8 principes efficaces pour surmonter la peur de s’exprimer en public

Par | 18 septembre 2008

Comment être à l'aise lorsqu'on s'exprime en public?

Une des peur qu’on retrouve souvent chez les gens est la peur de s’exprimer en public. A tel point que dans le palmarès des phobies les plus courantes, elle apparait même souvent devant la peur de mourir!

La principale cause est qu’on a peur de paraître ridicule devant les gens qu’on connaît ou certaines personnalités importantes. Les mains se mettent alors à trembler, le coeur bat très fort et la bouche s’assèche. Chacun se souvient très bien de ses pires apparitions devant le tableau noir du lycée sous les ricanements des copains. Forcément, on n’a pas envie de revivre pareille mésaventure.

Nous allons donc voir aujourd’hui un ensemble de principes visant à conquérir cette peur de façon à faire passer le message voulu dans les meilleures conditions…

1. Habituez-vous à intervenir publiquement

Comme tout art, s’exprimer en public se pratique. Vous ne pourrez pas être bon d’entrée de jeu. Regardez par exemple dans les émissions de téléréalité du genre Star Academy, comment les invités issus des éditions précédentes dégagent cette sérénité que les nouveaux candidats n’ont pas. Ils sont tout simplement rodés et n’ont plus rien à craindre. C’est la routine!

Vous devrez donc travailler un peu vos talents d’orateur avant d’espérer briller en public.

L’idéal est de monter graduellement en puissance. Pratiquez d’abord devant une audience réduite et peu exigeante, puis peu à peu devant un groupe plus impressionnant.

Pour ce faire, voici quelques pistes à explorer :

  • Prononcez un discours lors d’événements familiaux.
  • Donnez des cours, même à de jeunes écoliers de 8 ans, vous verrez que vous apprendrez beaucoup.
  • Montez ou rejoignez un club d’apprentis orateurs et réunissez-vous régulièrement. Vous pourrez pour cela faire appel à l’association Toasmasters, qui possède un réseau de clubs d’apprentissage de l’art oratoire dans plus de 100 pays.
  • Proposez de donner une conférence gratuite dans une université.

Vous verrez qu’en y allant petit à petit, il sera impossible d’échouer.

2. Relativisez

Demandez-vous quel est le pire scénario qui peut arriver :

Que se passera-t-il si vos mains tremblent? Si vous êtes tellement nerveux que rien ne sort de votre bouche? Si l’accroche de votre discours est tellement ratée que vous n’obtenez pas les fonds pour votre projet?

Tout d’abord, rien de cela n’arrivera. Et en plus même si ça arrive, ce n’est pas définitif, comme mourir ou perdre un être cher. Vous aurez l’occasion d’apprendre de vos erreurs et de vous rattrapper en temps voulu.

Pensez aux Stars sans cesse humiliées dans les potins des magazines people. Malgré ce qu’elles ont subit, elles continuent à briller dès qu’elles ont l’occasion de montrer l’étendue de leur talent.

3. Répétez

Même si vous maîtrisez bien votre sujet, répéter est essentiel. Votre texte sera ainsi ancré dans votre tête, les mots viendront naturellement et vous aurez davantage confiance en vos capacités oratoires.

Voici plusieurs manières de répéter :

  • Tout seul : répétez votre texte à haute voix, c’est important car vous aurez habituellement l’impression que les mots sonnent bien dans votre tête, alors que vous les écorchez à la prononciation.
  • Devant un miroir : l’avantage ici est que vous pourrez travailler votre gestuelle ainsi que votre contact visuel avec l’audience.
  • Debout dans un coin : c’est une astuce qui vous donnera une meilleure idée du son de votre voix, tandis qu’il rebondit contre les parois du mur.
  • S’enregistrer : utiliser un dictaphone est utile pour apprécier le timing de votre discours. Vous serez ainsi forcés de continuer à parler même si vous cherchez vos mots. D’autre part, le fait de réécouter l’enregistrement vous donnera le recul nécessaire pour évaluer la sonorité de la voix, le phrasé ainsi que l’enchainement du contenu.
  • Devant des amis : pratiquer devant des amis permet de se rapprocher des conditions réelles du discours. Ici, même une audience d’une personne pourra faire l’affaire.

