Agir sans détour avec l’initiative journalière

Par | 30 mai 2009

Par nature, nous avons tous tendance à repousser les tâches les plus dures à plus tard. Pour les éviter, on s’occupe alors avec des tâches plus triviales qui nous servent de prétexte pour ne pas agir. Ce comportement s’appelle la procrastination.

On se promet par exemple d’apprendre une langue puis rien ne se fait. Telle déclaration doit être remplie avant la date x? Elle attendra la dernière minute pour être remplie. Tout cela au profit de la moindre tâche facile ou plus attrayante qui se présente : la boîte de réception des emails à consulter, telle émission passionnante à la télévision, visiter tel site internet conseillé par un ami, etc. Même avec la meilleure volonté du monde, on a du mal à se discipliner.

Il existe pourtant un moyen simple de faire avancer les choses de manière presque magique qu’on appelle l’initiative journalière.

L’initiative journalière est « ce qu’on fait en premier chaque jour », avant même d’aller sur l’internet pour consulter les emails, avant même d’écouter le répondeur ou de lire le courrier. C’est un créneau réservé uniquement aux choses importantes pour le futur.

Analysons de plus près ce que recèle ce concept. L’initiative journalière comporte trois parties :

  1. Agir
  2. En premier
  3. Tous les jours

Faire quelque chose

Ca faisait des mois que le forum du site avait été déserté. Je me doutais que quelque chose clochait. Pourtant, je n’osait pas y mettre mon nez. J’avais le souvenir douloureux du temps que j’avais passé à le paramétrer et je n’avais aucune envie d’accepter mon échec.

Finalement, c’est la critique d’un internaute -m’indiquant qu’il n’était plus possible de se connecter- qui m’a fait bouger. A partir de ce moment, je m’y suis mis un peu chaque jour et tout est rentré dans l’ordre.

La clé a réellement été de commencer à bouger. Comme un vélo qui démarre, ce n’est pas facile au début car il faut vaincre l’inertie. Mais le fait de faire quelque chose chaque jour, ne serait-ce que cinq minutes, s’accumule finalement pour faire une différence. Et une fois sur la lancée, l’achèvement de la tâche n’est soudain plus très loin.

En premier

Le fait d’agir en premier, avant toute chose, va venir court-circuiter notre tendance à céder aux tentations.

Ce matin par exemple, la première chose que j’ai faite au lever du lit a été de continuer à écrire cet article. Car je savais que la résistance à cette tâche aurait été beaucoup plus hasardeuse à vaincre si je l’avais remise à plus tard.

Si j’avais par exemple commencé à lire mes emails, au cas où un message urgent méritait une réponse rapide, j’aurais sans doute embrayé sur la lecture de certains articles que je reçois par email, puis j’aurais peut-être fait une recherche sur wikipedia pour en apprendre un peu plus sur le sujet de l’article que je viens de lire, et de lien en lien, le temps aurait passé sans que je m’en rende compte.

Peut-être qu’à certains moments, j’aurais eu le vague souvenir de cet article que je me suis promis d’écrire. Et puis ne voulant pas couper le fil de mon action, j’aurais balayé la chose en me disant que ça peut attendre.

Au bureau, c’est encore plus difficile car on est souvent interrompu par les clients, les collègues ou les clients. Si bien qu’on peut facilement oublier ce qu’on voulait faire initialement, ou le remettre à plus tard sous la pression des autres tâches si c’est quelque chose de complexe à faire.

Chaque jour

Faire quelque chose chaque jour garanti que la tâche va progresser. Ce sera à vous de décider ce que « chaque jour » veut dire. Vous pourriez décider de le faire sept jours sur sept. Mais si c’est quelque chose relatif au travail, ça peut être aussi cinq jours par semaine. Le nombre de jours choisis importe peu pourvu que la tâche avance chaque jour prévu pour cette tâche.

Pour être sûr de le faire, il faudra réunir les deux conditions précédentes. A savoir faire quelque chose, même si ce n’est pas grand chose, et en premier, avant toute chose. Beaucoup de gens font l’erreur de se donner des objectifs trop ambitieux. Par exemple, se donner l’objectif de courir 5 km chaque matin est dangereux car il y aura toujours un jour où vous n’êtes pas en forme. Mieux vaut dans ce cas se dire : je vais sortir avec ma tenue de jogging chaque jour. Il sera ainsi beaucoup plus difficile de trouver une excuse pour ne pas le faire.

Il y aura bien sûr des jours où vous serez pris pendant toute la journée et où il sera impossible de travailler sur l’initiative. Mais ce n’est pas grave puisque l’objectif est de travailler chaque jour disponible. On veillera cependant à bien définir à l’avance quels jours seront déclarés indisponibles. Si vous vous donnez la permission à l’avance, votre esprit l’acceptera et ne le verra pas comme un échec.

Quelle que soit l’initiative, si vous vous donnez la peine d’y travailler chaque jour, elle progressera. Ne vous donnez pas d’objectif trop contraignant mais travaillez aussi longtemps que possible. Certains jours, la tâche avancera beaucoup, d’autres moins, mais globalement vous verrez que tout ira plus vite que vous ne l’auriez imaginé.

Quand utiliser l’initiative journalière?

