode durable, menteur (concept de qualité)

re-Attention, re-grosse caricature inside, re-ne pas tout prendre au premier degré :-)

On va faire d’innombrable réunions, écrire des objectifs précis, des procédures rocambolesque et tellement rigides qu’elles seront contournées au premier écart.

On va scrupuleusement remplir des listes de tâches, des agendas, des logiciels de gestion de projet, des comptes-rendus de réunion. Tout ça pour se substituer à un ami oublié : le bon sens !

4 Exercice : Mindmap + Objectifs S.M.A.R.T, Mode durable, Mode Agressif

1) Prenez une feuille de papier A4 ou créez un compte sur un site comme Mindmeister et créez une mindmap.

2) Équipez-vous d’un minuteur de cuisine ou tout ce qui sert à vous chronométrer.

3) Mettez au centre, le mois actuel (ici Mai 2012), et au bout de chaque branche, les domaines sur lesquels vous voudrez agir ce mois-ci.

mindmap1

Certains d’entre vous n’auront pas la branche « étude », d’autres auront la branche « enfant » … etc.

Pour info, je met dans « lifestyle » tout ce qui est « loisir, épisodique ». Et dans « events » si j’ai vraiment une soirée ou un weekend que je ne veux pas louper… Enfin … je ne le remplis pas toujours…

4) Détendez-vous, mettez-vous une musique tranquille (par exemple celle-ci)
Mettez le chrono sur une durée entre 3 et 5 minutes.
Vous êtes prêt ? Top !

5) Vous allez préciser les domaines qui vous semblent les plus proches et laisser vagues ceux qui vous semblent plus lointains.
J’insiste sur le fait que vous ne devez pas trop vous forcer à préciser ! C’est essentiel !
Voici un exemple de ce que cela a donné pour moi :

mindmap2

Vous voyez que j’ai davantage précisé un domaine que l’autre.
Vous avez fini ?
Eh bien, la mindmap que vous avez obtenue en 3 ou 5 minutes c’est ce que vous ferez ou tenterez de faire en Mode durable

6) Maintenant

  • Remettez le chrono sur 5 ou 10 minutes, voire faites-le en plusieurs fois.
  • Respirez un bon coup.
  • Mettez vous une musique qui énerve (par exemple celle-là )
  • Dites-vous : bon ! Qu’est ce que je veux faire pour me sentir content ce mois-ci ! (bordel ! )
  • Faites 3 pompes :-)
  • Et maintenant complétez le plus possible les domaines qui vous semblent importants.

Eh bien la mindmap que vous avez obtenue ressemble à ce que vous pourrez faire :
en Mode durable
en Mode Agressif
en Mode comme vous pouvez

en Mode comme vous voulez

Avez-vous remarqué dans votre entourage des gens qui mettent toute leur énergie dans certains domaines, et qui s’étonnent parfois que les autres réussissent mieux ou font autrement qu’eux dans d’autres domaines ? Je vous propose d’en parler dans les commentaires de cet article.

Pierre, 25 ans, travaille depuis plus d’un an dans l’informatique tout en continuant ses études en cours du soir pour décrocher sa licence. C’est pendant ses études par correspondance qu’il a commencé à s’intéresser à la gestion du temps et à la procrastination (très présente dans les études par correspondance). Son livre de référence est celui de François Délivré : Question de temps.

Crédit photo : Antonio Gravante – Fotolia.com

10 commentaires sur l'article “Développement personnel : mode agressif ou mode durable ?

  1. Virginie

    Je suis complètement pour le mode « durable » ! Par expérience, d’abord, parce que l’efficacité d’une opération coup de poing ne dure pas dans le temps… Alors mieux vaut progresser plus lentement, mais plus durablement.
    Et aussi, parce que de voir le mode de vie des collègues qui fonctionne sur le mode « agressif », ça ne fait pas franchement envie… En tout cas, il y a longtemps que j’ai décidé de refuser de sacrifier ma vie à mon travail car ce n’est pas ce qui m’apportera une satisfaction à long terme.

  2. Pascal

    Super article, et d’accord avec Virginie… Rien à ajouter.

