Apprendre à parler en public avec Toastmasters International

Par | 27 mai 2010

Toastmasters International

Toastmasters International est un réseau de clubs mondial dont le but principal est de permettre à ses membres de pratiquer l’art de la prise de parole en public.

Cela fait à peu près six mois que j’assiste aux réunions de mon club local ici à l’Ile Maurice, et je viens de présenter ce mardi mon premier discours préparé, que l’on appelle traditionnellement le “bris de glace” (icebreaker). Je saisi donc l’occasion pour vous en dire plus sur le déroulement d’une soirée Toastmasters et pour vous donner quelques conseils issus de mon expérience.

J’espère que cela vous encouragera à venir assister en tant qu’invité à la prochaine réunion de votre club Toastmasters local, afin de considérer l’opportunité de devenir membre de cette grande famille!


Déroulement d’une réunion Toastmasters

Typiquement les membres d’un club Toastmasters se réunissent une à quatre fois par mois, pour une soirée qui dure de 1 heure à 2 heures suivant les clubs.

Chaque réunion est organisée en trois sessions majeures :

  • Les discours préparés
  • Les improvisations
  • Les évaluations

On commence généralement par un échauffement, où l’on se présente et l’on discute pendant 15 secondes sur le thème de la soirée. Chaque personne, y compris les invités est donc certaine de prendre la parole au moins une fois dans la soirée. Mais on apprends beaucoup aussi en écoutant les discours des autres, ainsi que l’évaluation qui leur est faite.

La plupart des membres se voient attribués divers rôle :

  • Le président de soirée : il organise l’ensemble de la soirée. C’est lui qui prononce l’ouverture, la fermeture de la réunion et introduit chaque orateur. Il est également chargé d’apporter toutes les fournitures nécessaires : les  imprimés du programme de la soirée, les bouteilles d’eau, le vidéoprojecteur, ainsi que les rafraichissements et en-cas consommés en fin de soirée.
  • Les orateurs : trois ou quatre personnes présentent un discours préparé. Chacun de ces discours est réalisé dans le cadre d’un projet du manuel de base ou des manuels avancés. Les discours présentés seront ensuite évalués lors de la session d’évaluation. La session des discours préparés constitue le plat de résistance de la réunion et même sa raison d’être.
  • Le grammairien : le grammairien est responsable de la qualité du langage. Il relève donc chaque faute de grammaire, de prononciation, les anglicismes et autres barbarismes. Il introduit le mot du jour au début de la réunion et rappelle les belles expressions qui ont été utilisées pendant les discours lors de son rapport à la fin de la réunion.
  • Le chronométreur : chaque discours est chronométré et les orateurs doivent veiller à ce que leur intervention finisse dans le temps imparti. Son rôle est très important puisque les membres ont souvent tendance à s’appesantir sur leur sujet.
  • Le compteur d’hésitations : le compteur d’hésitations est chargé de comptabiliser le nombre d’hésitations et de gaffes. Il relève notamment le nombre de “heu” et toutes sortes de bouche-trous abusivement répétés durant les discours.
  • Le meneur d’improvisations : lors de la session d’improvisations, il est appelé au pupitre pour énoncer les sujets. Chaque membre désigné a ensuite une à deux minutes pour répondre au sujet qui lui a été assigné.
  • L’évaluateur général : l’évaluateur général préside la séance d’évaluation. il est chargé d’introduire chaque évaluateur et donne un commentaire général sur la soirée.
  • Les évaluateurs : chaque discours préparé est verbalement évalué par un autre membre du club. Cela permet aux orateurs d’obtenir un retour quasi immédiat sur leur prestation. Il faut en général une certaine expérience avant d’évaluer un discours. Les remarques positives doivent être bien équilibrées avec les remarques critiques afin de motiver au mieux l’orateur pour ses prochains discours.
  • Le mot d’humour : pour finir sur une touche plus légère, on appelle généralement un membre en fin de soirée pour raconter des blagues et faire rire l’audience.

Dans de nombreux clubs, on vote pour le meilleur orateur, le meilleur improvisateur ainsi que le meilleur évaluateur de la soirée, qui reçoivent chacun un ruban honorifique.