Enfin, si vous désirez improviser un peu, pensez quand même à apprendre par coeur les premières phrases du discours pour éviter les premières secondes de confusion qui peuvent arriver avant d’atteindre un état de concentration optimale.

4. Apportez des anti-sèche

Même si vous avez beaucoup répété, il peut toujours arriver d’avoir un trou de mémoire. Quelques fiches seront alors utiles pour éviter ce genre de mésaventure.

Notez-y le fil conducteur du discours de façon très lisible. Adoptez quelques codes de couleur. Il est probable que vous n’en ayez pas besoin, mais savoir que les fiches sont là vous aidera à gagner en sérénité.

5. Soyez fin-prêt

Tout professionnel digne de ce nom doit savoir se préparer sans rien laisser au hasard avant un grand événement. Le matériel doit être au point, chaque éventualité évaluée et les plus fins détails doivent être pris en compte.

Vous devez maîtriser votre sujet suffisamment pour pouvoir en discuter intelligeamment. Vous devez connaître les attentes de l’audience à laquelle vous aurez affaire. Et savoir quelles personnalités importantes seront là.

Essayez aussi d’en apprendre le plus possible sur le lieu. Si possible, allez visiter l’amphithéâtre où vous interviendrez, testez le matériel sur place et essayez de visualiser comment se passera l’événement.

Quand on part du bon pied, les chances d’échec sont largement diminuées. On se sent ainsi plus relax et sûr de soi.

6. Relaxez-vous avant d’intervenir

Plusieurs exercices très simples peuvent vous aider à évacuer la pression avant le grand saut. En voici deux exemples :

  • Respirer profondément : respirer profondément aide à réduire la pression du sang et à clarifier votre esprit avant de vous exprimer.
  • Se dégourdir les jambes : tenez-vous sur un pied tout en secouant l’autre pied, puis changez de pied. Ceci permet généralement de réduire la nervosité qu’on a accumulée dans les jambes. C’est un exercice très utilisé par les acteurs et orateurs professionnels.

7. Concentrez-vous sur le contenu

Une des erreurs les plus courantes lorsqu’on parle en public est de se concentrer sur le mauvais objectif. On croit que le but est d’obtenir l’approbation de tout le public et que c’est la finalité de tout bon orateur.

Ce sentiment souvent inconscient nous fait penser qu’on doit être parfait afin d’impressionner l’audience et gagner son agrément unanime. Il suffit alors qu’une personne ne soit pas du même avis pour ruiner notre moral. Une personne s’endort ou sort de la salle avant la fin du discours? C’est sûr : la présentation a été un désastre.

Tout cela crée du stress et nous met la pression. Pourtant aucun orateur n’obtient 100% d’agrément dans ses discours. Il y aura toujours une personne pour protester ou pour vous contredire. C’est dans la nature humaine. Dans un large groupe, il faut accepter cette variété de réactions, positives ou négatives. Inutile de prendre tout sur la défensive.

Evitez, en premier lieu, de demander l’agrément du public. Car ce n’est pas vous mais le contenu qui compte. La règle est donc de donner au lieu de réclamer. Se concentrer entièrement sur le fait d’offrir un contenu de valeur au spectateur sans rien demander en retour, comme si vous donniez un chèque de 1000 euros à chaque spectateur.

Etant donné qu’on ne peut pas se concentrer sur plus d’une chose à la fois, on ne pourra pas penser en même temps à offrir un contenu de qualité et à s’inquiéter de ce que les autres pensent de nous au même moment. En mettant toutes nos tripes dans le fait de donner sans compter, la peur du public s’évapore et fait place à un sentiment de plénitude.