  3. Miaou Isabelle

    J’aime bcp ton article Pierre et ta façon d’exposer les choses.
    De toutes façon, avec une santé en dents de scie, je suis en perspective durable , à l’insu de mon plein gré (et de mon plein gré aussi ^^)
    Et entieremnt Ok avec Virginie et je peux te dire qu’avec le recul c’est plus que vrai Je te cite
     » En tout cas, il y a longtemps que j’ai décidé de refuser de sacrifier ma vie à mon travail car ce n’est pas ce qui m’apportera une satisfaction à long terme. »

  4. Dorian

    Excellent article !
    Je pense qu’il peut être nécessaire d’être en mode agressif pour des événements bien précis et si l’on veut obtenir des résultats rapides dans un quelconque domaine.
    Néanmoins, je suis également Virginie, le mode durable est la meilleure solution à adopter sur des projets longs termes et sur une vie tout simplement.

    Dorian

  5. Nathanael @ Réseau relationnel

    Nous sommes ce que nous répétons chaque jour disait le philosophe. On a tendance à penser que plus on fait plus on est efficace. Grossière erreur !
    En se focalisant exclusivement sur certains domaines de vie, on court le risque de déséquilibrer l’ensemble.

  6. Pierre

    Je suis content que mon article vous plaise :)
    Je n’ai pas forcément envie d’en ré-écrire mais cette thématique est importante pour moi.

    Comme le dit Dorian : sur des périodes limitées, le mode agressif nous aide a évoluer.
    Je note aussi qu’actuellement j’ai le temps de prendre ce recul et je m’intéresse à ces choses, mais il se peut que dans quelques années je soit aspiré comme beaucoup dans le « mode subi » et je n’aurais peut être plus la possibilité ou l’envie d’écouter et appliquer ce que je dis actuellement.

    Bon, je vous l’avoue, je viens de me refaire mal au genou, mais cette fois dès que j’ai senti les premiers signes, j’ai arrêté l’entrainement :) Et je vais chez le kiné de ce pas !

  7. Alain Ternaute

    Effectivement, c’est subjectif. Mais instructif. :)
    Je crois que c’est surtout une affaire de caractère : certains sont impulsifs, d’autres calculateurs… Et les efforts à faire ou les pièges à éviter dépendent vraiment de notre type de caractère.
    Pour étudier ça, je vous conseille ce document sur l’éducation en fonction des atouts et faille des caractères types :
    http://eduka.free.fr/education/docs/caracterologie.doc

  8. Anne

    Je suis bien d’accord et d’ailleurs, dans « le lièvre et la tortue », c’est bien la tortue qui est arrivée la première!
    Chapeau pour cet exposé si travaillé…

  9. FredC

    Bonjour à tous,
    et merci à l’auteur.

    pour ma part je suis dans le mode Agressif par obligation à certain moment de l’année.

    Je travaille le vivant (agriculteur) et mon travail ne dépend pas complétement de moi, mais principalement de la nature. or celle-ci impose des rythmes de travails différent selon les saisons : hiver : hibernation = on taille à la lumière du jour = 6 à 7h de boulot/jr; printemps = réveil de la végétation = 7 à 8h/jr; été pleine bourre pendant 1 mois = 11h/jr; et 2 mois de presque vacances ou entretien; fin d’été + automne : gros coup de bourre pendant 3 semaines = 20h/jr puis 2 mois très pépère.

    La conclusion de cela, c’est que si on bosse en mode agressif, il faut que ce soit sur une durée courte avec du repos ou travail pépère après, pendant un certain temps que l’organisme se refasse.

    Avec le caractère que j’ai, ça tombe bien, je suis plutôt sanguin…, et comme tout sanguin qui se respecte, quand il y a le feu, on tape dedans, et puis après on ne glande plus rien, ou presque…

    ça tombe vraiment bien, car c’est le rythme de vie que la nature m’impose pour l’entreprise que j’ai créée.

    Entre nous, ça me gonflerait de ronronner, d’ailleurs dès que je le fais, je fais des listes de taches, que je ne respecte jamais… ou que je paume… du coup je prends les taches comme ça vient, et puis c’est tout. ça m’empêche pas de gagner des ronds.

    Donc je crois qu’aucun mode n’est préférable, ça dépend du caractère de la personne, du rythme que la nature (au sens large : un patron, une entreprise, des clients, des fournisseurs, etc.); de la saisonnalité du boulot, etc.

    euh ! ça ne m’empêche pas de faire des mindmaps quand je ronronne le soir à l’apéro…

  10. Pingback: La sélection de Proactive Activity n°22

Les commentaires sont fermés.