L’initiative journalière est bien indiquée pour les trois activités suivantes :

  • Rattraper du travail en retard
    Si vous avez une somme de travail significative en retard, l’initiative journalière sera idéale pour la rattraper. La raison est que ce genre de chose mobilise généralement beaucoup d’énergie. Or c’est au début de la journée qu’on a le plus de courage et d’énergie. L’initiative journalière sera donc la manière la plus efficace d’être à nouveau à jour en peu de temps. Bien sûr, il ne faudra pas oublier non plus de trouver les raisons qui ont mené à ce retard de travail, au risque d’être bientôt à nouveau en retard.
  • Corriger un système d’organisation défectueux
    Après avoir rattrapé du travail en retard, il sera temps de corriger le système d’organisation qui a mené à ce retard. Un système d’organisation doit normalement supporter l’effort de travail. Cependant, s’il est mal conçu, il ralentira les choses.
    Il est très facile de détecter un système d’organisation défectueux. Vous vous trouverez souvent à dire : « je ne sais jamais où mettre les choses », ou « il me manque toujours quelque chose ». Les mots clés sont ici jamais et toujours. Ils indiquent que c’est le système d’organisation sous-jacent qui ne fonctionne pas comme prévu.
  • Démarrer un nouveau projet
    L’initiative journalière ne doit pas être confondue avec un projet. La plupart des projets devraient pouvoir être menés parfaitement bien sans jamais devenir l’initiative journalière.
    Cependant, à leur début, certains projets nécessitent une période d’attention concentrée avant d’avoir un élan suffisant pour tourner. Sans l’initiative journalière, on peut continuer à y réfléchir pendant des mois avant de commencer à agir.

Conclusion

La philosophie de l’initiative journalière peut être illustrée par le proverbe anglais : « Avec des petits coups de hâche on abat de grand chênes ». C’est à dire que ce n’est pas le travail qu’on accompli en une fois qui compte mais l’accumulation des actions successives qui va mener au but. On s’assure en outre que l’action soit systématiquement au rendez-vous en agissant tout de suite. Ce qui nous permet d’avoir une régularité sans faille. Finalement, l’efficacité obtenue est telle qu’on en regrettera presque qu’il n’y ait qu’une seule initiative journalière possible par session de travail!


Cet article a été publié dans le cadre du festival A la Croisée des Blogs du mois de juin organisé ce mois-ci par Boréale du blog La fabrique des idées.

Auteur : Alexandre Philippe

Alexandre Philippe est le fondateur du blog C'éclair. Constamment en quête de nouvelles méthodes d'organisation, de motivation et d'apprentissage, il délivre ses éclairs d'efficacité chaque semaine sur ce blog.

14 commentaires sur l'article “Agir sans détour avec l’initiative journalière

  1. Dimmka

    Действительно полезный пост, спасибо.

  2. gsempe

    Très, très intéressante version personnelle de l’auto motivation. J’aime beaucoup l’image du jogging que tu as employé.

  3. Alexandre

    Merci gsempe. On peut effectivement voir ça comme une technique d’auto-motivation.

  4. Gilles

    De retour sur C’éclair après une interruption informatique. Tous mes remerciements pour cet article ou l’auteur expose ses appréhensions et ses boulets.

    Cela me rappelle une image de Raoul Follereau (de mémoire) : voir loin et donner chaque jour un coup de pioche, chaque jour, sans se laisser distraire. Celui là crée un chemin.

    Il est nécessaire aussi de s’interroger sur sa motivation à son travail, pour en vivre et non le subir. Un travail sans contraintes n’existe pas : l’initiative quotidienne est une méthode pour les vaincre et s’améliorer, pour être disponible ensuite à la valeur humaine de chaque métier.

    Cet article porte un grand message d’humilité et d’encouragement. Merci.

  5. Alexandre Auteur de l'article

    @Gilles : que de belles paroles. J’aime bien cette citation très imagée, je ne la connaissais pas. Vivre de son travail, évidemment c’est mieux que de le subir puisque déjà si on le subit, c’est à contre coeur et donc c’est pas efficace. Parfois il faut avoir le courage de partir si on voit qu’on est dans une impasse. Plus facile à dire qu’à faire n’est-ce pas?

  6. Pingback: Les inspirations du 16 juin : Le lab d’Ambiome : vivre autrement, tout simplement

  7. TNalias

    Merci pour cet article qui permet de mieux se discipliner.

    Comme le souligne Gilles, l’article démontre que de nombreux petits efforts finissent par construire quelque chose de merveilleux.

    Merci de partager vos lectures.

  8. Caro7376

    Je vais ajouter ce blog très intéressant à mes favoris. Cet article en particulier devrait pouvoir contribuer à me faire progresser, je l’espère. En tout cas je vais essayer!
    J’ai de plus en plus de difficultés à m’organiser et gérer mon temps en ce moment, il faut que j’y travaille sérieusement. Vous pourrez peut-être contribuer à trouver les solutions qui m’aideront et je pourrai peut-être vous aider dans d’autres domaines.

  9. Alexandre Auteur de l'article

    @Caro7376 : Vivement les vacances alors?
    Sur le même sujet, je te suggère de lire aussi l’article :
    Faites-le demain, ou la gestion du temps selon Mark Forster
    qui parle du livre dans lequel j’ai lu le concept d’initiative journalière (ou current initiative).

    Peut-être serait-il aussi temps de faire un bilan de tes tâches par rapport aux priorités qui te tiennent à coeur. Car si ta journée est trop gonflée, la chose la plus simple est de te libérer de certains engagements non stratégiques ou éventuellement les remettre à un moment de ta vie où tu seras moins prise.

  10. Daunelle

    Bien aimé justement cela me permet de rebondir là ou je stagne par moment des heures devant ordimini

    Merciiiiiiiiii

  11. Pingback: Il y a un an sur C’éclair! – mai 2009

  12. Pingback: 7 astuces pour désencombrer vos données numériques

  13. Stéphanie

    J’adore cette idée… bon j’arrive un peu tard, car l’article a été publié il y a longtemps. Mais merci !
    J’ai un mailing qui attend….depuis longtemps !
    Ce sera ma première initiative journalière :-)

Les commentaires sont fermés.