8. Faites participer votre audience dès le début

Le moment le plus critique et le plus impressionnant pour un orateur est sans conteste l’entrée en scène, lorsque toute l’audience a les yeux braqués sur nous. C’est le moment où chacun va se faire une première idée de notre identité et évaluer notre statut social.

Afin de briser la glace, une bonne technique est d’encourager le public à participer. L’ambiance sera à coup sûr plus décontractée.

Plusieurs moyens existent :

  • Posez une question : une question simple à laquelle n’importe qui peut répondre. Plaisantez gentiment si l’audience n’a aucune réponse. Quand les gens répondent à une question ou essaient de deviner, l’attention est détournée temporairement vers eux.
  • Faites un sondage : un sondage est une bonne manière de donner plus de sustance à vos propos. Levez la main pour encourager les gens à faire de même. Encore une fois, vous pouvez plaisanter si certains hésitent à s’engager.
  • Demandez à l’audience de faire un mouvement : par exemple montrer quelqu’un du doigt, taper dans les mains de son voisin, se mettre debout. Ce mouvement aidera les participants à rester dans le bain. Et s’ils étaient assis depuis longtemps, ce sera une occasion pour eux de se défouler.
  • Demandez à l’audience de répéter ce que vous avez dit : vous verrez ainsi si les gens suivent. Vous pouvez aussi leur demander de récapituler avec vous les principaux points du discours.

Etes-vous à l’aise quand vous vous exprimez en public? Avez-vous d’autres astuces à échanger? Faites-nous profiter de vos idées et expériences dans les commentaires.

Remarque : j’ai écrit cet article dans le cadre de la première édition du festival A la Croisée des Blogs, sur le thème « vaincre la peur ».

45 commentaires sur l'article “8 principes efficaces pour surmonter la peur de s’exprimer en public

  1. ockwick

    Ce que moi je me demande, c’est comment, avant même toutes ces préparations pour contrer la peur, comment éviter la peur elle-même.

    Ne serait-ce pas plus simple de se sentir à l’aise plutôt que de chercher divers moyens à conquérir cette peur?

    Des réflexions, car je n’ai pas de solutions LOL. En fait, de mon côté, jamais eu de problèmes – du trac, oui, un peu d’appréhension, oui, et pourtant je n’ai jamais eu de problème à aller devant toute mon école et improviser des discours (sans préparation, sans cartes-mémoires, rien! juste moi et ma connaissance du sujet).

    En fait c’est toujours comment j’ai procédé, je connais mon sujet et je m’avance en avant du groupe et je me mets à parler.

    Je n’ai aucune idée comment j’y parviens (et j’aimerais bien savoir car sûrement ça m’aiderait à approcher des filles, qui est quelque chose qui me bloque souvent – croyez-moi ou non!), il serait intéressant de le découvrir. Assez difficile pour moi d’analyser car j’entre dans un état complètement différent, et je ne me souviens pas de grand chose par après..

    ock

    Répondre
  2. Pingback: bluegger.com

  3. Pingback: Anonyme

  4. Pingback: tapemoi.com

  5. Pingback: www.blogmemes.fr

  6. Pingback: www.fuzz.fr

  7. Pingback: pligg.com

  8. Pierre Morsa

    @ockwick : il est normal d’avoir peur. Même les plus grands artistes sont morts de trouille avant de monter sur scène. La grande artiste Sarah Bernhardt faisait des exercices dans sa loge pour vaincre le trac avant de monter sur scène. Un jour, une actrice débutante lui dit « comment, Madame Bernhardt, vous avez peur, vous ? Alors que moi, jeune actrice, je n’ai pas le trac ? » Et Sarah Bernhardt lui répondit : « vous verrez, ça viendra avec le talent ! »

    Répondre
  9. ockwick

    Mais justement Pierre, ce que j’essayais de dire c’est que ça ne m’a jamais dérangé tant que ça, l’évidence étant la facilité avec laquelle j’allais improviser des discours devant un millier de personnes, jouer de la musique, etc, sans avoir besoin de ce genre de trucs pour « conquérir la peur ».