A mesure qu’on progresse dans le manuel de base, les discours qu’on présente sont comptabilisés, et les compétences acquises sont validées par divers titres. C’est ainsi qu’après les 10 premiers discours, l’orateur obtient la certification “Communicateur Compétent”, et qu’il accède à d’autres programmes avancés de communication et de leadership.

Enfin, soulignons que les clubs organisent des concours, notamment le concours international de discours, aboutissant au prestigieux titre de «Champion du monde de prise de parole en public» lors de la conférence internationale annuelle.

Le bris de glace

Le bris de glace (ice breaker)

Le bris de glace est le premier projet de discours du manuel de base. Il a trois objectifs :

  • Se présenter
  • Commencer à conquérir sa peur du public
  • Fournir une base de référence pour découvrir nos forces et faiblesses

Les bris de glace sont généralement présentés à l’occasion de soirées spéciales “bris de glace”, où seul des nouveaux membres vont présenter leur discours. Cela leur permet de s’enhardir plus facilement lors de cette étape délicate.

Pour se faire aider, un parrain est assigné à chaque nouveau membre. Il pourra nous aider à organiser notre premier discours. Le bris de glace doit durer entre quatre et six minutes. On a donc intérêt à se chronométrer afin d’être à l’aise avec le temps qui nous est imparti.

Pour ce premier discours, les notes sont autorisées mais il est toujours préférable de présenter sans aucune note. On ne sera pas obligé d’apprendre le texte par cœur au mot près. C’est même déconseillé puisque ça pourrait donner l’impression d’entendre une récitation alors même que le discours doit avoir l’air d’une véritable conversation avec le public. Le mieux est donc de se contenter de mémoriser chacun des mots clés du discours.

Le discours pourra être organisé de plusieurs manières différentes, par exemple :

  • chronologique
  • suivant un nombre restreint de sujets
  • suivant une idée directrice
  • en décrivant un événement clé
  • en expliquant comment on est arrivé là

Pour ce premier discours il ne faudra pas s’attendre à jouer les De Gaulle ou Winston Churchill. Le mieux sera de rester soi-même.

Voici par ailleurs quelques conseils additionnels en vrac :

  • parlez lentement et à haute voix
  • modulez votre voix
  • n’essayez pas de vous excuser : le public saurait que vous avez fait une erreur, alors que cette erreur aurait pu aussi bien passer inaperçue

Mon expérience personnelle de Toastmasters

Pour ma part, j’assiste depuis novembre dernier aux réunions du club The Plateau Toastmasters Club Mauritius situé à Ebène, dans le quartier de la Cyber Cité au centre de l’Ile Maurice. Mais cela ne fait qu’un mois que je suis réellement membre de l’association. Le club attends généralement les renouvellements de cotisation pour introduire de nouveaux membres. En attendant, j’en ai profité pour me familiariser au mieux avec tous les membres déjà présents ainsi que pour bien connaître les règles d’usage.

En fait, j’étais déjà tellement bien familiarisé avec le club que j’ai reçu une première distinction avant même d’être membre. Ce fût lors d’une improvisation : je devais annoncer à mon père que je le mettais en maison de retraite… 😉 . Pourtant, étant donné que les discours sont en anglais, ce n’est pas toujours facile d’avoir confiance en soi. Je remporte encore régulièrement le record du nombre d’hésitations.

Mardi dernier, j’ai donc prononcé mon premier discours préparé, le fameux ice breaker, qui doit simplement porter sur soi-même. J’ai utilisé pour cela l’approche chronologique, en expliquant chacune des étapes qui m’ont mené dans les divers pays où j’ai travaillé et j’ai intitulé le discours “My story”.

J’ai commencé à rédiger mon discours dimanche dernier, en prenant bien mon temps afin de trouver des anecdotes intéressantes à raconter. Puis j’ai tenu à le mémoriser en entier afin d’être libéré de mes notes. Mais comme il est conseillé, j’ai brodé certaines parties devant le public à partir des mots clés du texte.

Le jour J, alors que je répétais seul à l’écart de mon bâtiment, j’ai eu la chance de rencontrer une personne qui, me surprenant en train de répéter, m’a proposé d’assister à l’ensemble de mon discours. Cette petite répétition m’a déjà permis de retirer quelque appréhension.