    Ce qui m’intéresse c’est de savoir pourquoi et comment, afin que je puisse faire la même chose dans d’autres circonstances (enfin, je suis assez près de savoir pourquoi et comment, après environ 1 an d’effort).

    ock

    Répondre
  10. stephanzr

    En 9ème principe on pourrait, et devrait, certainement ajouter à cette liste la « CONVICTION »; si on croit à ce que l’on dit et si l’on sent la nécessité (voir le devoir) de l’exprimer, on a alors une énergie propre à permettre de surmonter nos craintes…
    Non?

    Répondre
  11. Laurent DUREAU

    @ Alexandre

    Pour la 8ème règle, j’ajouterai l’humour. Dès la première minute votre audience doit sentir que vous n’êtes pas un rabat-joie pédant qui se la joue. Pour cela, il faut utiliser l’humour afin de montrer que vous êtes un humain comme eux.

    Personnellement, je préfère passer pour un pitre afin de décompresser tout le monde pour mieux enfoncer le clou du contenu. Relaxation et rire en premier puis massage costaud pour la suite.

    C’est du résultat garanti quelque soit le nombre de l’auditoire. Alors exit les fiches et tous les trucs au cas où, car à trop préparer, on se ligote soi-même. Et puis c’est en basketant que l’on devient basketeur !

    @ Ockwick

    Selon la science du Design Humain, une personne sur trois ont la gorge non définie. Ce qui veut dire que 2 personnes sur 3 peuvent prendre la parole en public sans problème s’il se font confiance.

    C’est en créant nos blocages que nous nous empêchons d’être nous-mêmes. Par contre, il y aura un tiers qui devront travailler dur et ils deviendront des acteurs de première !

    La très grande majorité des excellents acteurs sont des personnes qui doivent expérimenter la prise de parole en public et le théâtre est l’eldorado pour eux !

    @ Pierre

    Je crois qu’il ne faut pas confondre peur et trac. Pour moi, ce n’est pas la même chose.

    Le trac c’est la pression reçue par le système nerveux et qui se dégagera dès que la prise de parole aura été prise. Le trac est normal mais pas forcément le signe des meilleurs.

    Par contre, la projection de la difficulté de l’exercice à faire va créer une peur proportionnelle au manque de confiance en soi. Ceci entraînera donc une pression supplémentaire sur le plan biologique que l’on traduit par le trac.

    La peur peut vraiment être éradiquée par une réelle confiance en soi et en ses capacités. Le trac ainsi sera résiduel pour ne pas dire nul.

    En résumé, la peur se joue dans la tête alors que le trac se joue dans le corps. Contrôler la tête alors le corps sera détendu et vous pourrez exprimer votre âme librement avec toutes les émotions et sentiments qui vont avec.

    Répondre
  12. Pierre Morsa

    @ockwick : oui j’avais mal interprété tes propos.

    @Laurent : je suis d’accord que tout est dans la tête. Si on a confiance en soi dans la tête, le trac physique va disparaître.

    Répondre
  13. Pingback: A la Croisée des Blogs - 1re édition : Vaincre la Peur

  14. Pingback: Revue de presse | Simple Entrepreneur

  15. Cédric

    Bonjour

    Article fort intéressant… J’ai moi-même déjà été confronté à ce type de « travail » dans le cadre de mon activité salariée (à mes débuts) où je devais présenter une nouvelle application (que j’avais développé) à mes 180 collègues. Ce fut une terrible épreuve ! C’était il y a 9 ans.