Comme nous étions cinq à présenter notre ice breaker, on était contents que l’attention ne soit pas seulement fixée sur une personne. Pour ma part on m’avait assigné une marraine que j’apprécie beaucoup, ce qui rendait l’atmosphère un peu plus familière pour moi. Et pour couronner le tout, je passais en deuxième, ce qui est une position plutôt confortable.

Je pense que tous ces éléments ont contribués au fait que j’étais plutôt à l’aise lorsque j’ai présenté le discours. Pas de signe de nervosité d’après les dires du président de soirée, à part le fait que je cachait parfois instinctivement mes mains derrière le dos. Je n’ai pas trop osé affronter chaque visage du public ce soir là, me contentant de balayer l’ensemble du public pour ne pas me déconcentrer. D’après les dires de ma marraine, le problème des hésitations persiste, bien qu’il soit moins pire que dans les réunions précédentes. On m’a aussi conseillé de  travailler mon accent, avec l’éternel conseil des professeurs d’anglais : “regardez la BBC!” (et surtout répétez ce qui est dit).

Ce soir là, j’ai fait rire mon public à trois ou quatre reprises. Pas toujours où je l’attendais d’ailleurs :p . Et j’ai beaucoup apprécié les applaudissements, bien que je soi rapidement revenu à ma place. Maintenant je peux vous dire que ça va rapidement devenir une drogue bienfaitrice pour moi, et une source d’estime de soi que je vous recommande vivement d’expérimenter.

J’espère que vous avez apprécié cette présentation ainsi que ce retour d’expérience. Je vous invite maintenant à partager vos réactions dans les commentaires de l’article…

58 commentaires sur l'article “Apprendre à parler en public avec Toastmasters International

  1. Jean-Philippe

    Felicitations Alexandre ! Prendre la parole n’est déjà pas chose aisée, mais en plus dans un langue étrangère cela montre bien ta volonté d’avancer et de t’améliorer. Merci de nous donner l’exemple. :)

  2. Alexis

    J’en ai entendu parler plusieurs fois. Ça me trottait dans la tête, mais là tu m’as vraiment donné envie de me lancer.

    Je suis en train de me renseigner.

  3. Olivier P

    Bravo pour cette présentation :)
    Je m’étais déjà renseigné sur les TM de ma région mais faute de temps je n’y ai pas encore participé.
    Tu m’as convaincu, je testerai dès la semaine prochaine 😉

  4. Mohamed Semeunacte

    Vraiment intéressant ce retour d’expérience, je ne connaissais pas ce club (a part du fait qu’il me semble que tu en as parle dans d’autres articles).
    Je viens de me renseigner sur les clubs proche de chez moi en Oman et a ma très grande surprise oui il y en et 13 d’ailleurs tous dans la capitale donc a 250 km de chez moi :(
    Si jamais quelqu’un souhaite vérifie l’existence de club dans sa région :

    Suffit de changer le pays en haut a gauche
    Étant moi même prof et dans une école internationale ou tout l’enseignement se fait en anglais (la paperasse c’est déjà intolérable mais la paperasse en anglais alors la c’est l’enfer lol) on dit souvent qu’en fait un prof est en représentation devant sa classe et c’est tout a fait vrai, je me reconnais beaucoup dans ce que tu dis et même si je « discourise » devant des jeunes les règles sont les mêmes que pour les adultes, a savoir un sujet a traiter, un temps imparti et du stress (qui si il est mal géré ne pardonne pas…les jeunes ne pardonnent pas sachez le !).

    Merci pour ce retour sympa Alexandre

    Mohamed Semeunacte

  5. Holyclair

    Article trés intéressant car je ne connaissais pas du tout ce type d’ association et je trouve que c’est une formidable idée. Je viens d’en trouver un à côté de chez moi. Mais toutes les interventions ne se font qu’en anglais?

  6. odette filipiak

    Bravo Alexandre
    Nous sommes fiers de toi
    C’est vrai que la BBC sur internet est un site très intéressant.Je l’ai un peu expérimenté avec une copine qui y va régulièrement .Si tu as le temps tu pourras effectivement améliorer ton accent.
    A bientôt de te lire

  7. pom

    Sympa de faire connaître ce genre d’association. De mon côté, je fais du théâtre depuis 2 ans, et les impros sont aussi un bon moyen pour progresser. Difficile d’y prendre plaisir au début (pour moi, mais pour d’autres qui le prennent comme un jeu, c’est beaucoup plus facile), mais 2 ans après, on se surprend soi-même. Et du coup, prendre la parole devant les autres, est une chose qu’on évite beaucoup moins.

  8. Florent F.

    Merci Alexandre pour ce partage d’expérience très enrichissant. Je suis moi-même amené à faire des interventions en public et ce genre de club me manque beaucoup. D’ailleurs, je trouve ça fou qu’il y ait une quinzaine de clubs en France et pas un seul à Lyon… :-( A un moment donné, j’avais même pensé à en monter un, mais j’ai bien peur de ne pas avoir le temps de m’investir dans ce genre d’aventure avec ce que je fais déjà par ailleurs…

    Merci encore ! Tiens-nous au courant de ta progression ! 😉

    Au plaisir.
    Florent.

  9. Le Bourdonnec

    Formidable Alexandre!

    Moi non plus je ne connaissais pas ToastMasters et moi aussi j’ai trouvé des associations pas trop loin de chez moi. Merci donc pour toutes vos précieuses infos qui déjà me donnent l’impression que des ailes me poussent.

    Une question toutefois : certaines personnes dont il m’arrive de faire partie, peuvent être sujettes au TRAC. Je ne parle pas de l’appréhension normale mais bien du trac très handicapant, voire paralysant. Ce problème est-il pris en considération, est-il travaillé dans le groupe? et si oui comment?

    Amicalement,
    Arnaud

  10. Alexandre

    @Jean-Philippe : merci! Est-ce que Toastmasters a déjà pris pied dans ton Japon local?

    @Alexis : effectivement j’aurais bien aimé avoir eu un petit guide de ce genre avant de venir la première fois en tant qu’invité!

    @Olivier P : Superbe! J’espère que ça te plaira. Il faut savoir aussi qu’on a parfois intérêt à essayer plusieurs clubs avant de trouver celui qui nous plaît.

    @Mohamed Semeunacte : c’est vrai que je n’aurais pas soupçonné qu’il y ait autant de clubs en Oman! Est-ce que ce sont des clubs en anglais ou en arabe? Dommage que tu sois aussi loin.

    @Holyclair : ça dépends des clubs, certains sont en anglais, certains français, certains bilingues. Effectivement lorsqu’un club est en anglais, on parle anglais pendant toute la soirée.

    @odette filipiak : merci, ça fait plaisir de te voir ici depuis le temps :)

    @pom : ah faire du théâtre d’impro, c’est justement quelque chose que j’aimerais bien essayer, mais je ne connais aucun club de ce genre près de chez moi, dommage…

    @Florent F. : en effet ça m’étonne beaucoup qu’il n’y en ait pas à Lyon, d’autant qu’il y en a dans ma petite ville d’origine en France : à Pau. Mais je suis sûr que ça aurait du succès si quelqu’un pouvait s’investir pour créer un club. En Chine, ça commence à bien marcher aussi depuis quelques années.

    @Le Bourdonnec : pour te répondre, je te dirai qu’il m’est déjà arrivé de trembler tellement à une audition de piano, que je n’arrivais même pas à jouer correctement. Heureusement, dans un club comme Toastmasters, c’est assez progressif : au début tu ne parleras que brièvement, lors de l’échauffement, d’une improvisation d’une minute, voire pour dire une blague à la fin de la session. Et puis quand on est un peu plus familier avec les us et coutume, on est déjà plus en confiance, et on arrive mieux à se concentrer.

  11. pom

    Au fait, les discours portent sur quel domaine? Tu peux nous donner des exemples ?

  12. Aurelien

    J’ai découvert toastmaster il y a peu et j’ai tres envie de tenter l experience à Paris, apparemment il y a une rencontre mardi prochain (1er juin).

  13. Jean-Marie

    merci pour cet article très intéressant!
    J’aimerais aussi savoir quels sont les themes abordés.
    Malheureusement à Genève tout est en anglais, ce qui n’est pas forcément plus utile qu’en français. Par contre je vois bien ce point comme un avantage sur un CV par exemple !