    Très récemment j’ai co animé une conférence devant plus de 500 personnes sur le référencement naturel dans une école de commerce, et bien… ce fut (à ma grande surprise !) d’une facilité déconcertante, sans un poil de sueur froide 😉

    Je pense que la différence vient dans la confiance en soi et au « risque » de se ridiculiser. En d’autres termes, quand on maîtrise parfaitement son sujet et que la probabilité de se planter est nulle (ou presque), ça passe tout seul (ce qui n’est pas le cas quand il y a une chance, même infîme, que l’inverse se produise !)

    En tout cas je vois ça comme ça 😉

    Au passage, quand l’intervention touche d’autres domaines que le travail (par ex. je suis aussi intervenu lors d’un salon sur la photo animalière à Grenoble en juin dernier), le stress n’est pas le même, et au contraire, ça devient un véritable plaisir !

    Répondre
  16. Domi

    J’anime de nombreux cours et je suis tout à fait en phase avec ces conseils.
    J’ajouterai qu’il n’est pas toujours possible d’être bien préparé et que dans ce genre de situation il est important de rester détaché et serein dans l’exercice.
    Depuis que je lis des livres sur le bouddhisme je me sens beaucoup moins stressé…

    Répondre
  17. Pingback: Comment se sentir à l'aise pour parler en public | Cmic Blog

  18. Corka Tall

    Salut. J’ai beaucoup admiré tout ce qui écrit ci dessus. Il m’est très difficile de m’exprimer en public et je suis à la recherche sans cesse d’aide pour m’ameliorer. Je vous suis très reconnaissant et espere toujours profiter de vos conseils pour avancer car j’aimerais bien pouvoir parler à une foule sans gène. Merci!

    Répondre
  19. Pingback: La prestation orale - Liens

  20. Ykigbo

    Bonjour,

    Je trouve ces principes
    efficaces et très utiles
    pour se tirer d’affaires,
    dans les occasions de
    prise de parole en public.

    On devrait aussi mentionner
    comme principe pour réussir
    l’exercice de prise de
    parole, la confiance en soi.

    Avoir confiance en soi,
    permet de transcender
    toute peur, toute situation
    de blocage, comme le trac.

    Bien d’autres « trucs et
    astuces » pourraient encore
    être indiqués, qui sont tout
    aussi valables, pour réussir
    à parler en public.

    Par exemple, la « sympathie »
    avec le public (ou avec
    quelques personnes seulement);

    les temps de silence, savamment
    orchestrés;

    l’utilisation de son propre
    corps;

    la gestion et l’occupation
    de l’espace; etc.

    Comme quoi, parler en public,
    relève à la fois, du savoir,
    du savoir-faire, du savoir-être
    et du savoir-faire-faire!

    Art et science.

    A bientôt.

    Répondre
  21. Yoann Romano

    Bonjour à tous,

    Je crois fermement que la peur de parler en public est comparable à celle d’aborder une femme. Non seulement il suffit de s’y habituer (comme le mentionne Alexandre) mais être fermement focalisé sur autre chose que sur notre peur joue aussi un grand rôle.

    Pas plus tard que ce soir j’ai effectué mon premier discours Toastmasters. Ayant Olivier Roland au téléphone jusqu’à quelques secondes avant mon intervention, j’avais encore ma tête pleines d’actions à accomplir avant d’intervenir. J’ai donc directement fait le grand saut, et tout s’est bien passé.

    Ce raisonnement a aussi fonctionné avec succès la dernière fois que j’ai sauté à l’élastique. Pour en avoir parlé avec l’instructeur les personnes qui mettent plus de 3 secondes à s’élancer ne sautent généralement pas, tout simplement parce qu’elles se concentrent alors sur tout ce qui pourrait mal se passer, et plus globalement sur leur peur.

    Pour résumé mon conseil est donc simple : soyez fermement focalisé sur autre chose que votre peur.

    Yoann

    Répondre
  22. Alexandre Auteur de l'article

    @Yoann : effectivement, ça aide de penser à autre chose que notre peur. Je pense que ceci rejoint le principe 7 : se concentrer sur le contenu du discours et non pas sur la nécessité de gagner l’approbation du public.