  14. Alexandre

    Dans mon club, on parle vraiment de tout.
    Nous avons eu des discours sur des sujets d’actualité (l’A380, la remise en liberté de criminels condamnés à perpétuité), sur le développement personnel (la méditation, le leadership)
    Ca peut être un discours célèbre ou une scène de théâtre de shakespeare
    Certains se spécialisent dans les discours divertissants, d’autres sur le fait de raconter des histoires

    Pour vous donner une idée concernant les 10 premiers projets de discours à présenter pour obtenir le certificat « Communicateur Compétent », nous avons:
    -The ice breaker
    -Organize your speech
    -Get to the point
    -How to say it
    -Your body speaks
    -Vocal variety
    -Research your topic
    -Get comfortable with visual aids
    -Persuade with power
    -Inspire your audience

    (le sujet du discours étant toujours laissé au choix de l’orateur)

    Sinon pour des manuels avancés, en Voici 15 disponibles en français :

    – Savoir divertir
    – Parler pour informer
    – Les relations publiques
    – L’animateur
    – Les discours spécialisés
    – Discours au niveau de la direction
    – L’orateur professionnel
    – Les présentations techniques
    – Le professionnel de la vente
    – Communiquer à la télévision
    – L’art de raconter
    – La lecture expressive
    – La communication interpersonnelle
    – Les discours aux occasions spéciales
    – S’exprimer avec humour

  15. Sylvain ALY

    Cher Ami,

    Pour un « débutant » je dirais que tu es l’élève qui va assurément surpasser le maître, quand bien même il n’y a pas de maître au Toastmaster; mais que des parrains et de mentor.
    De plus c’est une idée géniale que de partager tes expériences et tes motivations avec nous. Merci de ton ouverture et de ta disponibilité.
    SLY

  16. Alexandre

    Merci Sylvain. En effet, cette particularité du club où en fait nul membre n’est professeur, et où nous évoluons tous ensemble rends l’ambiance vraiment sympa.

  17. apwn

    Intéressant. J’aimerai bien participer à ce genre de réunion mais j’ai quelques questions :
    – Combien de personnes sont présentes au total (environ) ? Parce qu’il est bien plus simple de faire une présentation face à 10 personnes que 100.
    – J’ai 22 ans et j’ai un peu peur de me retrouver qu’avec des personnes bien plus âgées. Ça ne me dérange pas vraiment, mais ca n’aide pas pour soulever le trac.

    Et dernière question, les cotisations s’élèvent à combien environ pour une année ? C’est une association si j’ai bien compris (donc but non lucratif)

    Merci d’avance pour tes réponses :)

  18. Alexandre

    @apwn : ça dépends des soirées mais en général on est une vingtaine de personnes. Et même avec une vingtaine de personnes, c’est déjà assez impressionnant pour être mieux préparé dans le cas d’une audience plus importante.

    Effectivement, les membres seront pour la plupart plus âgés que toi. Et c’est en général des personnes à responsabilité, dans mon club il y a des managers et beaucoup de professeurs, notamment des profs d’anglais bien sûr. Donc ça donne un challenge supplémentaire. Mais parfois des jeunes se pointent, des étudiants ou les filles et fils des membres. Là récemment, il y a un lycéen qui a fait un discours assez remarquable en tant qu’orateur invité, il avait gagné un concours et partais en Europe pour la suite de sa compétition.

    Dans mon club, la cotisation s’élève à une soixantaine d’euros pour un an, avec les livrets d’apprentissage. Mais je crois que ça varie beaucoup selon les clubs. Et effectivement c’est une association à but non lucratif.

  19. remy66

    Très intéressant. J’ai repéré une association près de mon boulot.
    J’irai faire une visite.
    Bravo pour ton courage et bonne continuation.
    Je ne résiste pas : à quand un post vidéo Youtube ?

  20. Alexandre

    @remy66 : j’y pense (et puis j’oublie lol). Sérieusement il faudrait que je m’équipe pour avoir une qualité acceptable. As-tu des idées d’achat? Je serai à Paris début Août, ça sera un bon moment pour faire du shopping.

  21. Mathieu

    Très chouette article, ça m’a rappelé que je devais m’y inscrire l’année prochaine :).

    « @remy66 : j’y pense (et puis j’oublie lol). Sérieusement il faudrait que je m’équipe pour avoir une qualité acceptable. As-tu des idées d’achat? Je serai à Paris début Août, ça sera un bon moment pour faire du shopping. »

    Sans hésiter, Canon T2i (http://www.bhphotovideo.com/c/product/675618-REG/Canon_4462B003_EOS_Rebel_T2i_Digital.html) et Rode videomic, Excellente qualité, et pas trop cher.

  22. remy66

    @Alexandre je n’y connais pas grand chose, mais je sais qu’il faut un micro cravate (he oui monsieur), un disque amovible (mieux et moins long que le ftp, si tu dois partager une vidéo sans embarquer toute la caméra)et du SD.

  23. Alexandre Auteur de l'article

    @Mathieu : merci pour le conseil. Je vois que c’est du matériel lourd que tu me conseilles-là. Je ne suis d’avoir besoin d’une telle qualité pour une simple vidéo. Cela dit effectivement ça doit être un plaisir à utiliser!

    @remy66 : ah oui, le micro cravate… on va voir ce que je peux trouver!

  24. Mathieu

    @Alexandre: Je pensais que c’était pour une série de video, évidement ça change tout…
    Ce qui est pratique évidement c’est que c’est aussi un bon appareil photo en même temps, mais si t’en a pas besoin, peut être peut tu te diriger vers un canon HV20/30/40 usagé sur ebay qui a de très bon performance et est facile à « monter » (transferer sur l’ordi, modifier, etc) à cause de son format à cassette DV (le format qu’on trouve plutot sur les caméscope a disque dur – L’AVCHD- est très difficile à modifier). On en trouve à partir de 75 $ et facilement à 300 $.

    C’était certe le caméscope star d’il y a 3 ans, mais c’est un bon modèle en soi. Si je me souviens bien, le canon HV30 est juste une évolution mineure, par contre je peux pas te dire pour le HV40.

    PS: Le lourd c’est un Canon 1D Mark IV (ou 5D MKII) avec une petite optique 24-70 USM, un écran panasonic, et un ampli juicedlink avec un micro shotgun mais là c’est carément qualité télé (http://www.engadget.com/2010/04/13/canon-5d-mark-ii-used-to-shoot-entire-house-season-finale-direc/). ^^

  25. Mohamed Semeunacte

    @Alexandre apres verification, certains clubs tout les clubs sont en anglais mais certains font aussi faire des discours en arabe. Je suppose que ce sont ceux ou le public doit être mixé entre anglophone et arabophone.

    D’apres ce que j’en comprends aucun en revanche ne fait qu’arabe.

    Voila pour les infos si il y a des Omanais ou des Expats dans la salle lol je rappelle que les 13 clubs sont situes a Mascate…pfff

    Mohamed Semeunacte

  26. Mathieu

    @Alexandre : Sorry pas vu ton message !

    Alors pour te répondre, malheureusement, si tu veux faire des « self-interview » (mhmm trouve pas le mot correcte), ce caméscope n’est pas pour toi, car il ne contient pas de prise micro (et sur ce genre de caméscope bas de gamme, un micro correcte c’est essentiel) et en plus le codec utilisé (ici l’H264) n’est pas très pratique à éditer (c’est à dire qu’il faudra le convertir pour le modifier ce qui n’est pas spécialement pratique).

    Certes le codec c’est pas spécialement un gros problème mais à mon sens couplé avec l’absence de prise micro et plus généralement le fait que tu vas te battre avec pour un qualité moyenne me font vraiment penché pour la solution occasion.

    Maintenant j’ai aussi entendu du bien du Kodak Zi8, qui à l’avantage d’être pas très cher 130 € et d’avoir une prise micro. (tu peux lire un test ici : http://www.lesnumeriques.com/article-339-7318-18.html )

  27. Jérôme

    Excellent ce concept que je viens de découvrir.
    Quand je serai fixé à un endroit, je tenterai surement l’expérience du coup :_)

  28. MaxR de Maxadi

    Merci pour cet article très intéressant. J’avais vu récemment le logo de Toastmaster sur un autre site, mais n’avais pas fait davantage de recherches à ce sujet.