    Répondre
  23. mandeng rené

    c’est avec beaucoup de joie que j’ai reçu tous vos conseils et je crois comme vous que le trac n’est que le passage d’un état à un autre ; il suffit de bien ménager ces quelques minutes de la non maitrise en soit pour se rendre compte qu’au fait ,rien n’est plus beau lorsque l’on suscite l’attention de centaines de personnes.j’ai toujours essayé a chaque fois que je me retrouve en publique de me représenter à l’intérieur de ma chambre, et à tous les coups j’ai réussi à dompter tout l’auditoire; alors essayez et vous verrez

    Répondre
  24. julienne

    Bonjour à tous

    Merci pour tous vos conseils,j’ai pris bonne note. Mais il y’a autre chose,en fait je ne sais comment vous l’expliquer mais,spécialement moi,avant de monter sur un podium pour tenir un discours ou bref parler d’un sujet concret en public,j’essai de me décontracter,eliminer le stress,garder confiance en moi mais une fois devant le public,je perds controle.

    Une fois que le silence reigne dans la salle,une fois que tous les regards ce sont braqués sur moi et une fois que je sens que tout ce monde ici présent sont là pour écouter ce qui sortira de ma bouche, je reste planté,d’un instant à l’autre une envie folle me prend de disparaitre pour ne jamais revenir et si ma gorge ne se désèche pas,j’ai un excès de salive dans ma bouche…

    Par exemple la fois dernière que je devais mener un petit discours devant mes camarades,j’étais très bien relaxe avant d’aller sur le podium, je plaisantais avec mes camarades,je souriais meme lorsqu’on a appelé mon nom pour aller présenter ce que j’ai à dire. Mais une fois arrivé là,j’ai tout oublié. J’ai commencé par parler de quelque chose qui va dans le sens opposé de ce que je devais dire et arrivé à un certain moment,ne sachant plus quoi ajouté je m’étais tue et le public commençait par crier. Instinctivement,j’ai pris mes deux mains pour cacher le visage…C’était horrible!!!
    j’ai la migraine à chaque fois que je me rappelle.

    Aidez moi s’il vous plait

    Répondre
  25. Gustave (comment parler en public)

    @julienne : Cette situation est en effet embarrassante bien qu’elle soit connue de beaucoup d’entre nous.
    Mon conseil est d’anticiper ce moment « de solitude » à proprement parlé, en ayant préparé quelque chose pour combler ce moment d’entrée sur scène.

    Cela peut-être une interpellation du public ou même une petite blague qui vous permettra une entrée en matière douce. Le but ici est de faire réagit le public pour désamorcer « ce froid » et ainsi vous sentir plus en confiance.

    Merci pour cet article très bien construit.

    Répondre
  26. Melen99

    Bonjour à tous

    Merci pour toutes ses dicussions. De ma part, je pensais avant que le fait d’avoir peur ou le trac de parler en public était lié à une barrière de la langue. Mais en lisant cet article, cela m’a redonné confiance et de rechercher les sources de mes maux ailleurs. Dorénavant, je me multiplierais les repetitions à avant chaque parler en public ou d’autres solutions développées ci-dessus. Cependant, même si on arrive à se préparer parce que c’est nous l’animateur ou l’invité, une question qui me préoccuppe événtuellement, c’est celle de réagir en étant dans le public suite à une conférénce-débat. Moi je trouve que même si avec tes étudiants, tes élèves ou encore tes collaborateurs du boulot, tu arrives à s’en sortir après plusieurs repétitions et que quelque part dans un autre contexte quasi similaire à ton domaine de compétence, tu n’arrives pas à prendre la parole, alors que tout le monde s’est que tu pourras apporter un point de vue et que tu reste silencieux, croyez-moi c’est pas une chose facile à vivre. Les mots disparaissent dans ta bouche, tu dis le contraire de ce que tu devrais dire comme le mentionne le précédent intervenant, c’est pas du tout facile. Merci pour vos commentaires.