    Grâce à ton article, je sais maintenant exactement de quoi il s’agit. :-)

    Le concept est très intéressant en tout cas.

  29. Pingback: Détrompeurs : la suite

  30. Patrice

    Excellent témoignage.

    Depuis un an, je suis moi-même membre d’un club Toastmasters en France (www.forumrds.org), et je tiens à souligner l’efficacité de ce concept pour s’entrainer à parler en public.

  31. Alexandre

    Eh bien Patrice, j’ai vu que tu as lancé un blog sur l’art de parler en public. Merci pour le partage de tes connaissances, les premiers articles sont déjà très intéressants!

  32. Pingback: Comment apprendre ? « Quand N@t communique…

  33. julien

    Nice.. si je n’avais pas 30 projets pour l’année prochaine, je me lancerais surement la dedans… et après tout.. pourquoi pas…

  34. Alexandre Auteur de l'article

    @julien : essaie une séance pour voir quand tu auras l’occasion. Ca n’engage à rien!

  35. Pingback: Défi : 30 jours pour interpréter le sketch du Schmilblick de Pierre Dac

  36. Pingback: Opération Schmilblick : le bilan

  37. Sebastien Anti-Regrets

    bravo de participer à un club Toastmaster !

    il se trouve que j’en ai monté un à Angers il y a maintenant plus d’1 an. monter un club n’est pas très compliqué en soi, (créer l’association en préfecture, commander les manuels) ce qu’il est plus, c’est de le remplir d’adhérents et de trouver une salle ! ;o) c’est vrai qu’au début, ça prend un peu de temps… mais c’est passionnant ! c’est un bon défi à se lancer ! ;o)

    il faut savoir qu’en France métropolitaine, il y en a de plus en plus. Nantes, Lyon, Nice, Strasbourg se sont créés récemment complétant la liste : Paris (plusieurs clubs) Metz, Angers, Toulouse… vous avez la liste et les contacts sur ce PDF : http://divisiona.district59.eu/conferences/Clubs_Division_A_2010_2011.pdf

    les clubs comptent entre 10 et 25 membres en moyenne.

    si votre ville ne fait pas partie de la liste et que vous voulez en créer un, je peux vous faire partager mon expérience de la création du club Toastmaster d’Angers qui s’appelle Lève-toi et parle ! (plus d’info ici : http://www.leve-toi-et-parle.fr) pour ce faire, envoyez moi un mail (sebastien[at]anti-regrets.fr) je serais ravi de vous aider ! ;o)

    Sébastien

    P.S. : le premier discours « The ice breaker » ce dit « briser la glace » en français ;o)

  38. Pingback: Il y a un an sur C’éclair! – mai 2010

  39. Sorin

    Bonjour Alexandre,

    Merci pour cet article que je trouve très intéressant. Je me rappelle que tu m’as déjà parlé de la prise de la parole en public.

    C’est très enrichissant. Je n’ai pas ton niveau. C’est sûr. J’ai pris la parole dans le cadre de quelques formations en présentant des modules.

    Dans la salle il y avait entre 20 et 30 personnes. Et c’était dans la langue le Jules Verne.

    Au début, j’ai été très émotif. Ce que ça m’a apporte : un peu plus d’assurance et confiance en moi-même.

    J’ai envie de revivre cette expérience. C’est une bonne chose et une expérience que chaque personne devrait vivre dans sa vie : la prise de la parole en public.

    Je suis un peu occupé en ce moment. Je note le TM sur ma liste : Important- Non Urgent. C’est sur la liste (j’ai noté) et c’est grâce à toi. Merci Alexandre !

    Amicalement,

    Sorin

  40. Romain (décodeur)

    Bonjour,

    J’ai participé hier en tant qu’invite à ma première séance Toastmaster. Il s’agit du club franco-allemand de Paris.
    Mon ressenti est très similaire au tien. Si l’on souhaite améliorer sa communication en public, je pense que le club Toastmaster devient très vite addictif. Une riche expérience avec un retour des autres membres enthousiaste.
    J’ai eu la surprise de remporter la meilleure improvisation de la soirée. Thème de la musique aidant très certainement.