    Répondre
  27. Loua Mathieu

    C’est pour moi un reèl plaisir d’ètre en contacte avec vous.Car pour moi parlé en public est un défit que je doit surmonté,j’ose croire que ce défit je le surmonterai avec la grace de Dieu.

    Répondre
  28. christian

    cest tres efficaces ces principes mentiones mais ce nest pas facil de les aplikes.aide moi

    Répondre
  29. wp core conversion

    That is some inspirational stuff. Never knew that opinions could be this varied. Many thanks for every one of the enthusiasm to supply such helpful tips here.

    Répondre
  30. Haidara

    Parler en public,me passionne beaucoup,mais je ne suis pas sur de moi c’est à dire etre àla auteur.
    J’espère qu’avec vos conseils je m’ameliorai d’avantage.

    Répondre
  31. Damo32sterne

    Je salue tous!
    Je suis ému de lire tous vos conseils et j’en profite également pour vous dire que le sujet abordé est très vital et capital qui touche à tous les domaines de la vie quotidienne.Je le dis parce que j’ai été maintes fois victime de la peur et je le suis jusqu’à présent, quand il est question de parler ou présenter quelque chose au public.En effet,tous les signes corporels sus cités de la peur qui émergent lors de la prise de parole sont tout à fait vrais.Je les vis!
    Aidez-moi à me débarrasser d’un truc qui m’arrive lors des exposés en classe,en suscitant souvent en moi la peur ou le trac:Quand je prends la parole,en tête j’ai l’idée de ne pas commettre la moindre faute grammaticale, sinon en le faisant je serai ridiculisé devant l’auditoire,et du coup j’ai l’impression que j’effectue deux travaux à la fois:l’exposition du sujet et le respect des règles de la langue,cela m’embrouille .De fois l’exposé se passe vraiment bien,et l’auditoire apprécie le travail ainsi le(s) jury(s)qui, certainement ont des questions à poser,or ces questions m’énervent,puisque je me dis l’exposé était clair,et souvent mes réponses n’y conviennent pas, comme ce qu’a mentionné C’éclair ne jamais se concentrer sur l’approbation du public plutôt se concentrer sur le contenu et s’attendre aux éventuelles questions.De même en classe,j’hésite de poser des questions aux profs, et si je le fais, c’est après une longue réflexion,avec le coeur qui bat fort,de fois je demande aux profs de revenir en arrière pour ré- expliquer.

    Répondre
  32. Christophe

    Bonjour à tous,
    Sujet toujours d’actualité à ce que je vois ! Pour ma part j’ai 32 ans et j’ai souffert de la prise de parole en public pendant plus de 15 ans… je ne dirais pas que c’est complètement parti aujourd’hui, mais ca va quand même mieux, et ca me fait du bien de me rendre compte que je ne suis pas tout seul. Ce que je peux dire c’est que je rejoins complètement sur le fait qu’il faut s’entraîner sans cesse, tout le temps… comme par ex déjà s’entrainer en famille en entre amis, je vous promets que cela marche. Ca aide à créer des automatismes et à s’habituer à parler en public. Aussi je peux vous conseiller de pratiquer avec des personnes en qui vous avez confiance. Déjà le fait de pouvoir en parler, et de faire des exercices avec des amis, leur présenter quelque chose en faisant semblant qu’il y ait toute une salle, ca permet d’être de plus en plus à l’aise au fur et à mesure. Aussi des exercices de détente avant une présentation, ca aide, pour ma part j’ai trouvé des exos dans la méthode vaincre sa peur à l’oral (http://www.choisirsaviepro.com/vaincre_peur_oral_reussir_presentations.html) , et j’ai pu évacuer du stress et moins baffouiller. En tout cas je confirme comme beaucoup ici que pratiquer, c’est ce qu’il y a de mieux, au bout d’un moment on en ressent la différence. Mon erreur a été de vouloir toujours repousser par peur d’échouer… Merci pour l’article en tout cas

    Répondre
  33. DAGO abderaman

    Bonjour!merçi pour vos conseil,que souvent j’ai difficulté a parlé en public.dés ojordh8 j l metai en pratique.