  41. Alexandre Auteur de l'article

    @Sebastien Anti-Regrets : merci pour ta proposition, c’est vrai que ça a l’air hardu comme ça de monter un club, mais sûrement qu’avec les bons conseils, on y arrive beaucoup plus facilement:)

    @Sorin : oui ça te ferais certainement du bien de rejoindre un club :)

    @Romain : ravi que tu aies trouvé un club qui te convienne ! Est-ce que ce club est bilingue ? Comment cela fonctionne-t-il dans ce cas là ? Une langue différente suivant les dates ?

  42. Jérôme

    Je pense que je vais tenter l’expérience des Toastmakers sur Paris :-)
    Je vais me renseigner à ce sujet, car beaucoup de choses à apprendre.

  43. Pingback: Retour En France – Deuxieme Bilan | Semeunacte.com - Cultivateur De Leaders

  44. Pingback: Projets 2012 | Semeunacte.com - Cultivateur De Leaders

  45. Pingback: Projets 2012 | Communauté du développement personnel

  46. AYITEVI

    Bonjour
    Cela fait plusieurs semaines que je suis invité au club émeraude toasmasters de Cotonou . Mais j’ai toujours du mal à faire mon « bis de glace »
    Aidez moi

  47. Pingback: Web entrepreneur : sachez aussi (vous) vendre à l’oral

  48. Théo des P.A

    Toastmasters, ça m’intéresserais bien, déjà pour moi, pour mon anglais oral, pour ma mère , 73 ans pour qui se serait un bel exercice de mémorisation, toujours bon à prendre et ma fille aînée qui est déjà bilingue (merci les échanges entre collèges et lycées franco-britannique).
    J’ai découvert l’existence d’un Toastmasters , à Pau, où je réside, Pau « ville anglaise », grâce , je l’espèreaux Toastmasters situés au 84, avenue de Buros (MJC Berlioz)animés par des anglophones locaux.

  49. heia teuapiko

    Bonjour,
    Pouvez-vous me donner les consignes de comment créer mon club toasmaster, SVP,
    Merci,
    Heia

  50. heia

    merci pour le petit paragraphe, j’aime toastmasters, il te donne vraiment confiance en toi, j’aimerai le lancer en polynésie, mais je ne sais pas par ou commencer, si vous avez une petite idée,merci

  51. ganiatou sambaou

    Très bon commentaire. Félicitations Alexandre. Je me suis abonné à votre blog sans savoir que vous étiez toastmaster. C’est bien de savoir que nous faisons partie de la meme famille. Ceci étant, je voudrais répondre à mon compatriote Neil Said pour lui dire que Toastmasters existe bel et bien au Bénin. Nous y avons actuellement 6 clubs dont SIKA TMC dont je suis la Présidente en exercice. Je suis moi meme ACB et CL. Toastmaster offre des merveilles extraordinaires. SIKA se réunit les 1ers et 3èmes samedis du mois au Novotel Orisha à partir de 18h45mn. Prochain RDV mercredi 19 sept. Le 29 sept, nous organisons une Journée Toastmaster Sika 2012. Venez nous rejoindre. Vous etes mon invité. Au plaisir !

  52. Pingback: Le moment optimal pour s’engager dans l’action (2/2)

  53. Lise

    Félicitation Alexandre. Je suis moi-même membre TM du Québec au Canada. Quelle belle façon tu as de décrire ton expérience avec TM.

  54. Dharamjeet Bucktowar

    Dear Alexandre,

    It was a pleasure to read the few lines of your experiences at Plateau Toastmasters.

    This year we are celebrating our tenth anniversary. If you are around you are welcome on the 15th November 2013.

    Dharmjeet

  55. Stephane Dakoury

    Bonjour et félicitations à toi mon ami Alexandre pour nous permettre de pouvoir nous fondre dans le cercle très fermé des grands orateurs à travers Toastmasters dans le monde presque! je suis ivoirien et j’ai découvers ce club dans mon pays la Côte d’ivoire lors d’une émission tv. encore une fois merci et ne tarde pas à nous transformer!
    cordialement,
    Stephane Dakoury

  56. vianney

    Bonjour,je suis ivoirienne et j’aimerais plus d’infos sur le club qui existe en côte d’Ivoire.merci

Les commentaires sont fermés.