    Répondre
  34. Djossou

    j’ai toujours pris plaisir à lire tes articles et franchement,tu fais beaucoup pour nous.ne te sommes intensement reconnaissants.

    Répondre
  35. magz.fr

    C’est vrai que ce n’est pas toujours facile de s’exprimer en public, mais une fois le pas franchie, cela vous ouvre les portes de nouveaux horizons.

    Répondre
  36. Elle

    Bonjour
    Mon cas est grave!J’ai 45 ans aujourd’hui.Quand j’étais étudiante, j’étais bien à l’écrit mais alors quand il faut passer à la présentation oral devant la classe et prof c’est la cata… J’ai fait une maîtrise en sce politique et j’ai du changer de filière à cause de mon incapacité à parler en public. Quand je fais une présentation même si je maîtrise mon sujet, mon coeur se met à battre très fort et ma voix tremble excessivement fort que j’ai honte. honte de moi, honte d’avoir mis toute la salle mal à l’aise… j’ai essayé tous les conseils techniques d’avant la prise de parole. rien ne marche. Mes souvenirs sont tellement amères…
    A l’époque, j’ai rédigé un projet de thèse qui a été accepté mais que j’ai du renoncer parce que je sais que de multiples situations de présentation arriveront et dont je serai incapable d’assumer. La peur du discours en public m’a gâché mon avenir et continue de gâcher ma vie aujourd’hui encore à 45 ans..

    Répondre
  37. Djomo

    Bonsoir à tous merci pour vos conseils surtout les 8 principes .je me reconnais dans tous ces différents points suscités. je vais me battre à les appliquer j ai intérêt sinon comment ferai je le jour de la présentation de mon mémoire de fin de formation. je suis très peureuse mêle en famille j arrive pas à faire une prière je tremble la voix les pieds je suis toute glacée je perds le contrôle.
    tous les jours et sans cesse je pense a ma soutenance comment pourrais je oser? la fouille me rend nerveuse. je me suis présenter a une élection dans une association pour être trésorière j étais sur une petite talon devant une trentaine d’adhérents que je vois tout le temps et quelques parents. je tremblais jusqu’au talons et pourtant j avais préparé mon speech.
    s ils vous plaient aider moi à faire partir ça je suis a la première année de formation ça dure 2 ans et par la suite je suis appelée a aller en entreprise pour une demande d emploi.je rêve devenir une grande dame comment est ce possible si mon expression oral est basse. comment faire partir des toastsmasters?
    merci je compte sur votre aide.

    Répondre
  38. assane sy

    okiii bonjours .moi suis le délégué de ma classe al’université mais mon bleme en est que a chak fois k je prend la parole devant la classe pour s’exprimer,je commet des erreurs.fransma j’aimerais k vous m’aidez ………….merci de me repondre

    Répondre
  39. dibal gesmer

    du primaire jusqu’en 3e,j’etais un excellent orateur,j’expliquais les cours à certains amis et repondais aux questions en classe. Mais,quant j’ai su que j’etais desormais en 2nd où on apprend à dicerter,mon courag s’est transmué en peur. je prends desormais des zero aux exposé car le public est devenu mon plus grand fantom.

    Répondre
  40. hamit ahmat

    bonjour moi ce hamit ahmat je suis vraiment interesser de vos conseilles si non vraiment jai peur de parler en publique pour moi ce encore pur parfois si j’ai envie de dire qlq mots j’oublie meme ce que j’ai preparer devance en fait est ce que vous pouriez m’envoier un peut de documents qui vont me permetre de m’amileorer un petiet peut merci d’avance

    Répondre

Poster un commentaire